Appeler à une « pause » dans l’assaut israélien contre Gaza ne suffit pas

0
127

Source de la photographie : Mouvement de solidarité internationale – CC BY-SA 2.0

L’Opération Plomb Durci, un assaut aérien israélien et un massacre des Gazaouis commencé le 27 décembre 2008, a duré 22 jours. L’armée israélienne a déployé sa marine, son armée de l’air et son armée contre la population vivant à Gaza, en utilisant des armes fournies par les États-Unis et en tuant 1 383 Palestiniens, dont 333 enfants.

Je me souviens d’un médecin de l’hôpital Al Shifa, après la déclaration d’un cessez-le-feu, tremblant de colère et de remords lorsqu’il m’a dit que pendant 22 jours, le monde avait regardé l’affliction incalculable de Gaza se poursuivre indéfiniment. La plupart de ses patients, dit-il, étaient des femmes, des enfants et des grands-parents.

Munis de nos cartes de presse de Counterpunch, moi et Audrey Stewart, une militante des droits humains, sommes entrés à Gaza au poste frontière de Rafah, qui à l’époque était le seul poste frontière de Gaza non contrôlé par Israël. Nous étions pris en sandwich entre des correspondants travaillant pour le New York Times et le LA Times. Un militant des droits humains au Caire avait pris des dispositions pour qu’Audrey et moi restions chez une famille à Rafah, la zone résidentielle dans laquelle débouche le passage. Du jour au lendemain, les bombes pouvaient exploser comme sur des roulettes, une fois toutes les onze minutes, de 23 heures à 1 heure du matin, puis de 3 heures du matin à 6 heures du matin. Yusuf, un enfant brillant et l’aîné de la famille, a expliqué à Audrey et moi le différence entre les explosions provoquées lorsqu’un hélicoptère Apache a tiré un missile Hellfire et les sons des bombes de 500 lb larguées par les avions de combat F-16. Yusuf avait alors sept ans.

Lorsque le cessez-le-feu a été déclaré, la mère de Yusuf s’est laissée tomber sur une chaise et a murmuré : « Pouvez-vous imaginer ? C’est la première fois que je respire depuis 22 jours – j’avais tellement peur pour mes enfants. Yusuf n’a pas perdu de temps pour organiser les enfants du quartier qui ont rapidement traîné une grande bâche dans les ruelles et le long des routes, à la recherche de brindilles et de branches qu’ils pourraient apporter à leurs familles comme combustible.

Pendant ce temps, Mohammad, son jeune frère, imitait de manière ludique un avion volant en rond, après quoi il plongeait sur les genoux de son père pendant que, assis en cercle, nous partagions tous le petit-déjeuner.

Quatre ans plus tard, à la suite d’une autre attaque aérienne israélienne contre Gaza, j’ai eu l’occasion de rendre visite à nouveau à la famille à Rafah. Les enfants étaient fiers de la façon dont leur père organisait le travail de secours pour aider les enfants traumatisés par les bombardements et le siège. L’accès de Gaza à la nourriture, au carburant, aux médicaments de base, et même à l’eau potable pour se laver ou boire, continuerait à se restreindre sous la pression israélienne au cours de ces années au cours desquelles Yusuf et Mohammad deviendraient finalement eux-mêmes maris et pères, contribuant toujours aux efforts de la famille pour partager ressources et soins pour des voisins de plus en plus désespérés.

Ce mois-ci, Mohammad est mort. Le 12 octobre, alors qu’il dormait, son immeuble a été attaqué par un avion militaire israélien qui s’est effondré, l’écrasant à mort. Je ne sais pas si ses propres enfants étaient avec lui, mais d’innombrables autres ont mis des heures ou des jours à mourir dans les décombres, alors que la région manquait de carburant avec lequel une opération de sauvetage aurait pu être entreprise. On estime que 10 000 personnes ont été tuées. 4 104 enfants gazaouis, totalement innocents, ont souffert de morts torturées au cours du dernier mois d’atrocités.

Appeler à une « pause » dans les bombardements plutôt qu’à un cessez-le-feu total est horriblement cruel et incontestablement futile. Permettre qu’un peu de secours entre, quelques mutilés et blessés sortir, puis reprendre les bombardements et le blocus de la famine ? Le président Joe Biden doit appeler à un cessez-le-feu, écrit le professeur émérite Mel Gurtov, « afin de sauver des vies, y compris celles des otages et de la population de Gaza ». À qui profite la poursuite du massacre ? Il est certain que les profits des fabricants d’armes vont monter en flèche, assurés d’une intensification soutenue de la violence dans la région et peut-être dans le monde entier.

Le 12 novembre, lancé à 20 heures, heure centrale, le Tribunal des crimes de guerre des marchands de mort, que plusieurs militants ont passé l’année dernière à préparer, se réunira officiellement. Il visera à tenir quatre grands sous-traitants militaires – Boeing, Lockheed Martin, RTX (Raytheon) et General Atomics – pour responsables de tout crime de guerre et crime contre l’humanité qu’ils pourraient avoir commis.

je tiens moi-même responsable de ne pas avoir fait davantage pour mettre fin au carnage en cours, et maintenant horriblement intensifié, qui inflige une punition collective monumentale aux Palestiniens innocents, y compris aux enfants qui constituent la moitié de la population de Gaza.

Récemment, l’ancien président américain Barack Obama admis que « personne n’a les mains propres… nous sommes tous complices dans une certaine mesure ». Nous tous, et pas seulement les dirigeants que nous n’avons pas réussi à maîtriser, avons du sang impardonnable sur les mains, mais je me souviens des jeunes Afghans qui nous ont répété à plusieurs reprises, au cours de la dernière décennie, que « le sang ne lave pas le sang. »

Nous n’avons aucune excuse, aucune du tout, pour ne pas élever la voix de manière retentissante et tonitruante, réclamant un cessez-le-feu, maintenant.

Cet article a été publié pour la première fois sur The Progressive Site Internet du magazine.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/11/10/calling-for-a-pause-in-israels-assault-on-gaza-isnt-enough/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire