Une voie nord-américaine possible sur les polluants climatiques à courte durée de vie

0
151

Alors que le monde revisite la sécurité énergétique et climatique avec une nouvelle urgence, l’Amérique du Nord peut-elle trouver une voie constructive à suivre ? Les États-Unis, le Canada et le Mexique ont lutté pendant des décennies dans ce domaine et l’ont largement contourné dans l’accord commercial États-Unis-Mexique-Canada lancé en 2020.

Cependant, les trois nations soutiennent l’Accord de Paris et le tout nouveau Global Methane Pledge. Les sommets des dirigeants nord-américains sont de retour après une demi-décennie d’interruption. Le Canada et les États-Unis ont établi une « feuille de route » pour un partenariat renouvelé en matière de climat et d’énergie. L’USMCA est opérationnel mais pas gravé dans le granit. Il exige un examen tous les six ans, permet des accords supplémentaires et conserve les dispositions environnementales créées en vertu de son prédécesseur, l’Accord de libre-échange nord-américain.

Il ne faut pas surestimer la capacité des sommets, des engagements ou des accords commerciaux à passer outre les profondes différences transnationales. Les défis à la collaboration nord-américaine restent décourageants pour les émissions de carbone étant donné les différences politiques profondes.

Le nationalisme énergétique renaissant sous le président mexicain Andrés Manuel López Obrador supplante le développement des énergies renouvelables par des entreprises privées avec la maximisation de la production pétrolière par une entité nationale endettée. Les subventions américaines proposées à l’achat de véhicules électriques favorisent de manière décisive les produits fabriqués aux États-Unis, ridiculisés par les voisins de la chaîne d’approvisionnement comme des menaces de l’USMCA. Les voisins occupent des mondes divergents en matière de tarification du carbone alors que l’Europe envisage des ajustements aux frontières pour les nations qui se dérobent ; Le Canada vise un prix de 170 $ la tonne (canadien) d’ici 2030, tandis que l’Amérique n’a pas de prix national du carbone et que le Mexique en maintient un nominal. L’expansion du commerce transfrontalier d’électricité propre se heurte à des obstacles politiques de taille.

Un meilleur point de départ pour un engagement continental crédible pourrait impliquer les polluants climatiques à courte durée de vie (SLCP). Les contaminants tels que le méthane et les hydrofluorocarbures (HFC) reçoivent beaucoup moins d’attention politique que le carbone, mais ont un impact climatique à court terme. Une tonne de méthane libéré a 87 fois l’impact du carbone sur le réchauffement climatique sur deux décennies. Les SLCP ont déclenché bien plus d’un quart du réchauffement climatique qui s’est déjà produit.

L’atténuation du méthane dans le secteur de l’énergie offre un lieu de collaboration prometteur, compte tenu des avancées technologiques dans la mesure des rejets et des options rentables pour minimiser le torchage et la ventilation. La Norvège et l’Arabie saoudite maintiennent depuis longtemps des régimes réglementaires crédibles pour capter le méthane, soucieux de sa valeur commerciale. L’adhésion mondiale aux normes norvégiennes réduirait les émissions de méthane du pétrole et du gaz de plus de 90 %.

Des évaluations comparables ne peuvent pas encore être appliquées à l’Amérique du Nord. De nombreux États américains et provinces canadiennes à forte production ont longtemps résisté à des politiques rigoureuses sur le méthane face à une opposition féroce de l’industrie. Le Mexique a connu des augmentations spectaculaires des taux de torchage ces dernières années malgré la baisse de la production de pétrole, ce qui a nécessité une augmentation des importations de gaz du Texas pour compenser ses déchets.

Cette dynamique est peut-être en train de changer de manière significative. Le sommet des dirigeants de novembre a approuvé une stratégie continentale “pour réduire les émissions de méthane de tous les secteurs, en particulier du pétrole et du gaz”. Le Canada a négocié des normes rigoureuses sur le méthane avec les provinces productrices, semble en voie d’atteindre d’importants objectifs de réduction à mi-décennie et se prépare à aller beaucoup plus loin.

L’administration Biden a placé le méthane au premier plan de son programme climatique et énergétique, y compris le leadership mondial en matière d’engagement. Le Congrès a rétabli certaines réglementations de l’ère Obama avec des traces de soutien bipartite, les agences fédérales préparent des étapes avancées, quelques États producteurs majeurs proposent des modèles de meilleures pratiques pour l’action nationale et de nombreuses entreprises américaines recherchent une production plus propre. La nouvelle législation fédérale sur les infrastructures comprend des fonds considérables pour accélérer la fermeture des puits orphelins longtemps négligés par l’industrie et les États.

Cette transition est cependant un travail en cours. Le soleil se couchera probablement sur une 117e Le Congrès est de plus en plus divisé selon des lignes partisanes sur le méthane, y compris le mépris républicain croissant pour les entreprises promettant des mesures audacieuses pour réduire leurs déchets de méthane. De nombreux États de production semblent prêts à s’opposer aux réglementations fédérales à venir devant les tribunaux et à retarder leur mise en œuvre. À son tour, le Mexique a eu du mal à mettre en œuvre sa législation sur le méthane de 2018 dans un contexte de poursuite totale du pétrole qui marginalise la capture de gaz associée.

Les efforts continentaux pourraient commencer par le développement d’un inventaire des émissions à la pointe de la technologie après des décennies de biais à la baisse dans les systèmes de déclaration existants dans les trois pays, mais en fin de compte aller beaucoup plus loin. Les mesures existantes de libération de méthane restent notoirement peu fiables à travers le continent. Ils sapent les affirmations persistantes sur les avantages climatiques consécutifs du gaz naturel par rapport au pétrole et au charbon ou sur la supériorité environnementale des exportations de gaz nord-américain.

Les perspectives climatiques collaboratives peuvent être plus importantes en dehors du domaine de l’énergie, y compris les produits chimiques utilisés principalement dans la climatisation et la réfrigération. Les HFC ont joué un rôle essentiel dans la protection de la couche d’ozone dans le cadre du Protocole de Montréal, mais restent de puissants SLCP. 2016 Les amendements de Kigali à Montréal guident la transition mondiale vers des alternatives respectueuses du climat, y compris des dispositions pour empêcher les nations non participantes d’exporter de futurs HFC. Le Canada et le Mexique ont rapidement ratifié Kigali et le Canada a pris des mesures agressives de réduction précoce des HFC. Le Mexique ne produit pas de HFC mais tient à conserver son rôle de premier exportateur mondial de réfrigérateurs et a mis en place un calendrier de transition.

Les États-Unis sont restés à la traîne du HFC continental jusqu’à ce que la pression de l’industrie et du gouvernement de l’État propulse une législation bipartite en décembre 2020, établissant des objectifs progressifs compatibles avec Kigali. Il ne reste plus qu’à ratifier le traité du Sénat pour restaurer pleinement la position américaine et les premières audiences du Comité des relations étrangères suggèrent un soutien remarquablement large. L’administration Biden a rapidement finalisé les réglementations et créé un groupe de travail multi-agences pour lutter contre la contrebande de HFC qui a rapidement pris des mesures d’application importantes. La contrebande reste une préoccupation majeure de la mise en œuvre de Kigali à l’échelle mondiale.[1] L’expansion de ce groupe de travail à l’échelle continentale offre un point de départ collaboratif.

Il n’existe aucun foyer institutionnel unique pour de telles initiatives continentales. Mais un héritage durable de l’ALENA est la Commission de coopération environnementale. Dirigée par un secrétariat trinational, la CCE s’est fréquemment penchée sur les questions climatiques et énergétiques tout en établissant une importante base de données sur les rejets toxiques continentaux. Il possède les types de compétences analytiques et d’expertise politique pour assumer un rôle de leadership sur des questions telles que la transition du méthane et des HFC, y compris la divulgation par le biais d’inventaires d’émissions crédibles, de rapports évaluant les tendances de performance nationales et continentales et l’application transfrontalière. Il n’y a pas deux polluants climatiques identiques, mais la CCE pourrait mettre en œuvre des efforts continentaux initiaux sur les SLCP, positionnant l’Amérique du Nord comme un chef de file mondial sur ces questions.


[1] Benjamin Sovacool, et al., « Changement climatique et gaz fluorés industriels », Examens énergétiques renouvelables et durables (2021): 1-55.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire