Un sondage révèle la position des Autrichiens sur l’adhésion à l’OTAN — RT World News

0
38

Quelque 75 % des personnes interrogées s’opposent à l’idée que leur pays rejoigne le bloc militaire dirigé par les États-Unis

La grande majorité des Autrichiens sont contre l’adhésion à l’OTAN, a révélé un sondage. Dans une enquête menée plus tôt ce mois-ci par l’Institut de sondages d’opinion et d’analyse de données de Vienne et commandée par l’agence de presse autrichienne, 75 % des personnes interrogées ont répondu par la négative lorsqu’on leur a demandé si elles pensaient que leur pays devrait rejoindre l’OTAN, et 14 % supplémentaires étaient en faveur de un tel scénario.

Sur les 1 000 Autrichiens interrogés, 52 % ont déclaré qu’ils pensaient que la neutralité de Vienne offrait une protection suffisante contre les menaces extérieures, tandis que 40 % ne partageaient pas cet avis. Pas moins de 83 % des personnes interrogées se sont prononcées en faveur d’une coordination plus étroite en matière de politique de sécurité et de défense entre les États membres de l’UE.

Lorsqu’on leur a demandé s’ils pensaient que l’Ukraine devrait être admise dans l’Union européenne, 46 % ont répondu qu’ils s’opposaient à l’adhésion de Kiev, et 38 % supplémentaires ont indiqué qu’ils la soutiendraient.

En 1955, suite au retrait des forces alliées d’Autriche, la nation alpine s’est proclamée définitivement neutre. Tout en partageant des frontières avec plusieurs États membres de l’OTAN, l’Autriche s’est abstenue de rejoindre l’alliance militaire tout au long de la guerre froide et des années qui ont suivi.




Deux autres nations européennes qui jusqu’à récemment prétendaient être neutres – la Suède et la Finlande – ont récemment annoncé leur intention de rejoindre l’OTAN à la lumière de l’assaut de la Russie contre l’Ukraine. Selon plusieurs sondages, l’opinion publique sur l’adhésion à l’alliance a subi un profond changement dans les deux pays nordiques depuis fin février, la majorité des Finlandais et des Suédois étant désormais fermement en faveur de l’adhésion.

L’autre État important d’Europe occidentale qui se trouve en dehors du bloc militaire est l’Irlande.

Fin avril, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré que si Stockholm et Helsinki décidaient de rejoindre l’alliance, elles “sera chaleureusement accueilli, et je m’attends à ce que ce processus aille rapidement.” Le chef de l’OTAN s’est abstenu de donner un délai précis, mais a offert un certain degré de protection aux deux nations pendant le processus d’adhésion, si la Russie tentait de les intimider.

Certains médias ont rapporté plus tôt ce mois-ci que la Finlande pourrait déposer sa demande dès le 12 mai.

La Russie a averti la Finlande et la Suède qu’elle devra prendre des contre-mesures si elles devenaient membres de l’OTAN.


La Russie commente l'issue de l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'OTAN

S’exprimant à la mi-avril, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a averti Stockholm et Helsinki que l’adhésion au bloc militaire impliquerait « Abandon de facto d’une partie de la souveraineté dans la prise de décisions en matière de défense, mais aussi de politique étrangère. Le responsable russe a également exhorté les deux nations à envisager la « Conséquences d’une telle évolution sur nos relations bilatérales et sur l’architecture de sécurité européenne, qui est actuellement en crise.

Dmitri Medvedev, l’ancien président et premier ministre russe qui est actuellement vice-président du Conseil de sécurité du pays, est allé plus loin – suggérant que Moscou déploierait ses armes nucléaires dans la région de la Baltique si la Finlande et la Suède rejoignaient l’OTAN.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire