Accroître la productivité agricole au Brésil : Efficacité, innovation et durabilité

0
96

Il y a 50 ans, mon pays dépendait des importations alimentaires pour se nourrir. Aujourd’hui, nous nourrissons 10% de la population mondiale.

Laissez-moi vous parler de la science agronomique et de l’innovation qui ont rendu cela possible.

Une étape cruciale de ce parcours est intervenue en 1973, avec la création de l’Embrapa. Cette agence nationale de recherche agroalimentaire avait une mission claire : promouvoir la science agronomique au Brésil et aider nos agriculteurs à utiliser les dernières innovations pour prospérer dans le climat tropical du Brésil.

TRAVAILLER EN HARMONIE AVEC LA NATURE

À cette époque, les chercheurs d’Embrapa se concentraient sur l’utilisation de l’agroscience pour accélérer la production alimentaire. Heureusement, ils ont connu un succès extraordinaire. Entre 1980 et 2020, le Brésil a plus que quadruplé sa production céréalière. Mais l’aspect peut-être le plus surprenant était que – dans le processus – la science nous a conduits dans une direction inattendue – vers une durabilité encore plus élevée.

Au cours de ces quarante années, alors que la production céréalière du Brésil a augmenté de 406 %, la superficie cultivée n’a augmenté que de 64 %. Les chercheurs ont exploité le potentiel de la rotation des cultures, de la fertilisation des sols et de l’adaptation aux conditions tropicales, découvrant des synergies naturelles qui rendent la terre plus productive tout en la protégeant de la dégradation.

Au fil du temps, l’objectif d’Embrapa est passé de la simple maximisation de la production à l’augmentation de la production de manière durable, en protégeant les écosystèmes et en exploitant le pouvoir de la nature. Au fil du temps, les recherches d’Embrapa nous ont éloignés d’un modèle agricole où l’homme domine la nature et vers un modèle où les agriculteurs poussent en harmonie avec la nature.

RÉDUIRE L’UTILISATION D’ENGRAIS

Par exemple, il est bien connu que les cultures ont besoin d’azote (N) pour pousser. Dans de nombreux pays, la principale source de cet azote est constituée par les engrais chimiques. Malheureusement, l’utilisation excessive de ces engrais a été liée à la pollution des eaux souterraines et à l’émission de gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère, y compris le CO2 libéré dans le processus de synthèse et de transport, et le puissant protoxyde d’azote.

Cependant, il existe une alternative plus sûre, moins chère et plus naturelle, qui réduit considérablement le besoin d’engrais chimiques représenté par le processus de fixation biologique de l’azote (BNF). Des micro-organismes spécifiques peuvent transformer l’azote atmosphérique (N2) en une forme que les cultures peuvent absorber. La contribution la plus importante à l’agriculture se produit avec les bactéries, collectivement connues sous le nom de « rhizobium », en association symbiotique avec certaines plantes légumineuses.

Les premières expériences de BNF au Brésil ont commencé dans les années 1920 avec le soja, mais l’intensification s’est produite lorsque la culture a commencé à se développer, à la fin des années 1950. Pour le soja, les programmes de sélection et d’amélioration des bactéries ont très bien réussi à identifier des souches d’élite, capables de fournir tout l’azote requis par les plantes pour atteindre des rendements élevés. Aujourd’hui, le Brésil est connu pour avoir obtenu la plus grande contribution de BNF avec la culture de soja. Embrapa a également contribué à la sélection de souches d’élite pour d’autres cultures de légumineuses, y compris des cultures céréalières importantes telles que le niébé, le haricot commun et le pois, en plus des pâturages et des arbres.

Actuellement, Embrapa développe de nouvelles études sur des bactéries capables de fixer N2 sur la canne à sucre, le maïs, le blé et le riz.

Avec le soutien de l’Embrapa – et conformément aux engagements climatiques du Brésil -, un objectif a été fixé pour promouvoir le BNF et l’appliquer sur plus de 5,5 millions d’hectares de terres agricoles d’ici 2020. Cet objectif a non seulement été atteint, mais a été largement dépassé, deux ans plus tard. d’horaire. En 2018, le BNF était utilisé sur plus de 10,6 millions d’hectares de terres agricoles : 193 % de l’objectif initial.

Selon les estimations, l’approvisionnement du soja en N via BNF, plutôt que l’utilisation d’engrais azotés, a permis d’éviter l’émission de 200 mégatonnes d’équivalent CO2, en une seule récolte, en plus d’une économie annuelle estimée à 8 milliards de dollars.

Aujourd’hui, alors que le monde fait face à une pénurie d’engrais – et que les effets potentiellement nocifs d’une utilisation excessive d’engrais deviennent plus évidents – il est plus important que jamais pour les agriculteurs du Brésil – et d’ailleurs – de profiter des avantages du BNF.

Aujourd’hui, 80% de la superficie de soja au Brésil est inoculée pour fournir du N à la culture. Cela représente environ 30 millions d’hectares.

Conformément aux engagements nationaux pour le climat, notre objectif est d’étendre cette technologie, le BNF, sur 13 millions d’hectares de terres agricoles d’ici 2030. Cette expansion se fera non seulement sur le soja, mais aussi sur d’autres légumineuses, comme les haricots comestibles, principalement et dans les cultures, telles que celles plantées dans le cadre des systèmes Culture-Elevage-Forêt. Les agriculteurs de plus de 17 millions d’hectares ont adopté ce système.

RÉDUIRE L’ÉROSION DU SOL

Le travail du sol traditionnel – où un tracteur laboure un champ entier avant de semer des cultures – est devenu la norme dans de nombreux pays, considéré comme le moyen le plus simple de planter et de cultiver des aliments. Au Brésil, la plus grande contribution des NT est liée à une moindre érosion des sols par rapport aux systèmes labourés. L’érosion des sols est de loin le plus grand problème de dégradation des sols conduisant à l’insécurité alimentaire et à la pauvreté dans les régions tropicales et subtropicales.

Cependant, Embrapa a aidé à identifier les nombreux avantages du « No Till Farming ». En plantant des graines directement dans le sol labouré (comme le faisaient les anciens Incas et Égyptiens), les agriculteurs brésiliens utilisent moins de carburant, tout en préservant l’humidité et la matière organique du sol. C’est une façon plus productive d’utiliser le sol qui, au fil du temps, conduit à une réduction significative de l’érosion du sol.

Le Brésil est l’un des leaders mondiaux de la conservation des sols et de l’eau en raison de l’utilisation généralisée du non-labour (NT) pour les cultures annuelles telles que le soja, le maïs, le blé, le coton et les haricots communs. La pratique de la NT a été introduite pour la première fois dans les années 1970 par des agriculteurs pionniers couvrant aujourd’hui 33 millions d’hectares.

Entre 3,3 et 5,0 millions d’hectares de la zone sous NT présentent une couverture permanente du sol, une rotation des cultures avec des cultures de couverture et des engrais verts. Les taux de séquestration annuelle du C peuvent atteindre 0,4 t C/ha. Des études développées à Embrapa ont montré que la décomposition des résidus riches en azote NT n’entraîne pas d’émissions de N2O plus élevées que les systèmes labourés

Nous avions pour objectif d’augmenter d’environ 8 millions d’hectares supplémentaires ainsi cultivés d’ici 2020. Mais là encore cet objectif a été dépassé très tôt. En 2018, nous avions déjà atteint 159 % de notre objectif, contribuant à réduire les émissions de carbone du Brésil d’environ 30,63 millions de tonnes.

Nous élargissons maintenant la mise en œuvre du système « No Till Farming » pour inclure les légumes et étendre la surface de 12,5 millions d’hectares de terres agricoles d’ici 2030.

Selon une étude publiée par l’Institut de recherche en économie appliquée, la mise en œuvre de ces techniques, ainsi que la plantation de forêts et la récupération de pâturages, entre 2010 et 2020 seulement, ont conduit à l’atténuation d’environ 152,93 millions de tonnes de CO2 équivalent. Cela signifie que le Brésil a atteint 113 % de l’objectif de réduction de carbone qu’il a signé lors de la COP15.

Dans le même temps, selon une étude récente, les céréales et oléagineux du Brésil nourrissent désormais environ 10 % de la population mondiale.

UN AVENIR PLUS DURABLE

Mais nous savons par nos scientifiques que nous avons encore beaucoup à faire. Nous reconnaissons l’importance de lutter pour un système alimentaire plus durable afin de jouer notre rôle dans la lutte contre le changement climatique mondial.

Nous nous sommes maintenant fixé un autre objectif ambitieux : réduire de 1,1 milliard de tonnes de CO2 émissions de l’agro-industrie brésilienne d’ici 2030. Ce chiffre est sept fois supérieur à celui que nous avons fixé pour 2020.

Pour y parvenir, le Brésil continue de promouvoir et d’adopter de nouvelles technologies dans l’agroalimentaire durable. Cela inclut la méthode de « fin du pâturage intensif » – où la nourriture est fournie aux animaux pendant la période de sécheresse – permettant aux agriculteurs brésiliens d’engraisser le bétail plus rapidement avant l’abattage, réduisant ainsi le CO du bétail.2 émissions. En appliquant cette méthode à 5 millions de bovins, nous pouvons atténuer environ 1 042 millions de Mg de CO2 équivalent. Nous augmenterons également la quantité de déchets animaux traités de 208,40 millions de m3.

Dans l’ensemble, le Brésil vise à appliquer des technologies durables à un total de 72,60 millions d’hectares de terres agricoles – une superficie plus de deux fois la taille du Royaume-Uni.

À mesure que nous avançons, nous devons continuer à soutenir l’adoption accrue de pratiques durables au Brésil et au-delà : identifier de nouvelles innovations et suivre de près nos progrès vers un avenir à faible émission de carbone.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire