Une fausse arrestation a bouleversé la vie d’un homme de Virginie-Occidentale. Des années plus tard, il essaie de guérir.

0
269

Lorsque Caleb Dial, un habitant de Virginie-Occidentale, s’est retrouvé menotté à l’arrière d’une voiture de police en août 2021, son esprit s’est concentré sur une seule question : « Qu’avais-je fait de mal ?

“Si je pouvais utiliser un mot qui rende justice à ce que je ressens, je choisirais le mot” surréaliste “”, a déclaré Dial à The Real News. Quelques minutes avant son arrestation, Dial avait en fait appelé la police lui-même après qu’une dispute avec son père soit devenue houleuse. Mais lorsqu’un officier de la petite ville de Milton est arrivé, la première chose qu’il a faite a été de demander à Dial de se retourner pour qu’il puisse lui passer les menottes.

Composez calmement respecté. Cependant, plus il restait assis à l’arrière de la voiture de police, plus sa complaisance initiale se transformait en panique silencieuse. L’officier avait expliqué que les menottes n’étaient que pour sa sécurité. Si c’était vrai, pourquoi était-il maintenant assis dans la voiture comme un suspect ? Quel crime avait-il commis ? Encore une fois, qu’avait-il fait de mal ?

“La série d’événements qui s’étaient produits lors de cette soirée “fatidique” m’a laissé si perplexe [and] me demandant comment je suis passé de les appeler pour une aide non urgente à être assis en prison avec un visage meurtri, en regardant plus de neuf ans de prison », a-t-il déclaré. Cette question a rapidement reçu une réponse dans une série d’accusations qui l’ont stupéfait.

L’officier de police de Milton, Daniel Higgenbotham, a conduit Dial au poste. Là, on lui a dit qu’il avait agressé Higgenbotham, qu’il avait été désordonné et qu’il avait tenté de s’échapper. L’officier a écrit dans la déclaration de cause probable que Dial était agressif et protestait bruyamment. Il aurait insulté l’officier et s’est montré “agité” pendant que Higgenbotham luttait pour le forcer à monter dans la voiture.

C’était un récit que Dial savait être faux. Cette arrestation a été le début d’une série d’événements en cascade qui se sont transformés en une épreuve de trois ans pour le musicien occasionnel de 29 ans, le propulsant dans un combat pour effacer son nom et, plus important encore, une lutte pour guérir de les blessures infligées par ce que son procès allègue comme une fausse arrestation. “Cette soirée a conduit à une spirale descendante si rapide que même les tornades classées F5 ne pouvaient pas tourner aussi vite”, a-t-il déclaré.

L’histoire de Dial est aussi une histoire de persévérance. Trois ans plus tard, début mai 2023, le service de police de Milton a réglé une poursuite fédérale en matière de droits civils avec Dial. Il décrit l’accord, qui comprend une indemnisation pour les blessures qu’il a subies lors de l’arrestation, comme juste, même si Higgenbotham reste dans la force et que la ville n’a admis aucun acte répréhensible. Pour Dial, le règlement a donné un sentiment de fermeture et une victoire profondément personnelle contre le pouvoir écrasant des forces de l’ordre locales. « J’avais perdu mon emploi, j’ai perdu quelques amis », raconte-t-il. “Le pire, c’est que je n’ai pas pu parler de l’affaire.”

Mais c’est aussi un récit édifiant sur la façon dont une seule arrestation peut faire des ravages dans la vie d’une personne même si elle est innocente, et dans le cas de Dial, une épreuve qui aurait pu être pire sans la présence d’une caméra Ring.

D’abord il y a eu les rumeurs, puis une caméra annulaire

Peu de temps après son arrestation, le département de police de Milton a partagé la photo de Dial sur la page Facebook du département. Le message comprenait les allégations douteuses contenues dans la déclaration de cause probable. Malheureusement, la déclaration mal rédigée (qui a depuis été retirée) faisait allusion à une agression domestique présumée. Étant donné que la page Facebook est largement partagée parmi les résidents de Milton, des amis et des voisins ont commencé à aborder Dial et sa famille en l’accusant d’avoir battu une femme.

“J’ai encore eu de nombreux cas où j’étais interrogé sur le fait de” frapper une femme “, etc.” a-t-il déclaré à The Real News. “Même certains membres de ma famille ont été harcelés à ce sujet parce que la façon dont le message était rédigé donnait l’impression qu’ils se présentaient pour violence domestique, ce qui n’était pas le cas.” Pire encore, Dial s’est retrouvé assis dans la prison régionale de l’Ouest pendant plusieurs jours, où il a subi une crise. Lorsqu’il a finalement été libéré sous caution, il s’est rendu compte que les médias grand public l’avaient déjà qualifié de criminel, avant qu’un iota de preuves ne puisse être offert pour sa défense.

La chaîne de télévision locale WCHS a publié une histoire accusant Dial de toutes les accusations décrites dans la déclaration de cause probable, accompagnée de la photo d’identité peu flatteuse. “Il y a un dicton qui dit que parfois la conviction sociale peut être aussi mauvaise qu’une condamnation pénale”, a déclaré Dial en réponse au message.

La combinaison de ces accusations a fait quelques années mouvementées pour Dial. Les chuchotements au sujet de ses accusations de violence domestique ont continué. En raison de comparutions devant le tribunal et du reportage de la télévision locale, il a perdu son emploi dans une maison de réadaptation pour patients hospitalisés. Encore plus inquiétant, les démons qui l’avaient hanté tout au long de sa précédente lutte contre la dépendance sont réapparus, l’envoyant dans une spirale de forte consommation d’alcool qui a failli lui coûter la vie. “J’ai fini par suivre un traitement pour l’alcoolisme qui a été extrêmement exacerbé par les effets périphériques directement ou indirectement liés à tout ce soir-là”, a-t-il déclaré. “De l’extérieur, cela ne ressemble pas à grand-chose, mais cela ne fait qu’effleurer la surface.”

Heureusement pour Dial, toutes les forces du destin n’étaient pas alignées contre lui : la maison de ses parents avait une caméra Ring, et la vidéo de son arrestation dépeint une version des événements entièrement différente de celle de l’acte d’accusation, signé sous serment, par Higginbotham.

La caméra de la sonnette montre Dial obéissant calmement à Higginbotham alors que l’officier le menotte. Cependant, Higginbotham a écrit dans sa déclaration de cause probable : «[Dial] est devenu très agité et a continué à élever la voix vers moi. Je lui ai demandé plusieurs fois de se calmer, puis j’ai décidé de le détenir pour la sécurité des agents.

De plus, Higginbotham a écrit: «Dial est devenu très furieux et m’a poussé avec son épaule et a essayé de s’éloigner de moi. Je lui ai demandé de se calmer, d’arrêter de crier et de monter dans le croiseur. Il est redevenu très agressif et essayait de s’éloigner. J’ai demandé une fois de plus, puis je l’ai aidé à monter dans mon croiseur.

Encore une fois, les images de la caméra de la sonnette semblent contredire la déclaration sous serment de l’agent. Au début de l’interaction, l’audio de la caméra révèle que Dial appelle Higginbotham “monsieur”, et lorsqu’on lui demande de se retourner pour être menotté, Dial le fait sans conflit. La séquence montre ensuite Dial marchant calmement vers le croiseur et Higginbotham le plaçant sur le siège arrière sans incident.

Après que l’avocat de Dial ait soumis la vidéo Ring comme preuve, les procureurs ont discrètement abandonné les charges. Mais l’histoire de ses crimes présumés est restée, et même si Dial a appelé WCHS pour que l’histoire soit mise à jour ou retirée, ils ont également refusé de supprimer le message décrivant les crimes désormais réfutés jusqu’à bien après que les dommages aient été causés. Selon l’estimation de Dial, le message est resté sur le site Web du WCHS pendant deux ans avant d’être finalement supprimé. Leur refus de publier toute correction ou rétractation en temps opportun a conduit Dial à prendre la décision de lutter contre le récit faux et préjudiciable qui s’était répandu dans toute sa communauté. Cela signifiait tendre la main aux journalistes indépendants.

Lutter contre une économie politique locale forgée par les forces de l’ordre

Après que The Real News ait publié un article sur l’arrestation de Dial, il a trouvé un avocat : un avocat qui, selon lui, n’a pas été influencé par la politique insulaire et les relations interconnectées qui rendent difficile la recherche d’une représentation dans les régions rurales de Virginie-Occidentale. “Il m’a fallu plusieurs mois pour pouvoir obtenir un avocat qui soit sérieusement un vrai individu pour son âme. Non seulement il a obtenu une forme de recours, mais il m’a aussi beaucoup défendu », a déclaré Dial. Cet avocat, Tyler Haslam, a déclaré à The Real News que le règlement avait été conclu et que l’affaire avait été close. Un avocat représentant le service de police n’a pas retourné un appel téléphonique ou un e-mail demandant des commentaires.

Le procès a accusé le département de police de Milton de faux emprisonnement, d’arrestation illégale et d’infliction intentionnelle de dommages, et a décrit les allégations selon lesquelles le département n’a pas correctement formé les agents à pratiquer une police conforme à la Constitution. Ce problème a été mis en évidence dans une enquête du rapport sur la responsabilité de la police, qui a révélé que la ville avait rédigé des centaines de contraventions et imposé des centaines de milliers de dollars en amendes judiciaires pour une ville d’environ 2 500 habitants, tout en doublant presque les dépenses de la police depuis 2014. C’est un tendance qui se poursuit aujourd’hui.

Les dernières estimations budgétaires publiées par la ville montrent que la ville a facturé 500 000 $ en frais de justice et amendes au cours de l’exercice 2023, une légère diminution par rapport à l’exercice précédent. Malgré la récente diminution, le montant des amendes a presque doublé au cours de la dernière décennie; la ville a évalué 275 000 $ en frais de justice et en contraventions en 2014. Cette augmentation des services de police a coïncidé avec une augmentation substantielle du budget de la police. Depuis 2014, le budget de la police a plus que doublé, passant d’environ 528 000 $ en 2014 à des dépenses prévues de 1 333 807 $ en 2023.

Pour Dial, son objectif principal n’est plus Milton PD, mais la guérison, et l’espoir que sa bataille pour effacer son nom lui permettra de reconstruire une vie qui a été bouleversée par une paire de menottes. Pour l’instant, la lutte consiste à réparer les torts, à la fois pour lui et pour la ville elle-même.

“Le poids du monde a été enlevé de mes épaules. Tout ce que je veux, c’est vivre une vie tranquille avec ma fille et que le département restructure sa formation », a déclaré Dial.

Republiez nos articles gratuitement, en ligne ou sur papier, sous une licence Creative Commons.

Source: https://therealnews.com/a-false-arrest-upended-one-west-virginia-mans-life-years-later-he-is-trying-to-heal

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire