Vous voulez arrêter les atrocités militaires birmanes ? Sanctionner le pétrole et le gaz

0
66

Image de Chris LeBoutillier.

Une vague de répulsion mondiale a rencontré le mois dernier la nouvelle selon laquelle la junte militaire birmane avait exécuté quatre militants pro-démocratie sur de fausses accusations. Malgré tous leurs mots de condamnation, cependant, les puissances mondiales ont jusqu’à présent hésité à frapper l’armée là où cela leur ferait le plus mal : les énormes profits qu’elles tirent chaque année de l’extraction des combustibles fossiles. Si la communauté internationale veut vraiment s’opposer aux crimes de l’armée, il est temps d’abandonner son tabou sur la sanction du pétrole et du gaz. Cela non seulement punirait la junte et la tiendrait responsable, mais entraverait également sa capacité à commettre de futurs crimes.

Certes, l’exécution des militants pour la démocratie le 25 juillet n’était pas la première fois que l’armée birmane tuait des civils. Selon la plupart des estimations, la junte a assassiné près de 2 200 militants pro-démocratie, manifestants de désobéissance civile et autres civils depuis sa prise de pouvoir lors d’un coup d’État anarchique en février 2021. Des milliers d’autres ont été détenus, arrêtés, torturés et ont disparu. L’armée birmane mène également une campagne aérienne de terreur dans les régions du pays peuplées principalement de minorités ethniques, incendiant et décimant des villages avec un mépris téméraire pour la vie humaine. Et cela sans même mentionner la campagne de génocide qu’ils ont commencée contre la minorité ethnique Rohingya du pays avant même que le coup d’État n’ait eu lieu ; ce mois-ci marquera cinq ans que la campagne a été active.

Mais le meurtre des quatre militants le 25 juillet a marqué les premières exécutions officielles que le régime a effectuées en plus de trois décennies. Ils ont également ciblé des membres bien-aimés de haut niveau du mouvement pro-démocratie du pays qui ont résisté au régime militaire pendant des décennies. En tant que telles, les exécutions ont marqué une nouvelle escalade de la campagne de terreur de l’armée.

Sans surprise, la communauté internationale a été consternée par les actions de l’armée. Des gouvernements comme les États-Unis ont publié des mots forts de condamnation; et même certains éminences régionales qui ont jusqu’à présent été relativement silencieuses sur la question, comme l’Inde, ont rompu leur silence à la suite de ces meurtres parrainés par l’État. Très peu de gouvernements ou d’institutions multilatérales se rangeraient ouvertement du côté de la décision de l’armée d’exécuter de sang-froid des dirigeants pro-démocratie, et plus que jamais s’expriment maintenant ouvertement pour condamner les actions de l’armée.

L’indignation mondiale suscitée par les exécutions a entraîné une nouvelle vague de paroles, en bref, mais entraînera-t-elle des actions concrètes ? Les États-Unis ont déjà imposé des sanctions ciblées aux hauts responsables militaires birmans et à de nombreuses sociétés qu’ils utilisent pour s’enrichir. Que pouvaient-ils faire de plus ?

Il s’avère: beaucoup plus. Après tout, aussi rapidement que les États-Unis ont imposé des sanctions l’année dernière, et aussi énergiquement qu’ils aient condamné les atrocités de la junte, ils n’ont pas réussi à bloquer l’une des plus grandes sources de profit de l’armée : les revenus du pétrole et du gaz. Les analystes économiques calculent que l’armée birmane gagne près de 1,5 milliard de dollars chaque année grâce à ces industries, ce qui représente environ 10 % du revenu annuel total de la junte. Tant que cet argent continue d’affluer, cela signifie que l’armée birmane est en mesure d’acheter plus d’armes, d’avions, de carburéacteur et d’autres fournitures militaires, qu’elle utilise toutes contre les civils. Si la communauté internationale veut vraiment empêcher l’armée d’infliger de nouvelles atrocités et de tuer davantage de personnes, des sanctions pétrolières et gazières doivent donc être sur la table.

Dans le sillage des exécutions du 25 juillet, il y a des signes que davantage de politiciens américains ont commencé à prendre conscience de ce fait. Des rapports récents indiquent que des hauts responsables de l’administration Biden ainsi que des membres de haut rang des commissions des relations extérieures de la Chambre et du Sénat évaluent activement les sanctions relatives au pétrole et au gaz. Et un projet de loi à la Chambre qui aiderait à tenir les militaires birmans responsables, connu sous le nom de «Burma Unified through Rigorous Military Accountability» (BURMA) Act, a déjà été adopté à la Chambre. La direction du Sénat n’a qu’à approuver le projet de loi pour le balisage, puis à le soumettre au vote.

Mais des poches d’opposition subsistent. Après un printemps et un été de prix record de l’énergie, de nouvelles restrictions sur le pétrole et le gaz peuvent sembler difficiles à vendre. Et certains détracteurs des sanctions s’inquiètent des conséquences collatérales indirectes qu’elles pourraient avoir sur les citoyens birmans ordinaires qui souffrent déjà sous le régime militaire. Cependant, ces sanctions ciblées viseraient directement la Myanmar Oil and Gas Enterprise (MOGE) – un conglomérat massif contrôlé par l’armée birmane, dont tous les bénéfices servent à enrichir et à alimenter la junte.

En outre, les profits ne doivent jamais être mis au-dessus des vies humaines et le monde devra s’éloigner complètement des combustibles fossiles d’ici la fin de la décennie si nous voulons éviter les effets les plus catastrophiques du changement climatique. Pourquoi ne pas commencer par les projets pétroliers et gaziers qui sont utilisés pour permettre l’un des pires régimes dictatoriaux de la planète ?

Pris ensemble, les arguments pour retarder plus longtemps les sanctions ne tiennent pas la route. Le peuple birman attend depuis trop longtemps déjà la justice et la démocratie qu’il mérite. Les États-Unis devraient s’en prendre à l’armée birmane d’une manière qu’ils remarqueront : en supprimant les milliards de dollars qu’ils engrangent chaque année sur le dos du peuple birman.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/08/19/want-to-stop-burmese-military-atrocities-sanction-oil-and-gas/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire