D’anciens combattants de l’Etat islamique prétendent avoir payé leur sortie de prison — RT World News

0
43

D’anciens combattants de l’Etat islamique ont affirmé que les Forces démocratiques syriennes (SDF) dirigées par les Kurdes facturaient 8 000 dollars par personne pour libérer les militants des prisons dans le cadre d’un soi-disant programme de «réconciliation».

Selon un article paru dans le journal britannique Guardian, d’anciens combattants de l’Etat islamique, qui se sont battus pour le groupe militant jusqu’à sa défaite en 2019, ont obtenu leur liberté de la prison syrienne d’al-Hawl grâce à ce programme.

Actuellement, trois prisons contrôlées par les FDS dans le nord-est de la Syrie abriteraient environ 8 000 personnes irakiennes et syriennes accusées de se battre pour l’Etat islamique, ainsi que 2 000 étrangers qui attendent d’être expulsés vers leur pays d’origine.

Lire la suite




Les ex-militants de l’Etat islamique ont affirmé qu’au moins 10 personnes, à leur connaissance, ont acheté leur liberté grâce à ce qui aurait été surnommé un programme de « réconciliation ». Les deux hommes ont fourni au journal britannique des documents pour étayer leurs affirmations, ainsi que des témoignages sur la façon dont ils avaient été libérés de détention.

Un individu, Abu Jafar, qui prétend avoir été libéré après que sa famille ait vendu une propriété, a déclaré avoir payé 8 000 dollars d’amende, ainsi que 22 000 dollars de pots-de-vin à des responsables des FDS. De même, Abu Muhammad, qui dit avoir combattu aux côtés de l’Etat islamique sur la ligne de front, a déclaré qu’il avait payé le chiffre de 8 000 $ et 14 000 $ en pots-de-vin.

Le porte-parole des FDS, Farhad Shami, a nié l’existence du stratagème, rejetant les documents consultés par le Guardian et déclarant qu’aucun paiement n’avait été prélevé pour libérer les anciens combattants de l’Etat islamique. Cependant, Shami a accepté que certaines personnes, qui travaillaient dans « des bureaux dirigés par l’EI ou ont été forcés de rejoindre l’EI » étaient libérés si leur « les mains n’étaient pas tachées de sang ». Cependant, il a dit que toute personne libérée est « contrôlé par les forces de sécurité » pour s’assurer qu’ils ne cherchent plus à rejoindre ou à aider le groupe militant.

La coalition internationale anti-EI a refusé de commenter le stratagème signalé, déclarant que les établissements pénitentiaires sont contrôlés par les FDS.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés ? Partagez cette histoire !

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici