Un manifestant anti-guerre interrompt la diffusion en direct à la télévision russe

0
80

Une nouvelle loi russe l’interdiction même d’utiliser le mot guerre pour décrire l’invasion de l’Ukraine par la Russie a été dramatiquement violée lundi par une employée du radiodiffuseur d’État, qui a fait irruption sur le plateau d’un journal télévisé en direct tenant une pancarte dénonçant l’attaque alors qu’elle criait : « Arrêter la guerre!” et “Pas de guerre!”

La vidéo de la manifestation, qui a duré environ 10 secondes avant que les producteurs ne se coupent brusquement du studio pour un reportage enregistré, a été capturée et partagée sur les réseaux sociaux par des journalistes russes et des militants de l’opposition.

Le panneau, décoré des drapeaux ukrainien et russe, portait les phrases « Pas de guerre » et « Les Russes contre la guerre » en anglais, et le message russe : « Arrêtez la guerre. Ne croyez pas la propagande. Ils vous mentent ici.

Des millions de Russes ont probablement vu le message anti-guerre sur leurs écrans de télévision.

En quelques minutes, Aleksei Venediktov, rédacteur en chef de la station de radio indépendante Echo de Moscou, récemment fermée, a rapporté sur Telegram que la manifestante, “Marina, mère de deux enfants, a été arrêtée”.

Elle a été identifiée comme étant Marina Ovsyannikova, productrice de la chaîne publique Channel One, par Pavel Chikov, un avocat des droits de l’homme en Russie qui tweeté que sa fondation de défense juridique envisage de la défendre contre l’accusation de violation de la censure militaire et de “discrédit des forces armées russes”.

Tass, l’agence de presse d’État russe, a confirmé que l’Ovsyannikova avait été arrêtée pour ces accusations et travaillait à Channel One.

Novaya Gazeta, un journal indépendant dirigé par le lauréat du prix Nobel de la paix 2021 Dmitry Muratov, a brouillé le message anti-guerre sur le panneau d’Ovsyannikova pour éviter d’être accusé du même crime.

Cela a conduit Maria Pevchikh, une journaliste d’investigation qui travaille avec le militant anti-corruption emprisonné Alexey Navalny, à tweeter amèrement que Muratov manquait du courage dont a fait preuve Ovsyannikova.

Comme l’a rapporté Kevin Rothrock du site d’information sur l’exil russe Meduza, Ovsyannikova a enregistré un message vidéo avant sa manifestation, dans lequel elle a dit que son père est ukrainien et sa mère russe, et a exprimé sa honte de travailler pour une chaîne diffusant de la propagande gouvernementale.

« Ce qui se passe en Ukraine en ce moment est un crime et la Russie est un pays agresseur. La responsabilité de cette agression repose sur la conscience d’un homme, et cet homme est Vladimir Poutine », a déclaré Ovsyannikova dans la vidéo, selon un Traduction publié sur Twitter par Jane Lytvynenko, une journaliste canado-ukrainienne. Ovsyannikova a ajouté qu’elle avait honte d’avoir aidé à diffuser des mensonges et “honte d’avoir permis la zombification du peuple russe”.

Ovsyannikova a conclu sa vidéo avec le message : « Allez aux manifestations. N’ayez peur de rien. Ils ne peuvent pas tous nous emprisonner.

Comme l’a rapporté The Intercept, la télévision d’État russe a largement minimisé ou ignoré le bombardement des principales villes ukrainiennes par les forces russes, et a qualifié les preuves sur les réseaux sociaux de victimes civiles de peu fiables ou de fausses, conformément aux affirmations du gouvernement russe selon lesquelles il est engagé dans une opération défensive limitée, pas une guerre d’agression contre l’Ukraine. La suppression des médias indépendants, le blocage des réseaux sociaux et l’arrestation de manifestants pour des faire allusion à leur opposition à la guerre a imposé un black-out quasi-total de l’information à la majorité des Russes qui dépendent de la télévision pour leurs informations.

L’ampleur de cette répression contre la dissidence en Russie aujourd’hui peut être vue dans une vidéo mise en ligne ce week-end par Activatica, une plateforme d’information en ligne couvrant l’activisme populaire à travers la Russie fondée par l’écologiste Yevgenia Chirikova. La vidéo montrait que dès qu’une femme debout sur la place Manezhnaya de Moscou brandissait une pancarte qui disait simplement “deux mots” – une référence codée à l’expression interdite “pas de guerre” – elle était enlevée en quelques secondes par la police en tenue anti-émeute.



La source: theintercept.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire