Des responsables américains frappés de sanctions — RT World News

0
46

L’Iran a imposé des sanctions à 24 anciens dirigeants gouvernementaux et militaires au milieu des pourparlers au point mort à Vienne sur la restauration de l’accord sur le nucléaire

L’Iran a annoncé des sanctions contre 24 autres Américains, y compris des responsables qui ont servi dans l’administration de l’ancien président Donald Trump, pour avoir prétendument soutenu le terrorisme et les violations des droits de l’homme.

Le ministère iranien des Affaires étrangères a annoncé samedi ces mesures, affirmant qu’elles découlaient des efforts des responsables américains pour imposer ou intensifier “sanctions pénales” contre la république islamique, ainsi que le soutien aux groupes terroristes et à la “actions répressives” au Moyen-Orient, notamment contre les Palestiniens.

Parmi les personnes sanctionnées figuraient l’ancien chef d’état-major de l’armée américaine, le général George Casey, l’ancien commandant du CENTCOM, le général Joseph Votel, et le général d’armée Scott Miller, ancien commandant des forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan. Les principaux assistants des administrations de Trump et du président de l’époque, Barack Obama, dont l’avocat Rudi Giuliani, le secrétaire au Commerce Wilbur Ross et le secrétaire au Trésor Jacob Lew, ont également été nommés. En outre, l’Iran a cité l’ancien ambassadeur américain en Israël David Friedman et l’ancien ambassadeur américain en Allemagne Richard Grenell, qui est devenu plus tard directeur par intérim du renseignement national.




Les chefs militaires sanctionnés étaient coupables de soutenir et d’entraîner des groupes terroristes dans la région, a déclaré le ministère iranien des Affaires étrangères. Ross, Lew et d’autres anciens responsables de l’administration ont été blâmés pour leur rôle dans la sanction de l’Iran. Le ministère a déclaré que Grenell avait proposé une politique de “pression maximale” contre l’Iran, privant le peuple iranien de ses “les droits les plus élémentaires”, tandis que Giuliani a fourni un soutien politique et de propagande pour “le groupe terroriste des hypocrites.”

L’annonce est intervenue au milieu d’une apparente impasse dans les négociations pour rétablir l’accord nucléaire du Plan d’action global conjoint (JCPOA) de 2015, que l’administration Trump a abandonné en 2018. À l’époque, Trump avait imposé des sanctions sévères contre Téhéran, affirmant que le JCPOA était “au mieux retarder” La capacité de l’Iran à développer des armes nucléaires.

Washington a délibérément imposé des conditions de vie difficiles aux Iraniens, notamment en bloquant leur accès aux médicaments au milieu de la pandémie de Covid-19, mettant ainsi en danger des millions de vies. Ces actions ont marqué “une violation flagrante des principes fondamentaux du droit international et des droits fondamentaux de l’homme et un exemple clair de crime contre l’humanité”, dit Téhéran.

L’année dernière, l’Iran a imposé des sanctions à 10 Américains, dont Trump et l’ancien secrétaire d’État Mike Pompeo. 50 autres personnes ont été ajoutées à la liste des sanctions en janvier, sur la base de leurs rôles présumés dans le meurtre du commandant militaire iranien Qassem Soleimani.

LIRE LA SUITE:
Des chefs militaires américains sanctionnés

Les personnes sanctionnées se voient interdire d’entrer en Iran et leurs avoirs dans le pays peuvent être confisqués. Cependant, étant donné que les Américains n’ont pas le droit d’investir en Iran, les sanctions sont largement symboliques. La dernière série de personnes inscrites sur la liste noire comprend d’anciens dirigeants de Kharon Co., une société de recherche qui aurait facilité l’imposition de sanctions américaines contre l’Iran.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire