Des avions de chasse israéliens escortent un bombardier américain B1-B, preuve d’une “coopération stratégique continue” (VIDEO) — RT World News

0
65

Des chasseurs israéliens F-15 ont escorté un bombardier lourd stratégique supersonique américain B-1 à travers l’espace aérien du pays, dans ce que l’armée israélienne a qualifié d’illustration de la « coopération stratégique continue » avec les États-Unis.

Le bombardier américain a été escorté “au-dessus du ciel israélien vers le Golfe plus tôt dans la journée”, les Forces de défense israéliennes ont annoncé dans un bref communiqué, accompagné de plusieurs photos et d’une brève vidéo du survol.

L’armée israélienne n’a rien dit sur le but du vol conjoint, en plus d’affirmer qu’il « illustre la coopération stratégique continue de Tsahal avec les États-Unis dans la région. » Certains médias israéliens l’ont décrit comme une menace tacite contre l’Iran.

La dernière flexion musculaire intervient alors que la Syrie a accusé Israël d’avoir mené une nouvelle attaque sur son sol lors d’un raid aérien de jour effronté sur une banlieue de Damas. Il n’y a eu aucun commentaire de Tsahal, mais Israël avait précédemment admis avoir frappé des centaines de cibles présumées « liées à l’Iran » en Syrie.



Aussi sur rt.com
Des frappes de missiles israéliens près de Damas font 2 blessés – Médias syriens


Les responsables israéliens ont menacé à plusieurs reprises d’agir contre le programme nucléaire de Téhéran, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid ayant déclaré plus tôt ce mois-ci qu’Israël se réservait le droit d’attaquer l’Iran à tout moment de son choix, sous prétexte de l’empêcher d’acquérir une arme nucléaire. En septembre, le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré à l’Assemblée générale des Nations Unies que le programme nucléaire iranien avait atteint un « bassin versant » moment et la tolérance d’Israël en la matière s’épuise.

Bien qu’un accord majeur conclu entre l’Iran et les puissances mondiales en 2015 ait imposé des limites strictes au programme d’énergie nucléaire civile de Téhéran et créé un système de garanties strict dans le cadre de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), l’ex-président américain Donald Trump s’est retiré unilatéralement de l’accord en 2018. , réimposant toutes les sanctions américaines (et puis certaines) au mépris direct de ses termes.

Au grand mécontentement d’Israël, le président Biden a exprimé son intérêt pour le retour des États-Unis à l’accord depuis son investiture en janvier, mais les deux nations ne sont pas encore parvenues à un accord. Les pourparlers ont été encore retardés en juin par les élections présidentielles iraniennes et la formation d’un nouveau gouvernement.

L’Iran a déclaré qu’il reprendrait les négociations d’ici la fin novembre. Dans une déclaration signée par le président américain Joe Biden, le Premier ministre britannique Boris Johnson, le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel lors de la conférence du G20 à Rome samedi, les dirigeants ont mis davantage de pression sur le nouveau président iranien Ebrahim Rais, avertissant le monde de « les risques posés à la sécurité internationale par l’escalade du programme nucléaire de l’Iran. »



Aussi sur rt.com
Israël revendique le “droit” de frapper l’Iran “à tout moment” pour l’empêcher d’obtenir des armes nucléaires, a déclaré FM Lapid après avoir rencontré Blinken


Vous pensez que vos amis seraient intéressés ? Partagez cette histoire !



La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici