Une lettre de camarades canadiens

0
44

Cette déclaration a été publiée sur Facebook par David Camfield, Todd Gordon, Brian McDougall et Sandra Sarner la semaine dernière, le lendemain de la publication par Socialist Worker d’une lettre du Comité directeur de l’Organisation socialiste internationale (ISO) détaillant la mauvaise gestion d’une accusation d’agression sexuelle en 2013 et la crise organisationnelle qui en a résulté. Nous espérons publier d’autres articles dans les semaines à venir qui reprennent les questions de modèles d’organisation soulevées ci-dessous.

NOUS écrivons de l’État canadien dans l’espoir que la façon dont vous affrontez les défis auxquels votre organisation est confrontée renforcera les forces du socialisme d’en bas aux États-Unis

Nous avons été encouragés d’apprendre les décisions prises lors du récent congrès de l’ISO. Nous avons été consternés de lire dans la lettre publique du comité directeur du 15 mars la mauvaise gestion en 2013 d’une allégation d’agression sexuelle. Cette lettre invite “des amis et des alliés à offrir des conseils, des conseils et une expertise” et nous écrivons donc pour soulever une préoccupation et partager une analyse développée dans le New Socialist Group (le NSG officiellement dissous en 2017, mais nous continuons à être actifs dans les groupes locaux avec la même politique).

Nous craignons que certaines personnes réagissent à la crise de l’ISO en abandonnant la politique socialiste révolutionnaire et/ou l’effort de s’organiser politiquement autour d’elles d’une manière ou d’une autre. Cette lettre n’aborde pas l’éventail des défis avec lesquels vous êtes aux prises en ce moment difficile. Nous écrivons à ce moment pour argumenter sur un seul point qui nous semble important : la tendance à rejeter le socialisme par en dessous de la politique et de l’organisation est accrue lorsque les gens croient à tort que la manière « léniniste » de l’ISO s’est longtemps organisée – en utilisant ce que nous appelons le modèle de micro-parti — est une partie essentielle du socialisme révolutionnaire.

Au nom de « construire une organisation léniniste », l’ISO (comme tant d’autres groupes trotskystes) a pratiqué ce que Hal Draper a appelé la « méthode d’organisation… du « comme si ».

agissons comme si nous étions déjà un parti de masse (à un degré infime, naturellement, selon nos ressources)…[But] il y a une erreur fondamentale dans l’idée que la voie de la miniaturisation… est la voie vers un parti révolutionnaire de masse. La science prouve que l’échelle sur laquelle un organisme vivant existe ne peut pas être modifiée arbitrairement… Les fourmis peuvent soulever 200 fois leur propre poids, mais une fourmi de six pieds ne pourrait pas soulever 20 tonnes même si elle pouvait exister d’une manière monstrueuse. Dans la vie organisationnelle aussi, c’est vrai : si vous essayez de miniaturiser un parti de masse, vous n’obtenez pas un parti de masse en miniature, mais seulement un monstre.

La raison fondamentale en est la suivante : le principe de vie d’un parti de masse révolutionnaire n’est pas simplement son programme complet, qui peut être copié avec rien d’autre qu’une machine à écrire militante et peut être étendu ou réduit comme un accordéon. Son principe de vie est son implication intégrale en tant que partie du mouvement ouvrier, son immersion dans la lutte des classes non par une décision du Comité central mais parce qu’elle y vit. C’est ce principe de vie qui ne peut être ni singe ni miniaturisé ; il ne se réduit pas comme un dessin animé ou ne rétrécit pas comme une chemise en laine.

Comme une réaction nucléaire, ce phénomène n’existe qu’à une masse critique ; en dessous de la masse critique, il ne diminue pas simplement, il disparaît. Par conséquent, qu’est-ce que le soi-disant singe de fête de micro-masse en miniature? Seulement la vie interne du parti de masse (une partie, en quelque sorte) ; mais cette vie intérieure, entraînée mécaniquement, est maintenant détachée de la réalité qui la régit dans un vrai parti de masse.


L’ISO a pratiqué une version modifiée du modèle de micro-parti développé par le SWP britannique. Cette approche a été moins dommageable que les autres versions. Mais nous pensons que toute tentative d’appliquer une certaine approximation d’un modèle de parti léniniste à un petit groupe (que ce modèle provienne des bolcheviks, des premières années du Komintern ou, comme cela a été plus courant chez les trotskystes, du Komintern après qu’il fut ” Bolchevisé » sous Zinoviev à partir de 1924) – et l’ISO est un petit groupe dans le contexte de la société américaine – est une erreur. Cette tentative est une des causes des difficultés de l’ISO.

Comme notre camarade David McNally l’a écrit en 2009 à quelqu’un qui était jusqu’à récemment membre du comité directeur de l’ISO :

L’un des grands problèmes avec le modèle dominant du « léninisme » à l’extrême gauche est l’idée que l’héritage du bolchevisme implique la construction inébranlable d’un petit groupe qui finira par gagner la direction du mouvement ouvrier. Etant donné qu’il n’y a pas d’armée, pas d’avant-garde de classe, prête à être dirigée, le projet du petit groupe devient la construction d’un leadership ostensible en attente.

Cela se transforme ensuite en l’idée que la tâche est de s’assurer que « nous serons prêts » – avec un cadre discipliné et une direction déterminée – lorsque les masses regardent vers la gauche. Dans le processus, une notion complètement non dialectique de leadership se développe – une notion dans laquelle des « dirigeants » ostensibles peuvent être sélectionnés et formés en dehors du processus de construction d’un véritable mouvement de masse de la classe ouvrière. Une conception du leadership en serre apparaît ainsi, selon laquelle les cadres révolutionnaires peuvent être élevés artificiellement dans l’atmosphère du petit groupe discipliné.

Tout cela produit un fétiche du leadership. Puisque nous sommes incapables de construire une organisation de masse, selon la pensée, nous ferons la prochaine meilleure chose – peut-être même la meilleure chose – et bâtirons le leadership sans lequel la révolution est impossible. Et tout cela – la construction d’un leadership et d’une adhésion disciplinée – en vient à constituer le noyau d’une doctrine appelée « léninisme ».


McNally continue :

Plutôt que d’aborder les questions vraiment cruciales – comment la gauche peut-elle reconstruire les pratiques, les organisations et les cultures d’auto-mobilisation de la classe ouvrière afin qu’une avant-garde de la classe ouvrière »

— en d’autres termes, une couche de combattants anticapitalistes du genre qui n’existait pas aux États-Unis depuis des décennies, comme Charlie Post et Kit Adam Wainer le discutent dans leur brochure Socialist Organization Today, dont des éléments commencent tout juste à émerger dans les États-Unis grâce à la radicalisation passionnante qui se produit—

pourrait en fait être recréé, et un parti significatif construit dans ses rangs–les vrais problèmes socio-historiques se réduisent à des questions de construction du petit groupe : recruter plus de membres, vendre plus de journaux, créer de nouvelles branches.

Maintenant, permettez-moi d’être clair : des organisations socialistes efficaces sont indispensables à la tâche de reconstruire ce que j’ai appelé « les pratiques, les organisations et les cultures d’auto-mobilisation de la classe ouvrière. ” Pour cette raison, nous avons besoin de forces socialistes dynamiques et croissantes. Il n’y a rien de mal à ce que les organisations socialistes essaient d’étendre leur portée ; au contraire, cela est nécessaire et important. Après tout, la reconstruction d’une véritable avant-garde de la classe ouvrière – par opposition aux petits groupes qui prétendent l’être (même si ce n’est qu’un embryon) – nécessitera des militants socialistes organisés dédiés à cette tâche.


Le HARCÈLEMENT SEXUEL et les agressions sont des problèmes dans toutes les organisations dans les sociétés où l’oppression de genre existe. Mais il y a souvent un lien entre l’approche du micro-parti et les réponses inadéquates d’un groupe socialiste aux actions oppressives de ses membres. Cette approche tend à gonfler l’importance du groupe dans l’esprit de ses membres. Préserver le groupe devient souvent une fin en soi. Lorsque les gens font de la stabilité ou de la préservation de la direction et de son autorité « léniniste » leur principale préoccupation, ils peuvent éviter de suspendre ou d’expulser des membres, en particulier des « dirigeants », pour comportement oppressif.

S’organiser sur des lignes de micro-parti avec un « fétiche du leadership » peut alimenter une culture de groupe abusive. Ce genre de culture reproduit plutôt qu’il ne remet en cause les comportements oppressifs de nos sociétés. Et les groupes socialistes qui considèrent leur propre expansion comme ce qui compte le plus sont généralement réticents à s’ouvrir aux luttes contre l’oppression, à en tirer des leçons et à changer.

Nous sommes convaincus que ce qu’il faut rejeter, ce n’est pas le socialisme d’en bas, mais le modèle de micro-parti « léniniste ». Nous ne vous proposons pas d’autre modèle. Au lieu de cela, nous vous encourageons à vous appuyer sur vos expériences et celles d’autres socialistes et à vous engager dans une expérimentation éclairée.

Comme l’a dit Duncan Hallas, « une argumentation utile sur les problèmes de l’organisation socialiste est impossible au niveau des généralisations « universelles ». Les organisations n’existent pas dans le vide. Ils sont composés de personnes réelles dans des situations historiques spécifiques, essayant de résoudre de vrais problèmes avec un nombre limité d’options qui s’offrent à eux.

Nous espérons que vous serez en mesure de développer un nouveau mode d’organisation qui vous aide à contribuer à faire avancer l’auto-organisation des exploités et des opprimés dans la situation dans laquelle vous vous trouvez.

Avec nos meilleurs voeux,
David Camfield, Winnipeg
Todd Gordon, Toronto
Brian McDougall, Ottawa
Sandra Sarner, Toronto

Publié pour la première fois sur Facebook

La source: socialistworker.org

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici