Une politique climatique éclairée pour l’Afrique

0
100

Alors que le monde se réunit à Glasgow pour la 26e Conférence des Parties des Nations Unies sur le changement climatique (COP26), il est temps de reconnaître le rôle de l’Afrique dans la prévention d’une catastrophe climatique sans compromettre la croissance du continent et la réduction de la pauvreté. Le monde doit s’éloigner des combustibles fossiles. Mais l’accès à l’électricité est un droit humain inscrit dans l’objectif de développement durable 7. L’électricité est vitale pour le progrès de toute économie, et reléguer les pays africains à une plus grande pauvreté n’est pas la solution à la crise climatique mondiale.

Le monde doit s’éloigner des carburants qui ont alimenté l’industrialisation en Europe, aux États-Unis et en Asie. Aujourd’hui, le charbon représente encore jusqu’à 38 % de la production d’électricité dans le monde, la Chine, l’Inde, les États-Unis et l’UE restant les plus gros consommateurs de charbon au monde. Dans le même temps, les institutions financières internationales limitent les investissements dans les projets d’énergie électrique en Afrique à l’éolien et au solaire pour des raisons environnementales. La demande énergétique actuelle de l’Afrique est estimée à 700 TW, soit 4 000 fois les 175 GW de capacité éolienne et solaire que le monde entier a ajouté en 2020. L’Afrique ne peut pas s’industrialiser uniquement sur l’énergie éolienne et solaire.

En Afrique subsaharienne, 12 millions de nouvelles personnes entrent sur le marché du travail chaque année. Ils ne peuvent pas gérer des entreprises prospères dans le noir. Aujourd’hui, près de 600 millions d’Africains n’ont pas accès à l’électricité, un nombre que les projets de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) vont en fait augmenter de 30 millions en raison de la pandémie de COVID-19. Pour créer des emplois pour la population jeune en plein essor d’Afrique, nous devons trouver des moyens d’alimenter l’industrialisation du continent.

Le monde est confronté à une crise climatique existentielle et doit se mobiliser pour en éviter les impacts potentiellement dévastateurs, mais laisser 600 millions d’Africains dans le noir n’est pas une option.

Il est important de noter que l’Afrique porte le moindre responsabilité pour la crise climatique mondiale mais fait face à ses conséquences les plus graves. Quarante-huit pays d’Afrique subsaharienne en dehors de l’Afrique du Sud ne sont responsables que de 0,55 % des émissions cumulées de CO2. Pourtant, 7 des 10 pays les plus vulnérables au changement climatique se trouvent en Afrique.

Pourtant, l’Afrique jouera un rôle majeur dans la résolution de la crise mondiale. Le bassin du Congo est la deuxième plus grande forêt tropicale du monde et est vital pour la stabilisation du climat mondial, absorbant 1,2 milliard de tonnes de CO2 chaque année. Sans le bassin du Congo et l’Amazonie, le monde se réchaufferait beaucoup plus rapidement.

La transition mondiale vers les énergies renouvelables signifiera une augmentation exponentielle de la production de batteries, de véhicules électriques (VE) et d’autres systèmes d’énergie renouvelable, qui nécessitent les ressources minérales de l’Afrique. Par exemple, la République démocratique du Congo (RDC) représente 70 pour cent du cobalt mondial, le minéral essentiel à la production de batteries. La demande de cobalt devrait doubler d’ici 2030. A l’inverse, 84 millions de personnes (80 % de la population totale) en RDC pourraient encore ne pas avoir accès à l’électricité en 2030.

Nous pensons que nous pouvons atteindre les objectifs mondiaux de réduction des émissions sans entraver le développement de l’Afrique. Pour stimuler la croissance économique de l’Afrique et prévenir les pires conséquences du changement climatique, nous proposons un programme d’action en quatre points :

  • Utiliser l’Accord de libre-échange continental africain (AfCFTA). L’AfCFTA créera la plus grande zone de libre-échange au monde en intégrant 54 pays africains avec une population combinée de plus d’un milliard de personnes et un produit intérieur brut de plus de 3 400 milliards de dollars. L’engagement de l’Afrique à réduire les barrières commerciales intra-africaines peut attirer davantage d’investissements du secteur privé avec des opportunités de marché plus vastes et connectées.
  • Tirer parti des opportunités économiques vertes. La demande accrue de véhicules électriques, de minéraux essentiels et de systèmes d’énergie renouvelable est une opportunité pour l’Afrique de capturer de plus grandes parties des chaînes d’approvisionnement dans la nouvelle économie verte. Les nations et les entreprises peuvent collaborer au-delà des frontières pour créer un pipeline de projets énergétiques bancables pour attirer les investissements. L’augmentation de la capacité de fabrication et de production locale pour les ressources, les matériaux et les produits à valeur ajoutée essentiels à la technologie verte créera des emplois localement.
  • Adoptez le financement du développement juste. Les projets énergétiques à grande échelle nécessaires à l’industrialisation des économies sont à forte intensité de capital et nécessitent souvent des investissements de la part des institutions de financement du développement. Le financement des institutions de financement du développement devrait catalyser les ressources du secteur privé. Bien que nous soyons d’accord sur la justification environnementale et économique du non-financement de nouvelles centrales au charbon, elles ne devraient pas limiter le soutien aux projets de production d’électricité au gaz naturel, hydroélectrique et géothermique. Cette politique crée un fardeau injuste sur les économies qui ont besoin d’une variété de sources pour accroître l’accès et renforcer la résilience de leur infrastructure électrique. Il est hypocrite de la part de l’UE, des États-Unis et de la Chine d’utiliser des combustibles fossiles tout en refusant aux autres les moyens de se sortir de la pauvreté.
  • Adoptez une responsabilité proportionnée. La Chine, l’UE et les États-Unis émettent plus de 40 pour cent du total mondial des gaz à effet de serre, tandis que toute l’Afrique en émet 7 pour cent. Donner la priorité à la transition vers les énergies renouvelables et imposer des exigences de réduction des émissions plus élevées dans l’UE, les États-Unis et la Chine allégera le fardeau des pays qui ont encore besoin d’une variété de méthodes de production d’électricité pour accroître l’accès à l’énergie.

Le monde est confronté à une crise climatique existentielle et doit se mobiliser pour en éviter les impacts potentiellement dévastateurs, mais laisser 600 millions d’Africains dans le noir n’est pas une option. Nous devons éviter une catastrophe climatique et élargir l’accès à l’énergie en Afrique en même temps.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici