Biden allonge notre laisse sur Cuba

0
109

Par bonté d’âme, le président Biden vient de rallonger nos laisses en ce qui concerne Cuba. N’est-ce pas si agréable ? N’est-il pas formidable de vivre sous un dictateur gentil, bienveillant et démocratiquement élu plutôt que cruel et brutal ?

Biden publie des décrets exécutifs autorisant davantage de vols américains vers Cuba, supprimant les plafonds l’argent que les Américains peuvent envoyer aux Cubains et la restauration des voyages par des groupes éducatifs.

Oups de doo ! Sortons tous et célébrons la gentillesse et la générosité de Biden. Après tout, le président de droite Trump n’était certainement pas si gentil quand il s’agissait de Cuba !

Soyons clairs : la liberté est le droit naturel, donné par Dieu, de voyager où vous voulez, de commercer avec qui vous voulez et de dépenser votre argent comme bon vous semble. La liberté n’est pas une laisse plus longue.

C’est une chose que nous, les Américains, devons toujours garder à l’esprit, d’abord et avant tout : l’embargo américain sur Cuba a toujours constitué une destruction de nos propres droits et libertés aux mains de notre propre gouvernement. Le fait qu’ils étaient obsédés par la prétendue conspiration communiste internationale pour prendre le contrôle du monde qui était soi-disant basée à Moscou ne justifie pas leur destruction de nos propres droits et libertés.

Oui, l’embargo cible certainement le peuple cubain avec un grave appauvrissement et même la mort comme moyen de parvenir à un changement de régime sur l’île. Évidemment, c’est important d’un point de vue moral. Mais dans le processus de tentative de changement de régime, nous devons constamment garder à l’esprit ce qu’ils ont fait à nos propres droits et libertés fondamentaux, naturels, donnés par Dieu dans le processus.

Cela ne veut pas dire que tout le monde est satisfait de la générosité de notre dictateur bienveillant. Les conservateurs, y compris ceux d’origine cubaine, deviennent fous. Vérifiez juste cet éditorial de la droite Le journal Wall Street. Biden est réprimandé pour avoir abandonné juste au moment où le régime cubain est soi-disant sur le point de s’effondrer.

Mais n’est-ce pas ce que les conservateurs disent du régime communiste cubain depuis une soixantaine d’années ? Il est toujours sur le point de s’effondrer. Juste un an de plus d’embargo, les conservateurs pleurent, année après année depuis 60 ans.

Que se passerait-il s’il devait s’effondrer ? Les responsables américains seraient alors en mesure d’installer un autre régime capitaliste de copinage de droite dirigé par un autre dictateur fasciste de droite brutal et corrompu qui, une fois de plus, obéirait aux ordres du Pentagone et de la CIA, tout comme Fulgencio Batista, la marionnette dictatoriale brutale et corrompue des États-Unis. que les révolutionnaires cubains ont évincés du pouvoir.

C’est aussi pourquoi ces conservateurs cubano-américains continuent de soutenir leur embargo bien-aimé, malgré le fait qu’il détruit les droits et les libertés du peuple américain. Ces conservateurs cubano-américains ne sont pas intéressés par la liberté à Cuba, comme ils le prétendent toujours. Tout ce qu’ils veulent, c’est ce que veulent les autres conservateurs : un autre dictateur fasciste brutal et corrompu de droite comme Batista qui suivra les ordres du Pentagone et de la CIA et mettra en œuvre un autre système capitaliste de copinage tordu et corrompu en partenariat avec le crime organisé.

En fait, cela a été l’histoire de l’Amérique latine (à l’exception notable de l’Argentine à la fin des années 1800 et au début des années 1900) : dictatures et systèmes économiques de droite contre de gauche. Faites votre choix : un système économique fasciste capitaliste de copinage dirigé par une dictature de droite contre un système économique socialiste dirigé par une dictature de gauche. Grosse affaire. Et les gauchistes et les droitiers sont tous deux convaincus que leurs dictatures respectives et leurs systèmes économiques étatiques constituent la « liberté ».

Malheureusement, mais sans surprise, le le journal Wall Street comité de rédaction, comme la plupart des autres conservateurs, ne parvient pas à répondre à une question importante : en vertu de quelle autorité morale et légale le gouvernement américain tente-t-il de faire tomber le régime cubain, en particulier lorsque sa méthode pour le faire est basée sur le ciblage d’innocents par l’appauvrissement et même la mort?

Les conservateurs disent toujours qu’ils sont de grands partisans de la Constitution. Alors pourquoi le Journal pointer vers la partie de la Constitution qui autorise les responsables américains à cibler le peuple cubain avec l’appauvrissement et la mort comme moyen de changement de régime ? La raison est simple : ce n’est pas là.

Et n’oublions pas : Cuba n’a jamais attaqué les États-Unis ni même tenté de le faire. Dans la longue histoire sordide de l’hostilité du régime américain envers le régime communiste de Cuba, c’est toujours le régime américain qui a été l’agresseur. C’est le gouvernement américain qui a envahi Cuba. C’est le gouvernement américain qui s’est livré à un assassinat parrainé par l’État contre des responsables cubains dans ce que l’ancien président Lyndon Johnson a appelé un “Murder Inc.” C’est le gouvernement américain qui s’est engagé dans le sabotage parrainé par l’État à Cuba. C’est le gouvernement américain qui a inventé le top-secret Opération Northwoods.

Et corrigez-moi si je me trompe, mais les conservateurs ne disent-ils pas toujours qu’ils favorisent « la libre entreprise, la propriété privée et un gouvernement limité » ? Comment diable leur embargo bien-aimé et le pouvoir omnipotent de se livrer à des assassinats parrainés par l’État peuvent-ils être réconciliés avec ce vieux mantra conservateur fatigué ?

Comme je le détaille dans mon nouveau livre Une rencontre avec le mal : l’histoire d’Abraham Zapruder, il n’y a eu qu’un seul président depuis le début de la guerre froide qui était déterminé à bouleverser le panier de pommes en ce qui concerne l’animosité anti-cubaine profonde (ainsi que l’animosité anti-russe encore plus profonde) qui a longtemps animé le Pentagone, le CIA, et le reste du mouvement conservateur. Le président Kennedy était déterminé à établir des relations normales non seulement avec l’Union soviétique, mais aussi avec Cuba, ce qui, inutile de le dire, a suscité une colère extrême au sein de l’establishment de la sécurité nationale. En effet, au moment de son assassinat, Kennedy avait un émissaire secret en train de déjeuner avec Fidel Castro pour explorer la normalisation des relations entre les deux pays. (Voir le livre de la FFF La guerre de JFK avec l’establishment de la sécurité nationale : pourquoi Kennedy a été assassiné.)

Avec le Pentagone et la CIA engagés dans leurs machinations imprudentes en Ukraine qui nous ont rapprochés de la guerre nucléaire plus que depuis la crise des missiles de Cuba, le moment est venu pour les Américains d’abandonner leur passivité et leur acquiescement. Ne fêtons pas l’allongement de nos laisses. Exigeons la restauration de nos droits et libertés donnés par Dieu qui ont été détruits par l’embargo diabolique et immoral de Cuba – liberté de voyager, liberté d’association, liberté de commerce et liberté économique et monétaire. Non seulement nous obtiendrions notre propre liberté, mais nous restaurerions également un sens de la moralité dans la politique étrangère américaine envers le peuple cubain.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/24/biden-lengthens-our-leash-on-cuba/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire