Vie extrême – CounterPunch.org

0
58

Photographie de Nathaniel St. Clair

Ces dernières semaines, une Cour suprême de droite nouvellement enhardie a invalidé une loi new-yorkaise vieille de plus d’un siècle limitant le port d’armes dissimulées et un précédent vieux de près de 50 ans sur l’avortement. Pendant ce temps, le Comité du 6 janvier a expliqué en détail à la télévision comment notre dernier président a tenté de renverser les élections de 2021. L’inflation, bien sûr, continue de se déchaîner; les prix de l’essence ont atteint des niveaux records ; la guerre brutale en Ukraine se poursuit sans fin ; l’administration Biden semble de plus en plus malheureuse ; et le président lui-même de plus en plus âgé et de moins en moins ciblé. En somme, notre monde semble être dans un désordre qui fait la une des journaux, tandis que notre destin ici dans ce pays – merci, (in)justices Alito et Thomas, sans parler de The Donald et de son équipe ! – reste remarquablement à gagner par le pire d’entre nous tous.

Il y a tellement de chaleur, en d’autres termes, que nous semblons sans fin dans les feux de ce moment politique. Il n’est donc pas surprenant que, parlant de chaleur, l’histoire de loin la plus significative de notre époque, sans doute de tous les temps, soit à peine sur nos écrans radar. Je veux dire, mettons une chose au clair, si vous ne l’aviez pas tout à fait remarqué : vous et moi sommes déjà sur une autre planète. Et non, je ne pense pas à être dans une nouvelle guerre froide, ni à Donald Trump et à la dernière élection présidentielle, ni à Ron DeSantis et à la suivante, ni même à la dernière vague de l’interminable pandémie de Covid-19.

Je parle d’être sur une planète déjà en surchauffe non seulement politiquement ou militairement, mais de la manière la plus littérale possible. Je parle du changement climatique, bien sûr. Et ne pensez pas non plus que je me concentre uniquement sur la future surchauffe de cette planète. Ce que j’ai en tête, c’est ce présent très palpable. Je parle d’un pays, les États-Unis, qui, avec des dômes de chaleur sur des parties importantes de celui-ci récemment, a battu des records de chaleur saisonnière comme un fou. Phoenix (114), Tucson (111), El Paso (107) et Las Vegas (104) ont tous établi des records de chaleur en juin, tout comme Birmingham, Chicago, Little Rock, Jackson, Memphis, Shreveport et Nashville. C’est juste pour commencer une liste toujours plus longue et toujours plus brûlante, alors même que la Cour suprême vient d’agir pour s’assurer que de plus en plus d’émissions de gaz à effet de serre continueraient à se déverser dans notre atmosphère.

Ce n’est que récemment, lui-même sans aucun doute une première, que le National Weather Service Prediction Center a averti 100 millions d’Américains – et ce n’est pas une faute d’impression – de la côte du Golfe aux Grands Lacs et à l’est des Carolines qu’ils devraient rester à l’intérieur en raison d’une vague de chaleur dangereuse. Et, de peur que vous ne pensiez que j’ignore le sud-ouest et l’ouest, permettez-moi d’ajouter que ces régions sont maintenant dans la troisième année d’une méga-sécheresse sans précédent depuis au moins 1 200 ans. Considérez, par exemple, les deux méga-incendies record au Nouveau-Mexique qui n’arrêteront pas de brûler deux mois plus tard (avec la principale saison des incendies de l’Ouest toujours à venir). Et n’oubliez pas ces inondations record de 500 ans dans le parc national de Yellowstone, également liées à cette saison de surchauffe, aux déluges de pluie soudains et à la fonte des neiges des montagnes.

Et oui, je pense à un Arctique qui se réchauffe (et fond) sept fois plus vite que le reste de la planète. Je pense à une Chine aux prises avec des vagues de chaleur record et des inondations dévastatrices. Je pense à un Japon connaissant sa pire vague de chaleur. Je pense à une vague de chaleur printanière en Inde qui a produit son mois de mars le plus chaud depuis que des enregistrements y ont été enregistrés pour la première fois ; grillé une grande partie de l’Asie du Sud; et, selon les scientifiques, est maintenant 30 fois plus susceptible de se reproduire qu’une fois aurait été vrai. Et n’oubliez pas non plus les précipitations extrêmes et les inondations record dans cette région.

Je pense aussi à une Corne de l’Afrique brûlée qui vit (ou meurt) à cause d’une sécheresse dévastatrice. Je pense à une capitale provinciale du sud-est de l’Iran où la température a récemment atteint un record de 126 degrés Fahrenheit. Je pense aux vagues de chaleur dans le sud de l’Europe qui sont arrivées historiquement tôt – dans le cas de l’Espagne, de manière record.

Et c’est juste pour commencer une longue liste. Et rappelez-vous, ce que j’ai décrit ici est un cauchemar de vagues de chaleur et d’autres formes de conditions météorologiques extrêmes qui ne fait que commencer et qui, sauf surprises, ne fera que s’aggraver dans les décennies à venir. Nous parlons de parties de cette planète qui deviennent potentiellement inhabitables et transforment sans aucun doute des centaines de millions, peut-être un milliard ou plus d’entre nous en réfugiés climatiques sur la route de… eh bien, l’enfer.

Et si la démocratie américaine appartenait au passé ?

Je parle aussi d’un pays où, lors des élections de novembre et de novembre dans deux ans, les électeurs américains pourraient facilement sceller non seulement notre propre destin, mais une grande partie du monde. Nous pourrions garantir au moins six autres années entièrement alimentées par des combustibles fossiles au cours desquelles le deuxième plus grand émetteur de gaz à effet de serre du monde (et, historiquement, le plus grand de tous les temps) serait enfermé dans une étreinte trumpienne, similaire à celle qui enveloppe actuellement la Cour suprême et trop d’inférieures également, grâce à l’ancien président et à Mitch McConnell. Nous pourrions, en d’autres termes, garantir que rien – pas une seule chose – ne serait fait au niveau national pour compenser la surchauffe de cette planète de plus en plus tourmentée qui est la nôtre.

De plus, donner à la version actuelle du Parti républicain le contrôle du Congrès et de la présidence et il y aurait d’autres problèmes à venir. D’une part, considérez qu’il est possible que, d’une manière distinctement triomphale, sa direction tenterait (et oui, ce serait probablement à partir d’un AR-15) de transformer les théories folles de notre ancien président sur le système électoral américain en un potentiel réalité autocratique. La démocratie américaine serait, à ce moment-là, de l’histoire ancienne et ensuite, apporterait de la chaleur !

Ou plutôt, bienvenue en Amérique, Vladimir Trump ! (Ou Vladimir DeSantis ! Ou vous remplissez le blanc vous-même !)

Enfer sur Terre? Autrefois, ce n’était rien de plus qu’une expression utilisée pour des situations extrêmes, une métaphore de premier ordre. De plus en plus, cependant, cela devient une description de plus en plus précise de nos vies sur cette planète et quelque chose auquel nous devrions nous habituer. Sauf que, pour beaucoup d’entre nous dans un tel avenir, il n’y aurait aucun moyen de le faire.

Il n’est pas nécessaire de se concentrer sur les valeurs aberrantes actuelles comme ces températures printanières de 120 degrés en Inde et au Pakistan ou cette journée de 126 degrés en Iran, car des conditions météorologiques de plus en plus extrêmes de toutes sortes seront tout simplement la vie sur Terre. En fait, tôt ou tard, nous devrons cesser d’appeler cela des conditions météorologiques extrêmes, n’est-ce pas ? De plus en plus, ce ne sera que la météo. Période.

Et voici peut-être la chose la plus troublante de toutes : d’une manière ou d’une autre, dans ce pays, le changement climatique n’est pas encore devenu une partie importante du débat national ou de la politique dominante. Ce n’est pas encore un sujet sur lequel les démocrates semblent capables de fonctionner avec succès. Et cela ne pourrait pas être plus étrange car, à moins d’une guerre nucléaire, c’est notre propre avenir apocalyptique sous nos yeux, écrit non pas dans les étoiles, mais dans le monde même dans lequel nous vivons maintenant. Quoi de plus convaincant ? Sauf, pour le fait que, expliquez-le comme vous voulez, ce n’est pas le cas.

Oui, cela faisait brièvement partie du projet de loi Build Back Better de Joe Biden (merci, baron du charbon Joe Manchin !), mais maintenant, il a tout simplement disparu. Pire encore, depuis que Biden est arrivé à la Maison Blanche, son équipe de politique étrangère s’est concentrée sur la promotion d’une nouvelle guerre froide avec la Chine. Son objectif : rallier alliés et autres contre une Chine montante et militariser davantage les relations entre les deux superpuissances de la planète. Je veux dire, vous pourriez penser que les deux plus grands émetteurs de gaz à effet de serre du moment, la Chine et les États-Unis, ressentiraient un besoin naturel de travailler ensemble pour changer la structure énergétique de cette planète. Mais pas de chance. (En fait, à quand remonte la dernière fois que vous avez entendu parler de John Kerry, l’envoyé spécial présidentiel de l’administration Biden pour le changement climatique ?)

Et puis, bien sûr, ajoutez la guerre en Ukraine (merci un tas, Vlad !), Qui ne fait qu’alimenter encore plus cette planète en énergie fossile et repousse un mouvement important vers une énergie verte et propre vers un avenir inconnu. En fait, en l’absence de gaz naturel et de pétrole russes, certains pays européens désespérés envisagent même de se tourner vers le charbon, la pire des sources d’énergie émettrices de carbone ! Il semble évident que la fin de cette guerre doit être négociée immédiatement et pas seulement pour les Ukrainiens qui souffrent dans un pays de plus en plus jonché de décombres, ou les misérables soldats russes qui combattent la guerre de Vlad, mais pour le reste d’entre nous, pour la planète lui-même.

Le plus grand désastre de l’histoire de l’humanité ?

Excusez-moi un instant, mais j’aimerais crier !

Honnêtement, ne vous attendez pas à ce que le changement climatique soit un problème majeur, voire pas du tout, lors des élections de novembre. Et les six juges conservateurs de la Cour suprême, qui ne vont nulle part bientôt, travaillent déjà dur pour s’assurer qu’aucun futur gouvernement américain ne sera capable de prendre des mesures significatives pour atténuer les effets du réchauffement climatique.

En bref, je parle d’une planète sur laquelle je ne m’attendais même pas à vivre et que je ne veux certainement pas léguer à mes enfants et petits-enfants. Qu’est-ce qu’ils ont bien fait pour mériter ça ?

Et il ne pourrait pas être plus étrange que nous ne comprenions tout simplement pas. Oui, il y a beaucoup de scientifiques et un certain nombre de jeunes qui ont bien saisi le problème et font de leur mieux pour y répondre. Mais ce pays dans son ensemble (pas moins le monde), pas une chance dans… oui, autant le dire encore une fois… l’enfer.

Sinon, nous nous mobiliserions maintenant pour faire face au réchauffement climatique de la même manière que le président Franklin Roosevelt nous a mobilisés pour la Seconde Guerre mondiale. Car la vérité est que, si nous n’avançons pas tellement plus vite que nous ne le sommes maintenant, le climat, le temps, pourrait en effet s’avérer être notre troisième guerre mondiale (et IV et V). Si c’est le cas, cela fera honte au président russe. Ce sera, pour reprendre la vieille expression de Kurt Vonnegut pour la Seconde Guerre mondiale, un « abattoir » d’un nouveau genre. Et pourtant, aussi logique que cela puisse paraître, une telle mobilisation ne semble pas encore dans les cartons et, pire encore, si la politique américaine suit son cours actuel, ce ne sera peut-être pas dans un avenir imaginable.

Et pourtant, en fin de compte, cela ne peut tout simplement pas être, n’est-ce pas ? À un certain niveau, c’est tellement évident et pas très compliqué non plus. Nous – et cela signifie une grande partie de la planète, pas seulement ceux d’entre nous ici aux États-Unis – devons nous mobiliser non pas les uns contre les autres pour une fois, mais contre ce qui est clairement en train de devenir la plus grande catastrophe de l’histoire de l’humanité.

Arrêtez-vous et pensez-y un instant. Compte tenu de notre histoire, cela veut dire quelque chose, n’est-ce pas ?

Et pourtant, les hommes – et c’étaient des hommes – que j’ai qualifiés de terraristes il y a des années parce qu’eux, et les compagnies pétrolières géantes qu’ils dirigeaient, semblaient si résolument déterminés à dévaster la planète (quelque chose que j’appelais “terracide”) pour les profits les plus immédiats et un tout -la vie de trop haut vol pour eux-mêmes semble encore être en selle. Oui, au cours de ce siècle, Washington a mené une guerre désastreuse de 20 ans contre le terrorisme, mais jamais, que les républicains ou les démocrates aient été au pouvoir, contre les vrais terraristes de cette planète.

Comme je l’ai écrit à leur sujet il y a près d’une décennie,

“Ceux qui dirigent les géants de l’énergie savaient parfaitement ce qui se passait et auraient bien sûr pu en lire dans les journaux comme nous tous. Et qu’ont-ils fait ? Ils investissent leur argent dans le financement de groupes de réflexion, de politiciens, de fondations et d’activistes déterminés à mettre l’accent sur les “doutes” sur la science[of climate change] (puisque cela ne pouvait pas être réfuté); eux et leurs alliés ont énergiquement promu ce qui est devenu connu sous le nom de déni climatique. Ensuite, ils ont envoyé leurs agents et lobbyistes et de l’argent dans le système politique pour s’assurer que leurs méthodes de pillage ne seraient pas gênées. Et entre-temps, ils ont redoublé d’efforts pour extraire du sol une énergie toujours plus dure et parfois plus “sale” de manière toujours plus dure et plus sale.

Et, en vérité, trop peu de choses ont changé à ce jour, alors que les géants de l’énergie en Ukraine prospèrent en ce moment, tandis que le prix du pétrole et du gaz naturel ne fait que monter en flèche et que le reste d’entre nous continue de suffoquer.

Ce n’est pas qu’il n’y a rien à faire. Le prix des énergies renouvelables baisse régulièrement depuis des années. Si les gouvernements concentraient le genre d’attention sur le changement de notre environnement énergétique qui va maintenant dans les guerres, chaudes et froides, et le genre d’argent qui va maintenant dans le Pentagone et ses équivalents mondiaux, ne doutez pas une seconde que nous pourrions bouger vers un monde véritablement renouvelable.

Nous avons été avertis, à maintes reprises, par les plus grands scientifiques de cette planète, que non seulement la situation s’aggrave, mais, à moins que l’humanité ne se recentre de manière considérable, que la situation ne fera qu’empirer. La question est : quand la douleur du changement climatique deviendra-t-elle trop grande pour être ignorée plus longtemps et sera-t-il alors trop tard ? J’espère que non !

Cette colonne est distribuée par TomDispatch.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/07/07/extreme-life/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire