Un premier pas vers la normalisation des relations Turquie-Israël ?

0
67

Le président israélien Isaac Herzog doit se rendre à Ankara le 9 mars et rencontrer le président turc Recep Tayyip Erdoğan, dans le but de lancer un processus de normalisation des relations entre Israël et la Turquie. Cela survient après plus d’une décennie de relations instables, alors qu’Erdoğan tente de faire passer une politique étrangère turque marquée par la confrontation avec ses voisins à une politique plus coopérative. Enfin, la guerre en Ukraine crée une incitation supplémentaire pour les deux pays à revoir leur relation, que les États-Unis devraient soutenir plus activement.

Du partenariat stratégique à l’antagonisme

Depuis que la Turquie est devenue le premier pays musulman à reconnaître Israël en 1949, les relations entre les deux pays ont connu de nombreux hauts et bas. C’est le processus de paix arabo-israélien au début des années 1990 et les perspectives de résolution du problème palestinien qui ont ouvert la voie pour que la relation devienne un partenariat stratégique. Les deux parties ont bénéficié d’une coopération militaire étroite, notamment dans la lutte contre le terrorisme et le partage de renseignements, ainsi que de solides liens économiques et touristiques. Une fois qu’Erdoğan est devenu Premier ministre en 2003, il a continué à soutenir cette politique. Il a même accueilli feu Shimon Peres et Mahmoud Abbas ensemble en Turquie en 2007 et a également soutenu des pourparlers indirects entre Israël et la Syrie.

Cependant, ce climat positif et ce partenariat ont pris fin lorsqu’Israël a lancé une opération militaire contre le Hamas à Gaza en décembre 2008. Lors du Forum économique mondial de Davos, Erdoğan a accusé le président Peres de « savoir[ing] bien comment tuer » et a quitté la réunion en trombe. La relation a atteint un nouveau creux lorsque les Forces de défense israéliennes ont attaqué en mai 2010 un navire turc, le Mavi Marmara, qui faisait partie d’une flottille humanitaire qu’Israël considérait comme tentant de briser le blocus naval de Gaza, tuant neuf Turcs à bord et blessant des dizaines de passagers. Erdoğan a réagi en déclarant « qu’il n’est plus possible de dissimuler ou d’ignorer l’anarchie d’Israël » et que l’action d’Israël « mérite toutes sortes de malédictions ». De plus, Erdoğan a rappelé l’ambassadeur de Turquie en Israël et expulsé l’ambassadeur d’Israël. Le dialogue politique entre Jérusalem et Ankara s’est effondré, tandis que la coopération en matière de défense et les visites mutuelles de haut niveau ont cessé. Le tourisme a chuté de façon spectaculaire, bien que les liens commerciaux aient continué à se développer, maintenant à flot les relations entre les deux pays.

À la demande du président américain Barack Obama, Israël a présenté ses excuses à la Turquie pour l’incident du Mavi Marmara en 2013 et a ensuite accepté de verser une indemnisation aux familles des victimes, ouvrant la voie à un accord de normalisation entre les deux pays en juin 2016. Cette normalisation a duré moins de deux ans, lorsque le meurtre de plus de 60 Palestiniens qui protestaient contre l’inauguration de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem, à la frontière entre Gaza et Israël, en mai 2018, a conduit la Turquie à abaisser à nouveau son niveau de représentation diplomatique.

Des efforts renouvelés pour normaliser les liens et les intérêts communs

Les récents efforts turcs de normalisation se déroulent dans un contexte très différent de celui d’il y a dix ans. Erdoğan fait face à de grandes difficultés économiques dans son pays. Le sien taux d’approbation sont en panne ; sondages d’opinion indiquent que les partis d’opposition pourraient rassembler une majorité si des élections avaient lieu aujourd’hui. De plus, comme l’ont noté plusieurs analystes et ambassadeurs à la retraite, la politique étrangère turque a laissé le pays isolé dans la région, ce qui a conduit Erdoğan à se lancer dans un effort énergique pour reconstruire les relations avec les Émirats arabes unis, l’Égypte et l’Arabie saoudite. La visite de Herzog doit être considérée comme un effort turc pour passer d’une politique étrangère idéologique à une politique plus pragmatique et réaliste.

Dans ce contexte, la Turquie et Israël ont traditionnellement considéré les tendances géopolitiques et les développements dans la région du Moyen-Orient de la même manière, attachant tous deux une grande importance à la stabilité en Syrie, estimant que l’Iran ne devrait pas avoir d’armes nucléaires et accordant la priorité à la lutte contre le terrorisme. Fait intéressant, dans la crise actuelle russo-ukrainienne, la Turquie et Israël ont choisi une certaine forme de neutralité. Ils ont rhétoriquement défendu l’intégrité territoriale et la souveraineté de l’Ukraine tout en essayant de ne pas perturber leurs relations avec Moscou. Erdoğan et le Premier ministre israélien Naftali Bennett ont tous deux proposé de servir de médiateurs ; Bennett a rencontré le président russe Vladimir Poutine à Moscou ce week-end tandis qu’Erdoğan s’entretenait avec Poutine au téléphone.

Sur le plan économique, les dirigeants des deux pays se sont assurés au fil des ans que les tensions politiques ne perturberaient pas les affaires et les investissements. Le commerce bilatéral a atteint un nouveau sommet de près de 5,75 milliards de dollars en 2020, la Turquie figurant parmi les 10 principaux partenaires commerciaux d’Israël. Bien qu’il s’agisse d’une économie beaucoup plus petite, Israël est étonnamment un plus gros importateur d’exportations turques que la Russie. La découverte par Israël de gaz naturel offshore a été considérée par les deux parties comme un changement de jeu possible, avec le potentiel d’Israël de transporter du gaz vers la Turquie et de là vers l’Europe du Sud. Les projets d’un tel pipeline ont été abandonnés ces dernières années, mais la pression que la guerre russo-ukrainienne exerce sur les marchés de l’énergie devrait les raviver, surtout si les relations bilatérales continuent de s’améliorer. Avec la perte supplémentaire attendue du tourisme en provenance de Russie et d’Ukraine, la Turquie tient également à récupérer le tourisme israélien.

Cependant, la principale pierre d’achoppement entre les deux pays restera la question palestinienne avec l’attachement d’Erdoğan au Hamas et au mouvement plus large des Frères musulmans. Erdoğan a souvent vivement critiqué la politique palestinienne d’Israël pour rassembler et rallier sa base. À cet égard, la Turquie a soutenu le Hamas à Gaza (politiquement et financièrement) et a permis à l’organisation d’établir un bureau de représentation à Istanbul, au grand désarroi d’Israël. La division sur la question palestinienne a été encore exacerbée par la dure rhétorique anti-israélienne d’Erdoğan, allant jusqu’à accuser Israël de commettre un génocide, ce que les Israéliens considèrent comme antisémite.

Facteurs de normalisation

Au cours de la dernière décennie, c’est Erdoğan qui a dicté la nature de la relation, avec Israël sur un mode plus réactif. La trajectoire négative des relations a conduit Israël à s’aligner plus étroitement sur d’autres pays de la Méditerranée orientale, formant un nouvel axe régional de coopération avec la Grèce et Chypre, tous concernés par la posture régionale agressive de la Turquie.

La création d’un nouveau gouvernement d’union nationale en Israël en juin 2021, dirigé par Bennett et une coalition comprenant pour la première fois un parti islamiste arabe – et l’éviction du Premier ministre de longue date Benjamin Netanyahu – a été perçue très positivement à Ankara. L’élection d’Isaac Herzog à la présidence en juillet a fourni à Erdoğan l’occasion de tendre la main et d’établir un canal de communication avec le président israélien, dont le rôle est plus cérémoniel et considéré comme apolitique, mais qui entretient une relation spéciale avec Bennett qui a une haute estime pour et est désireux d’utiliser les compétences diplomatiques de Herzog. Plusieurs conversations téléphoniques ces derniers mois entre Erdoğan et Herzog, et une entre Erdoğan et Bennett, ont signalé un possible rapprochement. La décision d’inviter Herzog était un plan soigneusement réfléchi par Erdoğan et ses conseillers et pourrait servir de première étape dans la normalisation des relations.

Une considération majeure pour Erdoğan est la crise économique prolongée de la Turquie, qui l’a amené à tendre la main à Israël et à d’autres puissances économiques régionales telles que l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis dans le but de dégeler les relations et de rechercher un soutien. De plus, l’amélioration des relations avec Israël a toujours été considérée par la Turquie comme un moyen de gagner les faveurs de Washington et les circonstances actuelles ne sont pas différentes. Les accords d’Abraham signés en 2020 entre Israël, les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Maroc ont également clairement indiqué à Erdoğan que la région évolue dans une direction différente et que la Turquie pourrait être laissée pour compte si elle ne normalise pas ses relations avec Israël. L’option de reprendre les discussions bilatérales sur la coopération gazière séduit la Turquie, d’autant plus que les États-Unis ont récemment annoncé qu’ils ne soutenaient plus le gazoduc EastMed (entre Israël, Chypre, la Grèce et l’Italie). La Turquie a également été exclue du Forum du gaz de la Méditerranée orientale (EMGF) créé en 2020, dans lequel Israël, la Grèce, Chypre et l’Égypte coordonnent étroitement les politiques énergétiques et souhaiteraient certainement être inclus dans le forum à l’avenir.

Du côté israélien, il y a une prise de conscience qu’il est préférable de neutraliser l’animosité entre Jérusalem et Ankara et une reconnaissance que l’amélioration des relations avec la Turquie sert les intérêts stratégiques et économiques israéliens fondamentaux.

Regarder vers l’avant

Après plus d’une décennie d’acrimonie entre Israël et la Turquie, la visite de Herzog en Turquie est la bienvenue, mais elle ne doit être considérée que comme un premier pas en avant dans une relation précaire marquée par une profonde méfiance. Il semble y avoir un intérêt des deux côtés à le voir réussir, mais beaucoup dépendra de l’évolution de la question palestinienne et de la position qu’Erdoğan adoptera vis-à-vis de la présence continue du Hamas en Turquie. En outre, la volonté des dirigeants des deux côtés d’éviter la rhétorique populiste pour servir des fins politiques intérieures et de maintenir à la place une approche pragmatique axée sur les intérêts communs sera essentielle.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie et sa présence militaire en Syrie modifient considérablement l’ordre de sécurité régional et contribueront probablement à concentrer les esprits des deux côtés en faveur de la normalisation. Pour aller de l’avant, Washington a intérêt à soutenir cet effort entre deux alliés et partenaires clés, en particulier à la lumière de l’instabilité résultant de la guerre en Ukraine.



La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire