Des dizaines de pays interrogent la Chine à l’ONU sur les “abus” du Xinjiang | Actualités ouïghoures

0
169

Des dizaines de pays ont exprimé leur inquiétude face aux abus présumés dans la région de l’extrême ouest du Xinjiang en Chine et ont exigé que le chef des droits des Nations Unies publie un rapport longtemps retardé sur la situation là-bas.

“Nous continuons d’être gravement préoccupés par la situation des droits de l’homme dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang”, a déclaré mardi Paul Bekkers, ambassadeur des Pays-Bas auprès de l’ONU à Genève, devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Dans une déclaration conjointe au nom de 47 pays, Bekkers a souligné un certain nombre de “rapports crédibles” indiquant que plus d’un million de Ouïghours et d’autres minorités musulmanes ont été arbitrairement détenus. Pékin a admis qu’il existe des camps mais qu’il s’agit de “centres de formation professionnelle” et nécessaires pour lutter contre “l’extrémisme”.

“Il y a des rapports de surveillance généralisée en cours, de discrimination contre les Ouïghours et d’autres personnes appartenant à des minorités”, a-t-il déclaré.

La déclaration conjointe s’est également inquiétée des “rapports de torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, de stérilisation forcée, de violence sexuelle et sexiste, de travail forcé et de séparation forcée d’enfants de leurs parents par les autorités”.

Les pays concernés, a déclaré Bekkers, “réitèrent notre appel à la Chine pour qu’elle réponde de toute urgence à ces préoccupations” et pour “mettre fin à la détention arbitraire des Ouïghours musulmans et des personnes appartenant à d’autres minorités”.

Le groupe a également appelé Pékin à fournir aux enquêteurs et experts de l’ONU un “accès significatif et sans entraves” pour observer de manière indépendante la situation sur le terrain au Xinjiang.

Après des mois exigeant un “accès sans entraves” au Xinjiang, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme Michelle Bachelet s’est finalement rendue en Chine le mois dernier – la première visite d’un chef des droits de l’ONU dans le pays en 17 ans.

Mais elle a été sévèrement critiquée pour ne pas avoir dénoncé avec plus de force les abus présumés de la Chine avant et pendant le voyage, qui aurait été fortement contrôlé par les autorités chinoises.

Dans la déclaration conjointe de mardi, les pays ont demandé “des observations plus détaillées, y compris sur les restrictions que les autorités chinoises ont imposées à la visite” de Bachelet.

“Manipulation politique”

L’ambassadeur de Chine Chen Xu a réagi avec colère à la déclaration conjointe, condamnant les Pays-Bas et les autres signataires pour avoir répandu ce qu’il a qualifié de “mensonges et de rumeurs pour attaquer la Chine”.

“Nous rejetons catégoriquement ces allégations”, a-t-il déclaré, accusant les pays à l’origine de la déclaration d'”hypocrisie” et de “tentatives de manipulation politique”.

Il a salué la visite de Bachelet, insistant sur le fait qu’elle avait “amélioré sa compréhension de la voie du développement des droits de l’homme en Chine”.

La chef des droits de l’homme de l’ONU a fait face à une pression croissante pour publier son rapport longtemps retardé sur le Xinjiang, qui, selon les diplomates, est prêt depuis des mois.

Bachelet, qui a annoncé lundi qu’elle ne briguerait pas un second mandat, a promis que le rapport serait publié avant sa démission le 31 août.

La déclaration conjointe de mardi a appelé à la « diffusion rapide » du rapport et a demandé à Bachelet de fournir « de plus amples informations sur le calendrier ».

Des universitaires spécialisés dans le Xinjiang, qui ont appelé l’ONU à enquêter sur les camps en 2018, ont également critiqué Bachelet lors de sa visite en Chine et l’ont exhortée à publier le rapport dès que possible.

“Bien que nous ne soyons pas d’accord sur certaines questions sur les raisons pour lesquelles Pékin commet ses atrocités au Xinjiang, nous sommes unanimes dans notre compréhension de ce que fait l’État chinois sur le terrain”, ont déclaré les 40 universitaires dans une lettre ouverte publiée la semaine dernière.

Il a poursuivi: «Ce consensus extraordinaire est le résultat de la quantité sans précédent de preuves que l’État chinois a fournies dans ses propres documents, dont certaines ont été divulguées mais la plupart ont été rendues publiques sur Internet chinois. Ces preuves, complétées par des témoignages de survivants et des images satellites, offrent une image détaillée de ce que l’on peut appeler de manière crédible un programme génocidaire.

Tours de guet sur une installation de haute sécurité près de ce que l’on pense être un camp de rééducation pour les Ouïghours majoritairement musulmans à la périphérie de Hotan, dans la région nord-ouest du Xinjiang en Chine [File: Greg Baker/AFP]

Chen, quant à lui, a dénoncé le “soi-disant rapport sur le Xinjiang”, soulignant qu’il n’avait pas été ordonné par le Conseil des droits de l’ONU, alléguant qu’il violait le mandat de Bachelet et “ne devrait pas être publié du tout”.

Alors qu’une longue liste de pays qui ont pris la parole individuellement mardi ont fait écho aux critiques de la déclaration conjointe, certains ont également pris la défense de la Chine, la Biélorussie, Cuba et la Corée du Nord insistant également sur le fait que le rapport ne devrait pas être publié.

L’ambassadeur du Venezuela, Hector Constant Rosales, a accepté et affirmé qu’il y avait « une campagne soutenue de fausses nouvelles contre le Xinjiang et la Chine ».

Les Nations Unies ont révélé pour la première fois la détention de millions de Ouïghours de souche au Xinjiang fin 2018, Amnesty International accusant plus tard Pékin de créer un « paysage d’enfer dystopique » dans la région.

La Chine affirme que le programme a été interrompu.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/14/dozens-of-countries-blame-china-at-un-over-xinjiang-abuses

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire