Un spectacle du 6 janvier ne sauvera pas la démocratie

0
177

Source photo : Tyler Merbler – CC BY 2.0

Les audiences télévisées sur les événements du 6 janvier 2021 (6 janviere) sur la prétendue insurrection au Capitole après les élections de 2020 illustre l’état sclérosé de la politique et des médias américains. Elle survient à un moment où les démocraties s’affaiblissent et disparaissent. Indépendamment de l’affiliation à un parti ou de l’idéologie d’une personne, les questions sur une tentative violente de perturber ou d’ignorer le processus démocratique sont aussi sérieuses que conséquentes. À première vue, l’audience est un puissant exemple de démocratie en action, mais ce qui s’est passé le 6 janviere et ce que cela signifie pour la démocratie est entravé par la fixation des médias d’information et des classes politiques sur Donald Trump. En effet, ils sont accros aux avantages de se concentrer sur Trump tout le temps – tout comme Trump lui-même. Pendant ce temps, le public reste dans la position peu enviable d’être inondé de propagande tout en manquant de formation en éducation critique aux médias.

Les Américains ne connaissent pas les médias. Pour la plupart, leurs écoles n’imposent pas d’éducation critique aux médias. Les écrivains avertissent depuis longtemps que le fait d’avoir des citoyens analphabètes des médias menace la viabilité d’une démocratie parce que les électeurs sont incapables de discerner les faits de la fiction, le divertissement de la réalité. En effet, de nombreux universitaires et journalistes ont soutenu que ce sont ces conditions qui ont permis à Trump de devenir président des États-Unis. Figure médiatique de longue date et personnalité de la télé-réalité, Trump s’est engagé à fournir un contenu sensationnaliste que les médias d’information ne pouvaient pas éviter. Pendant quatre ans, les médias d’information ont connu une augmentation massive de la taille de leur audience pour couvrir tous les aspects de la vie de Trump. Certains ont ensuite émis un mea culpa, mais tous ont souffert d’une énorme réduction de leur audience une fois la présidence de Trump conclue de près de moitié dans certains cas.

Le Parti démocrate s’est engagé dans ce qu’on appelait une stratégie de joueur de flûte pour faire de Trump le candidat de 2016, car ils pensaient qu’il était le meilleur adversaire pour assurer la victoire d’Hillary Clinton. Comme en témoignent les élections de 2020, l’antipathie pour Trump stimule la participation électorale du Parti démocrate, tout comme l’avortement et l’immigration animent les républicains. Le fait que les démocrates s’appuient sur la stratégie “nous ne sommes pas Trump” les expose à de sombres perspectives de participation électorale en 2022.

L’audience du 9 juin 2022 est une occasion unique pour les médias et le Parti démocrate de conserver une partie de l’audience et des électeurs qu’ils ont perdus pendant la présidence Trump. Suite aux événements du 6 janviere – où une foule pro-Trump a maîtrisé la police du Capitole et s’est rendue dans la capitale américaine, ce qui entraînerait finalement la mort de sept personnes – le Parti démocrate a débattu et enquêté sur qui était responsable de ces événements horribles comme objectif principal, ce que certains argumenter se fait au détriment des questions clés qui préoccupent davantage les électeurs.

L’enquête à la Chambre des représentants – que contrôle actuellement le Parti démocrate – a présenté son cas au public américain le 9 juin à la télévision aux heures de grande écoute. Ils ont promis un cas convaincant basé sur des preuves jamais vues auparavant que Trump a joué un rôle central dans les événements meurtriers au Capitole le 6 janvier.e. Le public libéral espérait que ce ne serait pas une répétition de l’enquête de Robert Mueller, qui s’est avérée être un 21St version centenaire de l’ouverture télévisée de Geraldo Rivera du coffre-fort d’Al Capone, pour le trouver vide.

Vraisemblablement, pour attirer un public plus large, les démocrates ont choisi un créneau aux heures de grande écoute pour l’audience. Ils ont embauché l’ancien président d’ABC News, James Goldston, pour produire les audiences et les transformer en un spectacle médiatique. MSNBC et CNN ont diffusé l’audience sans interruption. Le Parti démocrate a fait la une de l’audience en proclamant « Cela changera l’histoire », comme l’a dit le représentant de l’Illinois, Adam Kinzinger. Le représentant de la Californie, Adam Schiff, a promis de montrer un “effort sur plusieurs fronts pour renverser une élection présidentielle”. De son côté, CNN a bandé l’événement “Attack on Democracy: The January 6e Audience.”

Imitant un présentateur de nouvelles, les enquêteurs à l’audience se sont assis derrière leur bureau pour faire des déclarations et diffuser des vidéos d’images d’archives, des témoignages pertinents de responsables de Trump et des images hautement produites et émotionnellement puissantes d’événements au Capitole. Continuant à agir en tant que présentateur de nouvelles, le représentant Bennie Thompson a créé un grand précédent historique à remplir pour l’audience. Il a cité Abraham Lincoln et John Winthrop alors qu’il soutenait que les événements du 6 janviere ont eu autant de conséquences que la guerre civile, la guerre de 1812, les attentats du 11 septembre et les enquêtes sur le Ku Klux Klan. La représentante Lynn Cheney – Une républicaine méprisée par les partisans de Trump pour avoir voté pour destituer Trump – a été choisie pour faire valoir que les téléspectateurs seraient avisés de rester à l’écoute. Elle a décrit ce qui allait arriver dans les jours à venir en promettant que les enquêteurs prouveraient que Trump était de connivence avec des groupes de droite tels que les Proud Boys et Oath Keepers avant le 6 janvier.e. Après une courte pause, les enquêteurs sont revenus pour interroger des témoins dans le cadre d’une audience traditionnelle du Congrès.

En regardant CNN et MSNBC, il était difficile de dire où se terminaient les points de discussion du Parti démocrate et où commençait le journalisme. Agissant comme des sténographes pour ceux qui sont au pouvoir, la bannière à l’écran et les têtes parlantes ont ressassé ce que les législateurs ont dit et n’ont offert presque aucune critique ou question critique. Par exemple, ils ne se sont pas demandé pourquoi il ne s’agissait pas d’une enquête sur les échecs de la police du Capitole. Pire encore, les apparatchiks du Parti démocrate et les organisations de soutien ont diffusé des publicités visant à obtenir des dons et des votes des téléspectateurs. Fox News Channel, agissant en faveur des républicains, a choisi de ne pas couvrir l’audience. Au lieu de cela, ils ont ridiculisé la validité et le but de l’audience, minimisant le fait que la démocratie était menacée le 6 janvier.e. Fait intéressant, moins de cinq minutes après l’ajournement de l’audience pour la soirée, ils ont affirmé – sans fournir de preuve – que l’audience était un « flop » d’audience.

Les problèmes avec la démocratie américaine sont réels et la menace d’une guerre civile n’est pas à prendre à la légère. L’affaire des enquêteurs était puissante, mais cela ne fera guère de différence si les États-Unis ne s’attaquent pas aux problèmes systémiques qui menacent la démocratie. Avant tout, le public doit être capable de penser de manière critique à tout, en particulier aux médias. Cela nécessite un effort national pour mettre en œuvre une éducation critique aux médias, où les élèves apprennent à penser et non quoi penser. De leur côté, les médias et les politiciens doivent donner aux citoyens une raison de faire confiance aux journalistes et au gouvernement. . Les révélations des enquêteurs n’auront aucun sens si les gens n’ont pas confiance dans le processus politique et les médias d’information. Cela nécessite des changements systémiques dans la gouvernance et le journalisme. La diffusion de CNN et MSNBC n’aura presque aucun impact si elle n’atteint que les partisans du Parti démocrate. Les médias d’information doivent élargir leur audience en offrant au public une diversité de points de vue de journalistes d’investigation qui cherchent à «réconforter les affligés, affliger les confortables». Au lieu de demander aux membres du parti, et à la société en général, de voter bleu peu importe qui, le Parti démocrate doit consolider les droits de l’homme et améliorer les conditions matérielles de la population. Ils doivent intenter une action en justice contre l’escroquerie gouvernementale, en particulier lorsqu’elle vient de « leur côté ». Ces changements représentent une stratégie plus viable pour sauver la démocratie qu’un spectacle médiatique visant à prêcher au chœur.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/13/a-january-6th-spectacle-wont-save-democracy/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire