Une opportunité de prendre au sérieux la migration climatique

0
15

Bien qu’elle puisse être abordée dans les discussions sur l’adaptation et les pertes et dommages résultant du changement climatique, la migration climatique n’est pas à l’ordre du jour de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique de la semaine prochaine, connue sous le nom de COP27. C’est profondément troublant. La première rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat en 1990 a reconnu que la migration serait l’une des principales conséquences du changement climatique. Cette migration est déjà en cours. Quelques 20 millions de personnes sont déplacées chaque année par des catastrophes naturelles, principalement des événements liés aux conditions météorologiques. Tous les signes pointent vers encore plus de personnes chassées de leurs communautés par des catastrophes qui sont plus fréquentes et extrêmes en raison du changement climatique d’origine humaine. Les catastrophes à évolution lente comme la sécheresse et l’élévation du niveau de la mer conduiront encore plus de personnes à se déplacer. La Banque mondiale projets que sans efforts sérieux pour limiter les émissions de gaz à effet de serre, 216 millions de personnes migreront à l’intérieur du pays à cause du changement climatique d’ici 2050 (non comprising Moyen-Orient, Amérique du Nord ou Europe).

À mesure que certaines parties de notre planète deviendront moins habitables, les gens se déplaceront, soit en prévision de changements environnementaux, soit en réaction à des événements catastrophiques. Pour millénaires les gens se sont déplacés en réponse aux risques environnementaux. La migration est une stratégie de survie éprouvée. Cependant, les pressions en faveur de la migration humaine augmenteront probablement à des niveaux sans précédent. Beaucoup seront piégés sur place parce qu’ils n’ont pas non plus les moyens d’augmenter les restrictions de mouvement. Il y a douze ans, la COP16 appelé pour poursuivre les travaux sur la migration, le déplacement et la planification de la réinstallation en tant que stratégies d’adaptation. La COP27 est un moment opportun pour traduire cette affirmation générale en action.

Que peut et doit faire la COP27 ? Premièrement, il doit donner plus de mordant aux efforts d’atténuation. La réduction des émissions de carbone – ou du moins le ralentissement du taux de croissance des émissions – est la mesure la plus importante pour réduire le risque de déplacement climatique. Courant efforts sont bien en deçà des niveaux nécessaires pour une atténuation efficace.

Deuxièmement, faire davantage pour réduire le risque de catastrophe. Nous avons des centaines de recommandations et d’importants cadres internationaux comme le Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe, mais plus d’argent et de volonté politique sont nécessaires. Seulement 2% de l’aide au développement à l’étranger est actuellement consacrée à la réduction des risques de catastrophe, même si les preuves montrent qu’un dollar dépensé pour réduire le risque de catastrophe réduit les dommages de six dollars. La réduction des risques de catastrophe permet non seulement d’économiser de l’argent, mais aussi de sauver des vies. Selon le Organisation météorologique mondialealors que le nombre de catastrophes a quintuplé au cours des 50 dernières années, le nombre de décès a été divisé par trois. À mesure que la fréquence des événements climatiques catastrophiques augmente, la construction sur ces progrès est cruciale.

Troisièmement, les pays donateurs doivent envisager sérieusement d’utiliser les fonds d’adaptation pour aider les gouvernements à commencer à planifier la mobilité climatique dans leurs propres contextes. Cela pourrait inclure l’examen des zones où les personnes sont exposées à des risques environnementaux et la projection des lieux où les personnes sont susceptibles de se déplacer, ainsi que le soutien aux gouvernements locaux susceptibles de perdre ou d’augmenter leur population. Une récente une analyse par le Migration Policy Institute a noté que les donateurs hésitent à financer des projets spécifiques à la migration climatique en raison de préoccupations politiques et de l’incertitude quant aux types de projets à financer. Il est crucial que la COP 27 mobilise des financements sur cette question. Même avec des mesures d’atténuation et de réduction des risques, la migration induite par le climat est déjà en cours et susceptible d’augmenter. Alors que la migration planifiée et ordonnée peut être une stratégie d’adaptation efficace et doit être soutenue, tous les efforts doivent être faits pour minimiser la douleur de ces déplacements et minimiser les déplacements forcés.

Peu de gouvernements ont commencé à planifier cette éventualité – en fait, seuls deux ont des plans de mobilité climatique accessibles au public (Vanuatu et Fidji). La possibilité que de larges pans de la population d’un pays se déplacent est difficile à envisager pour les gouvernements et encore plus difficile à élaborer des stratégies concrètes. Par exemple, quels ministères gouvernementaux devraient être impliqués, et quels changements réglementaires et même législatifs pourraient être nécessaires ? Accroître la disponibilité des financements internationaux pour l’adaptation inciterait les gouvernements à commencer à y réfléchir. Les pays qui ont été les principaux moteurs du changement climatique ont maintes fois engagé à fournir 100 milliards de dollars de financement pour l’atténuation et l’adaptation au changement climatique. Où est le argent? Et comment les bailleurs de fonds peuvent-ils le mettre à la disposition des pays pour planifier spécifiquement la mobilité climatique ? La COP 27 devrait fournir des cadres d’orientation aux gouvernements qui cherchent à accéder au financement de l’adaptation pour planifier la migration causée, au moins en partie, par le changement climatique.

Quatrièmement, les parties prenantes à la COP27 doivent reconnaître que le changement climatique intensifiera les processus d’urbanisation en raison des migrations internes et transfrontalières. La mobilité climatique est avant tout un enjeu pour villes. Certaines villes, notamment Villes côtières, peut voir sa population diminuer en raison de l’élévation du niveau de la mer. D’autres peuvent voir des augmentations, parfois augmentations très rapides de la population — en particulier à la suite de catastrophes naturelles. Les maires et les autorités municipales seront en première lignes des migrations climatiques. Les responsables des villes côtières, par exemple, devront travailler avec les gouvernements et la société civile internationale et locale pour mettre en œuvre des mesures visant à réduire les risques d’inondation. Et les migrants climatiques arrivant dans les villes auront besoin de services de base, d’un logement et d’un soutien à l’emploi alors qu’ils naviguent dans de nouvelles vies en milieu urbain. Les responsables municipaux ont besoin de plus de soutien financier, technique et politique pour maintenir les gens en place le cas échéant et pour répondre aux besoins des nouveaux résidents.

Enfin, alors que la plupart des migrations induites par le climat se produiront à l’intérieur des frontières, la réalité est que de nombreuses personnes ont et continueront de quitter leur pays d’origine en raison du changement climatique. Les gouvernements, la société civile et les communautés elles-mêmes doivent s’y préparer. Les cadres mondiaux pour ceux qui traversent les frontières à cause des catastrophes et du changement climatique sont presque inexistants. Les personnes forcées de se déplacer en raison de catastrophes ne sont pas des réfugiés au regard du droit international. Ce ne sont pas non plus des travailleurs migrants.

Les pays doivent tirer parti des programmes de visas de travail existants de manière innovante et développer de nouveaux cadres juridiques pour faire face au déplacement climatique. Certains gouvernements ont adopté de nouvelles catégories de visas humanitaires, telles que Argentine. La Plateforme sur les déplacements liés aux catastrophes a fait un travail remarquable en encourageant les gouvernements à se préparer à davantage de déplacements transfrontaliers en cas de catastrophe. Cependant, il en faut beaucoup plus. Il est probable que la modification des définitions existantes des réfugiés pour inclure le climat politiquement irréalisablemais les gouvernements doivent s’efforcer de fournir des statuts humanitaires complémentaires aux migrants qui ne peuvent pas retourner dans leurs foyers et leurs moyens de subsistance détruits par le changement climatique.

La COP27 est l’occasion non seulement de reconnaître que la migration climatique est là pour durer, mais aussi de mettre à disposition des ressources pour soutenir les gouvernements. Les pays les plus riches du monde ont été les principaux moteurs du changement climatique, mais les pays en développement et les pays côtiers et de faible altitude en supportent en particulier le poids de ses effets. L’action en matière d’immigration à travers le monde a été entravée par la polarisation politique, en particulier en Europe et aux États-Unis. Mais les gouvernements doivent reconnaître que les défis posé par la migration climatique ne fera que s’aggraver si des voies sûres et ordonnées ne sont pas établies. La COP27 devrait aller au-delà des affirmations générales vers des actions concrètes pour fournir un financement et un soutien technique aux gouvernements, aux responsables locaux et aux sociétés civiles des pays en développement. Les discussions sur les programmes de visas et les cadres juridiques pour accommoder les déplacements transfrontaliers devraient être centrales. Alors que les représentants des pays du monde entier se réunissent la semaine prochaine, la migration induite par le climat doit être au premier plan.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire