Détester le capitalisme plus que le manifeste communiste

0
153

Le manifeste communiste est l’une des pierres angulaires du marxisme. Neil Rogall célèbre aujourd’hui un nouveau récit convaincant de son importance par l’auteur et activiste China Miéville.

China Miéville, A Spectre, Haunting: On the Communist Manifesto (Londres: Head of Zeus, 2022) 320pp 18,99 £

J’ai d’abord lu le Manifeste communiste en 1968, alors que j’étais encore à l’école et que je faisais partie d’un syndicat d’étudiants à Leeds. C’était le premier Marx et Engels que j’ai lu qui n’était pas édité, contrairement aux collections des années 1960 de Penguin comme Marx sur l’économie édité par Robert Freedman. Ma copie du Manifeste était l’une des nombreuses petites éditions russes bon marché qui étaient partout jusqu’à l’effondrement de l’URSS.

Dès sa première ligne, “l’histoire de toute société jusqu’ici existante est l’histoire des luttes de classe” Manifeste lève haut sa bannière. Il m’a emporté par son flair rhétorique, tour à tour « prophétique, poétique, mélodramatique et tragique » – je ne peux pas dire que je l’ai lu d’un œil critique. Je veux dire, c’était en 1968, et je pensais que la révolution était, sinon au coin de la rue, certainement au bout du chemin. Bien sûr, il y avait beaucoup de choses que j’ai mal comprises ou qui n’avaient pas de sens pour moi. Mais comme des millions de personnes qui l’ont lu, depuis sa première publication en 1848, et « en ont rêvé », il a profondément marqué ma vie. Depuis, je l’ai lu et relu plusieurs fois.

J’ai donc été intrigué par la parution de l’étude de China Miéville, qui comprend le Manifeste dans son intégralité, comme son premier livre depuis le récit merveilleux, joyeux et critique de la Révolution d’Octobre, Octobre.

Son récit de la Manifeste commence par une interrogation sur la « forme » du manifeste. Qu’est-ce qu’un manifeste ? Comment un manifeste communique-t-il ? Quel est son objectif? Ce manifeste particulier, comme le déclare Miéville, est court, grossier et organisé de manière excentrique et a été écrit à la hâte sous la pression. Il a été publié en février 1848 à la veille de l’explosion révolutionnaire à l’échelle européenne, après avoir été commandé par la Ligue communiste, un groupe émigré d’ouvriers allemands à Paris dont le nom avait récemment changé sous l’influence de Marx de la Ligue de justice.

Cela m’a dérouté lorsque je l’ai lu pour la première fois en 1968. Le titre complet est Le Manifeste du Parti Communiste mais il n’y avait pas de parti communiste. En 1968, le terme « parti communiste » désignait la chaîne de partis formés dans le monde après la révolution russe. Mais comme Miéville l’explique avec soin, au milieu du XIXe siècle, le terme « parti » ne signifiait pas ce qu’il signifie aujourd’hui, mais plutôt une tendance plus large ou un courant d’opinion. En fait, l’organisation qui l’avait commanditée, la Ligue communiste avec ses quelques centaines de membres, n’a pas survécu aux défaites des révolutions de 1848. La Manifeste lui-même a failli disparaître pour des raisons similaires, ne revenant à un lectorat plus large qu’à la suite de la Commune de Paris. Lectorat du Manifeste depuis, a eu tendance à augmenter de manière spectaculaire au cours des années de lutte de masse et de révolution, comme en 1917 ou 1968, lorsque je me suis engagé pour la première fois avec elle.

Le chapitre “Un aperçu de la Manifeste‘, fournit un guide pour comprendre la structure et le contenu de la Manifeste. J’aurais aimé avoir ce guide la première fois que je l’ai lu. Un thème particulier que Miéville reprend et revient à plusieurs reprises est la Manifestel’éloge de la bourgeoisie en tant que classe pour avoir accompli « des merveilles dépassant de loin les pyramides égyptiennes ». Il souligne que cet éloge de la bourgeoisie dépasse de loin tout ce que les « boosters » de la bourgeoisie ont jamais écrit. Mais il note également que 1848 a montré que les jours héroïques de la bourgeoisie étaient désormais révolus – les événements en Allemagne, en France et ailleurs ont montré que la classe capitaliste avait désormais plus peur du prolétariat que l’ancien régime alors qu’elle se blottissait contre l’ordre établi. . De tels événements ont bien sûr profondément influencé la pensée de Marx et d’Engels après 1848, mais la Manifeste reflète leur pensée avant cette année.

Les deux chapitres suivants “Évaluation” et “Critiques” de la Manifeste étaient la partie la plus intéressante du livre. Après avoir brièvement écarté ce que Miéville appelle “quelques bromures anti-communistes épuisés” tels que “la Russie prouve que le communisme est une tyrannie” ou que le bon sens et la nature humaine montrent que nous ne pouvons pas changer la société et que si nous le faisons, cela conduira à un “désastre”, il passe à autre chose à des critiques plus sérieuses.

Les critiques soulignent souvent l’apparent déterminisme de la Manifeste, comme que « la révolution ouvrière est inévitable » ou que « le capitalisme s’effondrera inévitablement ». Mais bien sûr, en son sein, il y a d’autres formulations qui sont tout le contraire du déterminisme. Miéville souligne que c’est parce que le Manifeste opère sur plusieurs registres différents : analytique, rhétorique, poétique, plein d’exhortations au combat, prédictif.

Il y a une très bonne discussion sur l’idée que Marx et Engels réduisent tout à la « classe ». Et oui, alors qu’ils font évidemment la classe de premier plan – ‘Le Manifeste excorie l’oppression des femmes par le capitalisme en termes féroces ». Pourtant, Miéville souligne que Marx et Engels n’ont « pas développé leur point de vue critique sur le sexe et l’oppression sexiste aussi loin qu’ils auraient pu » dans le Manifeste et il y a un échec à genrer leur discussion sur la classe. Engels, bien sûr, y revient ailleurs dans son L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État.

De même, Miéville examine l’argument selon lequel Marx et Engels ont sous-estimé l’emprise du nationalisme et qu’ils ont loué l’idée que la bourgeoisie apporterait la modernité au reste du monde, à travers une mondialisation descendante. Mais bien sûr, Marx a changé d’avis – d’une croyance naïve que la Grande-Bretagne apporterait du « progrès » à l’Inde, il est devenu un ardent partisan de la rébellion indienne de 1857-1858. De même, sur les questions de « race », il en vint à constater que « le travail à peau blanche ne peut s’émanciper là où la peau noire est marquée au fer rouge ». Le chapitre aborde ensuite les débats et les arguments sur la « race » et « l’impérialisme » au sein du mouvement marxiste.

Le dernier chapitre du livre traite de la Manifeste aujourd’hui. À une époque où nous nous précipitons toujours plus vite vers l’extinction environnementale, où le sadisme social du capitalisme néolibéral est insupportable mais où des rébellions, même au cœur misérable de la pandémie, ont émergé. Le livre se termine par un retour à l’argument selon lequel le Manifeste était beaucoup trop généreuse envers la bourgeoisie, que malgré toute sa rage contre le système, on faisait trop l’éloge des propriétés énergétiques et transformationnelles du capitalisme, qu’il est « trop un hymne à la gloire de la modernité capitaliste » et qu’il ne hait pas assez . Comme l’écrit Miéville :

“Nous devrions haïr ce monde, avec et à travers et au-delà et même plus que ne le fait le Manifeste. Nous devrions haïr ce système de cruauté haineux et haineux, qui nous épuise, nous flétrit et nous tue ».

Le livre est magnifiquement écrit, dans la prose vivante de Miéville. Parfois, il utilise des termes que vous ne connaissez peut-être pas, mais une bonne écriture est toujours exigeante. La conclusion, comme celle du Manifeste est un appel à la révolte. Nous avons encore un monde à gagner, et c’est plus urgent que jamais. Miéville dans ce livre nous donne à tous beaucoup à méditer, c’est à la fois un récit sérieux de la Manifestemais aussi une arme que nous pouvons utiliser dans la lutte pour renverser cet horrible, horrible monde

La source: www.rs21.org.uk

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire