Visez Maidan Myths 2018 : Stephen Cohen défie les récits fictifs

0
147

Couverture du livre War with Russia?: From Putin & Ukraine to Trump & Russiagate par Stephen Cohen

Cohen comme voix prophétique

Lecture de Stephen Cohen Guerre avec la Russie : de Poutine et l’Ukraine à Trump et au Russiagate (2022) est nécessaire si nous voulons dépouiller les récits fictionnels du conflit russo-ukrainien. Dans ce troisième article de plongée aux perles de notre intrépide érudit, nous nous concentrons sur son analyse pénétrante des récits contradictoires sur la crise ukrainienne. Dans « Four years of Maidan myths », écrit le 3 janvier 2018, Cohen nomme la crise « l’événement politique fondateur du début du 21St siècle » (p. 143).

Je suis d’accord : c’est fondateur parce que, pour l’essentiel, le conflit ne concerne pas l’Ukraine pour lui-même, mais plutôt, si l’Amérique réussira à déterminer qui gouvernera le monde. Chacun doit se soumettre, assumer sa place désignée dans l’ordre hiérarchique de l’être. L’Amérique est le grand professeur ; le reste d’entre nous élèves immatures. Mais ce professeur porte une puissante massue pour nous réduire en miettes si nous ne respectons pas les règles.

Cohen est une voix prophétique dans le discours critique mondial. Le coup d’État pro-américain et anti-russe de 2014 a suscité ce commentaire : « Les événements de 2014 ont également conduit au renforcement continu de l’OTAN à la frontière occidentale de la Russie, dans la région de la Baltique, un autre nouveau front de guerre froide chargé de la possibilité d’une guerre chaude. Pire encore, fin 2017, l’administration Trump a annoncé qu’elle fournirait au gouvernement de Kiev des armes plus nombreuses et plus sophistiquées, une mesure que même l’administration Obama, qui a joué un rôle préjudiciable important dans la crise de 2014, a refusé de franchir. (ibid.).

En ce moment même où j’écris, l’administration nihiliste Biden injecte 40 milliards de dollars dans l’armement de l’Ukraine : la guerre est maintenant chaude, intensément. Et plus la guerre devient chaude, plus le monde entier devient instable. Chaque jour, semble-t-il, une nouvelle menace menaçante d’étendre la guerre contre la Russie surgit : la Suède et la Finlande envisagent de rejoindre l’OTAN. Poke the bear est le nom de cette terrible guerre mondiale. Piquez trop fort et trop longtemps et mettez le feu au monde. Serrez l’ours pour qu’il ne puisse plus respirer.

Deux récits contradictoires

Cohen affirme qu’il existe deux récits contradictoires de la crise ukrainienne. Washington et le gouvernement soutenu par les États-Unis à Kiev promeut – comme la plupart d’entre nous le savent maintenant – n’accuse que « l’agression » au Kremlin – « en particulier par le président russe Poutine ». Moscou et les forces rebelles de l’est de l’Ukraine, qu’elle soutient,[traduction]« blâment “l’agression” de Washington et de l’Union européenne » (ibid.). Ces types de conflits attisent certainement un tourbillon de perceptions erronées et de pensées vénéneuses. Mais Cohen déclare que « dans l’ensemble, le récit de Moscou, presque entièrement supprimé des médias de masse américains, est plus proche des réalités historiques de 2013-2014 » (p. 144). Je pense que toute cette animosité accumulée contre la Russie est si exagérée, si disproportionnée par rapport aux actions réelles de la Russie – en fait, le véritable objet de dénigrement mondial devrait être la puissante présence envahissante des XXe et XXIe siècles : la hégémonie américaine. Gonflez les crimes présumés des autres ; cacher le sien. Avalez le vitriol avant que tout le monde ne découvre la vérité sur vos propres crimes contre l’humanité.

La place Maïdan n’était pas une révolution démocratique

Cohen souligne que qualifier les événements de la place Maidan de « révolution démocratique » (p. 144) est un mythe tenace. Pas grand-chose de la révolution – s’exclame Cohen – les “pouvoirs oligarchiques qui ont affligé l’Ukraine avant 2014 restent en place quatre ans plus tard, avec leurs pratiques de corruption”. De plus, « en ce qui concerne ‘démocratique’, destituer un président légalement élu en menaçant sa vie, comme cela est arrivé à Viktor Ianoukovitch en février 2014, n’était pas admissible. Pas plus que la manière préemptive dont le nouveau gouvernement a été formé, la constitution modifiée et les partis pro-Ianoukovitch interdits. Le renversement de Ianoukovitch a impliqué des gens dans la rue, mais c’était un coup d’État » (ibid.). Un mythe connexe persiste, à ce jour, selon lequel Ianoukovitch a envoyé les tireurs d’élite qui ont tué quelque 80 manifestants ou plus. Il a[traduction]« maintenant pratiquement été prouvé que les tireurs appartenaient plutôt à Right Sector, un groupe néonazi qui faisait partie des manifestants sur la place » (ibid.).

Cohen déclare qu’en 2018, le président Porochenko était «extrêmement impopulaire chez lui… Le gouvernement reste omniprésent. Son économie financée par l’Occident continue de patauger. Et pour la plupart, Kiev a toujours refusé de mettre en œuvre ses obligations en vertu des accords de paix de Minsk II de 2015, accordant surtout aux territoires rebelles du Donbass suffisamment d’autonomie pour les maintenir dans un État ukrainien unifié » (ibid.). Les médias grand public n’informeront jamais les citoyens que le gouvernement de Porochenko (et celui de Zelensky aujourd’hui) “reste à moitié otage de bataillons ultranationalistes armés, dont l’idéologie et les symboles incluent fièrement des néo-fascistes – des forces qui détestent la Russie et les valeurs “civilisationnelles” occidentales, auxquelles Maidan a été dit aspirer, presque également. Les « républiques » rebelles du Donbass ont leurs propres traits laids, mais elles ne combattent que pour la défense de leur propre territoire contre les armées de Kiev et ne sont pas parrainées par le gouvernement américain » (ibid.).

Prendre des commandes des États-Unis

En 2018, Cohen a également perçu le danger que “le régime bancal de Kiev interprète les armes américaines comme un signal de Washington pour lancer une nouvelle offensive contre le Donbass afin de regagner du soutien chez lui, mais qui risque de se terminer à nouveau en catastrophe militaire pour Kiev. Si c’est le cas, cela pourrait rapprocher les néo-fascistes, qui pourraient acquérir certaines des armes américaines, du pouvoir et la nouvelle guerre froide américano-russe plus près d’une guerre directe entre les superpuissances nucléaires. (Des formateurs américains devront être envoyés avec les armes, s’ajoutant aux quelque 300 déjà sur place. Si certains sont tués par les forces rebelles soutenues par la Russie, même involontairement, quelles seront les réactions de Washington ?) (p. 145).

Stephen lève les mains avec consternation : pourquoi, au nom de Dieu, l’administration Trump a-t-elle maintenant promis de fournir des armes à Kiev ? Eh bien, le prétexte était de, quoi d’autre, dissuader Poutine de « plus d’agressions contre l’Ukraine, ce pour quoi il n’a montré aucun désir ni intention d’aucune sorte ». Cela n’a pas non plus de sens géopolitique. La Russie voisine peut facilement améliorer ses armes dans les provinces rebelles » (ibid.). Pourquoi Trump, qui voulait coopérer avec la Russie, a-t-il fait un tel « pas téméraire » ? Cohen pense qu’il est très probablement vrai qu’il essayait de “réfuter les allégations du Russiagate selon lesquelles il est un laquais du Kremlin – des accusations qu’il entend et lit quotidiennement non seulement à partir de commentaires accablants sur MSNBC et CNN, mais aussi de l’universitaire autrefois distingué Paul Krugman, qui a dit à son New York Times lecteurs du 17 novembre 2017 : « Il n’y a vraiment aucun doute sur la collusion Trump/Poutine, et Trump continue en fait d’agir comme la marionnette de Poutine » (ibid.).

Langue du livre de jeu orwellien

Remarquez le choix de la langue (« pas de question », « en fait », « continue » et « marionnette ») – tout droit sorti du livre de jeu d’Orwell. En fait, Cohen dit qu’il y a toutes les « ‘questions’ et pour l’instant aucun ‘en fait’ du tout » (ibid.). Est-ce que les penseurs rêvent de ça avec des whiskies dans leurs arrière-boutiques ? “Hé, comment cela fonctionnerait-il?” Des éclats de rire remplissent la pièce. Puis d’un coin de la pièce vient la suggestion. “Pourquoi n’inventons-nous pas une histoire fictive selon laquelle Poutine a piraté le DNC et envoyé les e-mails pour mettre Trump à la Maison Blanche ?” Des éclats de rire remplissent la pièce. Ils se précipitent tous pour commencer à réparer le récit calomnieux en place.

Cohen tire cet aperçu critique du désespoir de Trump pour échapper aux allégations selon lesquelles il est un président « traître ». Il déclare que si les médias voulaient un “récit douteux”, ils pourraient se concentrer sur l’ancien vice-président Joe Biden. « Biden, qui cherche clairement déjà l’investiture présidentielle démocrate de 2020, porte une lourde responsabilité dans la crise ukrainienne vieille de quatre ans, bien qu’il ne montre aucun signe de repensement ou de remords » (ibid.). Quatre ans plus tard, cette accusation est vraie.

Cohen nous rappelle également que «Biden et son co-auteur, Michael Carpenter, enchaînent un mélange de récits très discutables, voire carrément faux, concernant« Comment tenir tête au Kremlin », dont beaucoup concernent les années où il était vice-président. En cours de route, Biden réprimande à plusieurs reprises Poutine pour son ingérence dans les élections occidentales. C’est le même Joe Biden qui a dit à Poutine de ne pas revenir à la présidence russe lors de la prétendue « réinitialisation » d’Obama avec le président Dmitri Medvedev, et qui, en février 2014, a dit au président Ukrainien démocratiquement élu Ianoukovitch d’abdiquer et de fuir le pays » (p. 146). Et ce même Joe Biden fait une sacrée ingérence sérieuse en 2022 dans ce pays à la frontière de la Russie. Poutine déteste Joe Biden – on peut comprendre pourquoi.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/18/taking-aim-at-maidan-myths-2018-stephen-cohen-challenges-fictional-narratives/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire