Une enquête financée par l’Allemagne sur les atrocités de la RDC qualifiée de “dissimulation” | Nouvelles de l’enquête

0
155

Une série d’enregistrements audio, d’images et de documents divulgués obtenus exclusivement par l’unité d’enquête d’Al Jazeera (I-Unit) semble montrer les échecs d’une enquête financée par le gouvernement allemand sur des informations faisant état de meurtres dans le parc national de Kahuzi-Biega en République démocratique du Congo (RDC).

La commission d’enquête, qui a enquêté sur les allégations selon lesquelles des gardes du parc et des soldats congolais auraient tué des membres de la communauté autochtone batwa dans le parc entre 2019 et 2021, a signalé le 1er juin qu’aucune atrocité généralisée n’avait eu lieu.

L’enquête a été ouverte en avril après qu’un rapport publié par l’organisation de défense des droits humains Minority Rights Group International (MRG) basée à Londres a documenté une campagne meurtrière visant à expulser les autochtones Batwa de leur terre natale dans le parc.

Le rapport conclut qu’au moins 20 membres de la communauté indigène Batwa ont été tués dans le parc par des « contingents conjoints » de gardes du parc et de soldats congolais lors de trois vagues d’attaques violentes.

Un chercheur et le journaliste qui a rédigé le rapport du MRG disent que depuis la publication du rapport, ils ont été forcés de se cacher après avoir reçu une dénonciation selon laquelle des hommes armés avaient été envoyés pour les tuer.

Une série de photographies obtenues par le journaliste, Robert Flummerfelt, et partagées exclusivement avec l’Unité-I, semblent montrer les corps de villageois dans le parc après des attaques présumées par des gardes du parc et des soldats congolais.

Les photographies montrent plusieurs personnes qui semblent avoir été tuées par balle et poignardées dans le parc après ce que Flummerfelt dit être des raids violents entre juillet 2019 et décembre 2021.

Les images, qu’Al Jazeera n’a pas pu vérifier de manière indépendante, montrent également un corps qui semble avoir été mutilé avec une série de coups de machette profonds sur le torse.

Le journaliste, Robert Flummerfelt, dit qu’il croit que les gardes du parc et les soldats congolais ont effectué les raids dans le cadre d’une campagne coordonnée pour expulser les communautés autochtones du parc afin de rendre la région plus attrayante pour les défenseurs de l’environnement étrangers et les touristes étrangers. Il allègue qu’au moins 20 villageois ont été tués et que des femmes batwa ont été violées collectivement.

Photographie aérienne montrant une partie de la destruction [Robert Flummerfelt/Al Jazeera]

Le parc national de Kahuzi-Biega, qui reçoit la majorité de son financement du gouvernement allemand, abrite le gorille des plaines orientales en danger critique d’extinction, et c’est l’une des attractions touristiques les plus importantes de la RDC.

La controverse sur les événements du parc s’est intensifiée le 1er juin, lorsque la commission d’enquête financée par le gouvernement allemand sur les meurtres présumés a rejeté les affirmations de Flummerfelt et a constaté que les gardes du parc et les soldats congolais n’avaient pas commis d’atrocités généralisées.

La commission a déclaré que les gardes du parc avaient été forcés de se défendre contre des villageois batwa “armés” et que certains Batwa avaient été tués dans des tirs croisés lorsqu’ils avaient été utilisés comme “boucliers humains” lors d’affrontements entre les gardes du parc et les braconniers.

Les conclusions de la commission ont été condamnées par Flummerfelt comme « une dissimulation ». “Cela ne peut être caractérisé d’aucune autre manière”, a-t-il déclaré à Al Jazeera.

« Il y a des cas d’intimidation directe de témoins, de traitement des victimes batwa avec un mépris ouvert, de rire littéralement des informations selon lesquelles des femmes batwa ont été victimes de viols collectifs.

“J’étais là avec la commission”, a déclaré Flummerfelt, qui a été invité en tant que participant à la commission. « Il n’y a pas eu de récits de première main, même de seconde main, de Batwa utilisés comme boucliers humains. Et pourtant cela [claim] est utilisé comme une sorte de justification fragile pour prouver que les Batwa ont été tués.

Flummerfelt et son chercheur, qui souhaitent rester anonymes pour des raisons de sécurité, avaient rassemblé des récits des atrocités présumées pour le rapport commandé par MRG.

“[We] a parlé à des témoins oculaires qui ont décrit des gardes du parc ouvrant le feu sur des civils, tuant un certain nombre de Batwa, parfois sous forme d’exécution », a déclaré Flummerfelt.

« Parfois, les membres de la communauté [were forced] à regarder pendant que les membres de leur famille étaient exécutés », a-t-il ajouté.

“[Witnesses also described park guards] soumettre les femmes batwa à des viols collectifs sous la menace d’une arme.

Enregistrements d'”intimidation de témoins”

Le rapport compilé par Flummerfelt et son chercheur congolais a conduit à la création de la Commission d’enquête pour enquêter sur leurs revendications.

L’enquête a été menée par un haut fonctionnaire de l’Institut pour la conservation de la nature (ICCN), l’agence gouvernementale congolaise qui gère le parc.

“En effet, l’ICCN enquêtait sur lui-même, un énorme conflit d’intérêts”, a déclaré Flummerfelt.

Dans les enregistrements audio obtenus par l’Unité-I, on peut entendre le chef de la commission, George Muzibaziba, sembler intimider les témoins qui faisaient des récits de violence contre les villageois batwa.

Dans un enregistrement de la mi-avril, on entend Muzibaziba dire à un chef batwa, le chef Mbuwa Kalimba Bacirembera, qu’il doit « assumer la responsabilité » de l’attaque de sa communauté par des milices si les gardes de l’ICCN et les soldats congolais doivent quitter la zone en conséquence. du témoignage qu’il a fourni.

Dans un autre entretien, mené à la mi-avril, Muzibaziba est enregistré informant un témoin que l’information fournie serait « dangereuse » pour le témoin. Un autre membre de la commission interrompt alors Muzibaziba en disant : « George, ne l’intimide pas.

Sur les enregistrements, on entend aussi les avocats de l’ICCN rire à l’évocation du viol collectif et de la mort d’une femme batwa.

Image montrant une maison en feu
[Robert Flummerfelt/Al Jazeera]

Par crainte pour sa sécurité, le chercheur congolais travaillant avec Flummerfelt n’avait pas divulgué son nom complet à la commission d’enquête. Cependant, les détails personnels limités qu’il a fournis ont été divulgués, fournissant suffisamment d’informations pour qu’il soit identifié.

“Dans les trois jours, les informations très précises fournies à la commission sur l’identité de mon collègue sont à la disposition des membres du gouvernement congolais”, a déclaré Flummerfelt à Al Jazeera.

Après avoir été informés de menaces crédibles pour leur vie, Flummerfelt et le chercheur se sont enfuis dans la clandestinité.

Un témoin, qui a demandé à ne pas être identifié, a déclaré à Al Jazeera que les gardes de l’ICCN “ne se fatigueront pas tant qu’ils n’auront pas [Flummerfelt] et [the Congolese researcher]. Tuer quelqu’un n’est pas un problème pour eux ».

Le chef de la commission d’enquête, George Muzibaziba, a rejeté les allégations selon lesquelles les gardes du parc de l’ICCN ciblaient Flummerfelt et le chercheur, qualifiant les affirmations de “très erronées”.

Le chef Mbuwa Kalimba Bacirembera et un autre chef batwa, le chef Gonzalo Malenga Majafa, se cachent également, estimant que leur comparution devant l’enquête a mis leur vie en danger.

« Ils ont reçu des menaces crédibles selon lesquelles des personnes travaillant pour l’institution du gouvernement congolais, l’ICCN, les poursuivaient, afin de les punir d’avoir communiqué à la commission le fait que des membres de la communauté avaient été victimes de viols collectifs, tués et attaqués. et ainsi de suite », a déclaré Flummerfelt.

“Violations massives des droits de l’homme”

Depuis la publication du rapport de la commission, un membre du parlement allemand a décrit les événements dans le parc national de Kahuzi-Biega comme des « violations massives des droits de l’homme ».

Deborah Düring, porte-parole parlementaire pour la coopération internationale et le développement des Verts au Bundestag allemand, a déclaré : « Les Batwa doivent être entendus et leurs droits doivent être respectés ».

“Je pense qu’il est clair que nous avons affaire à des problèmes structurels, pas à des incidents isolés”, a déclaré Düring.

Elle a déclaré que le gouvernement allemand et les donateurs internationaux devaient veiller à ce que “les crimes et les allégations fassent l’objet d’une enquête approfondie et que les responsables soient tenus pour responsables”.

Une tombe de fortune pour une victime des atrocités
Une tombe de fortune pour une victime des atrocités [Robert Flummerfelt/Al Jazeera]

‘Fausses déclarations’

En réponse à une question visant à savoir si le personnel du parc était impliqué dans des meurtres, des viols de masse et l’expulsion forcée de villageois batwa, Muzibaziba a suggéré qu’Al Jazeera « se réfère au rapport publié ».

Muzibaziba a déclaré qu’il pensait que Flummerfelt avait fait de “fausses déclarations” sur la violence dans le parc. Il a qualifié les recherches de Flummerfelt de «réductionnistes… évasives et non approfondies», et a déclaré que son rapport alléguant des atrocités contre les Batwa était «très biaisé».

Muzibaziba a nié avoir intimidé des témoins qui ont témoigné devant la commission d’enquête. Il a également nié avoir divulgué l’identité du chercheur congolais. Il a décrit le travail de la commission comme « équitable et objectif ».

Un porte-parole du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ), qui finance l’essentiel des coûts de fonctionnement du parc, a déclaré à Al Jazeera qu’ils étaient “profondément troublés par les récits de menaces et d’intimidation qui auraient été proférés contre des témoins et des sources par membres de la Commission ».

Néanmoins, le ministère a « confiance » dans la méthodologie de la commission. Au vu des allégations d’atrocités commises, le BMZ va « réfléchir à son soutien continu à Kahuzi-Biega ».

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/23/german-funded-inquiry-into-drc-atrocities-slammed-as-cover-up

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire