Dialogue Shangri-La : Les délégués se rencontrent au milieu des défis de sécurité | Actualité politique

0
55

Le dialogue Shangri-La (SLD), la réunion clé sur la sécurité en Asie-Pacifique, débute à Singapour plus tard vendredi avec des discussions qui devraient se concentrer sur l’invasion russe de l’Ukraine, les tensions américano-chinoises et la crise au Myanmar.

Ce sera la première réunion du SLD, du nom de l’hôtel de Singapour où il se déroule et organisée par le groupe de réflexion britannique l’Institut international d’études stratégiques (IISS), depuis que la pandémie a frappé.

Environ 500 délégués de plus de 40 pays sont attendus, le Premier ministre japonais Fumio Kishida devant prononcer le discours d’ouverture où il présentera la vision du Japon en matière de sécurité régionale.

“Au fil des ans, le SLD a fourni une plate-forme précieuse, ouverte et neutre pour l’échange de points de vue sur les questions et initiatives de défense et de sécurité”, a déclaré jeudi le ministère de la Défense de Singapour dans un communiqué avant le forum.

Quels sont les intervenants clés ?

Kishida, qui s’exprimera vendredi à 20h00 (12h00 GMT), sera le premier Premier ministre japonais à s’exprimer au SLD depuis 2014.

Le discours d’ouverture “fournira une déclaration importante sur l’évolution des perspectives stratégiques du Japon, les répercussions régionales de la guerre en Ukraine et la meilleure façon de gérer les nombreux défis de sécurité urgents de l’Asie-Pacifique”, a déclaré James Crabtree, directeur exécutif de l’IISS-Asie. dans un rapport.

Les travailleurs se préparent pour le 19e IISS Shangri-La Dialogue 2022 à Singapour. L’événement a lieu à l’hôtel Shangri-La de la cité-état [Caroline Chia/Reuters]

NHK, le radiodiffuseur public japonais, a déclaré plus tôt ce mois-ci que Kishida devait “promettre l’annonce d’un plan concret d’ici le printemps prochain pour faciliter une région indo-pacifique libre et ouverte”.

Il a ajouté: “Kishida est susceptible de réitérer son intention de renforcer considérablement les capacités de défense du Japon et de renforcer davantage les capacités de dissuasion et de réponse de l’alliance nippo-américaine.”

Le prochain gros frappeur à monter sur scène sera Lloyd Austin, secrétaire américain à la Défense, qui doit prendre la parole samedi matin à 8h30 (00h30 GMT). Son discours a été décrit comme un “discours politique majeur sur la politique de défense américaine dans l’Indo-Pacifique”.

Dimanche, Wei Fenghe, le ministre chinois de la Défense, prononcera son discours à 8h35 (00h35 GMT) et « discutera de la vision de la Chine pour l’ordre régional en Asie-Pacifique ».

Les deux hommes disposent de 55 minutes.

Quoi d’autre est à l’ordre du jour ?

Parmi les autres orateurs de premier plan, le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy s’adressera au forum par liaison vidéo le 11 juin à 16h00 (08h00 GMT). Son vice-ministre des Affaires étrangères, Dmytro Senik, doit être présent en personne.

Le SLD se réunit plus de trois mois après l’invasion de l’Ukraine par la Russie et au milieu de batailles acharnées à l’est.

Zelenskyy s’est adressé à plusieurs parlements et forums à travers le monde au sujet de l’attaque contre son pays, y compris en Asie-Pacifique.

Le directeur général de l’IISS, John Chipman, a déclaré que Zelenskyy “montrerait les liens” entre les théâtres stratégiques en Europe et dans l’Indo-Pacifique.

Il y aura également une session sur la situation au Myanmar, où l’armée a pris le pouvoir au gouvernement élu en février 2021 et a depuis cherché à éradiquer toute résistance à son régime. Parmi les orateurs figureront l’envoyée spéciale du secrétaire général des Nations unies pour le Myanmar, Noeleen Heyzer, et le ministre malaisien des affaires étrangères, Saifuddin Abdullah.

Le conseiller d'État chinois et ministre de la Défense, le général Wei Fenghe, arrive à Singapour pour le dialogue Shangri-La
Le conseiller d’Etat chinois et ministre de la Défense, le général Wei Fenghe, est arrivé jeudi à Singapour. Une réunion bilatérale attendue avec Lloyd Austin devrait être surveillée de près [Caroline Chia/Reuters]

Quels sont les principaux problèmes de sécurité dans l’esprit des décideurs ?

Le SLD se réunit non seulement sur fond de guerre en Europe de l’Est – où Pékin a évité toute condamnation pure et simple de l’agression russe – mais au milieu des tensions latentes en Asie-Pacifique.

La Corée du Nord a effectué un nombre record d’essais de missiles cette année et on craint qu’elle ne se prépare pour son premier essai nucléaire depuis 2017.

Ensuite, il y a la mer de Chine méridionale contestée et la position de la Chine sur Taiwan, l’île autonome qu’elle revendique comme la sienne.

La Chine s’est alarmée de la coopération croissante entre les États-Unis et ses alliés en Asie-Pacifique, condamnant le pacte AUKUS en vertu duquel l’Australie doit acquérir des sous-marins nucléaires américains, ainsi que le soi-disant Quad. La ligne plus dure du Japon en matière de défense a également bouleversé Pékin.

Vendredi, le Global Times, le tabloïd public chinois, a donné un aperçu de la colère de Pékin face à un Japon plus affirmé avec un éditorial très critique sur le discours probable de Kishida au SLD.

“Le rôle de Kishida dans le dialogue Shangri-La de cette année ne peut être plus évident – attisant les flammes sur la plate-forme, induisant l’ordre du jour en erreur, trouvant des excuses pour l’augmentation future de ses dépenses militaires et se coordonnant avec les États-Unis pour étendre le gang de ces derniers dans la région sous le cadre de la “Stratégie indo-pacifique” », a-t-il déclaré.

Les propres activités de la Chine dans la région ont également sonné l’alarme, l’Australie s’inquiétant de ses initiatives de sécurité dans les îles du Pacifique. Les Fidji et les îles Salomon, avec lesquelles la Chine a déclaré avoir signé un pacte de sécurité en avril, participeront toutes deux au forum pour la première fois, selon l’IISS.

“L’Indo-Pacifique est au milieu de l’alignement stratégique le plus important de notre époque”, a déclaré jeudi le nouveau ministre australien de la Défense, Richard Marles, dans un communiqué avant de partir pour Singapour. “Je salue le rôle que joue ce dialogue dans l’élaboration d’une conversation solide sur les défis stratégiques et la dynamique de la sécurité régionale.”

Que se passe-t-il en marge ?

Un élément clé du SLD en personne est l’opportunité pour les ministres et les fonctionnaires de tenir des discussions en marge de l’événement.

L’un des accords bilatéraux les plus surveillés sera probablement une rencontre entre Austin et Wei avec les hauts responsables de la défense des deux pays qui devraient tenir leur toute première rencontre en face à face.

La relation entre les États-Unis et la Chine s’est détériorée depuis le dernier SLD en 2019 au milieu de récriminations sur une série de problèmes allant des origines du coronavirus aux répressions chinoises au Xinjiang et à Hong Kong, ses revendications en mer de Chine méridionale et à Taïwan.

Cependant, il y a aussi des problèmes, comme la Corée du Nord, où les deux pourraient travailler ensemble. Les pourparlers de dénucléarisation avec Pyongyang sont au point mort depuis l’échec du sommet de Hanoï entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président américain Donald Trump en 2019.

“Nous nous attendons, de notre point de vue, à ce que la substance de cette réunion soit axée sur la gestion de la concurrence dans les problèmes régionaux et mondiaux”, a déclaré un haut responsable américain à l’agence de presse Reuters.

“Nous mettons tout en œuvre pour que ce soit une réunion professionnelle et de fond et nous allons parler de questions très sérieuses, mais aucune volonté de la part des États-Unis de faire un spectacle public.”

Le ministre cambodgien de la Défense, Tea Banh, sera également au forum et devrait rencontrer Austin et d’autres responsables dans un contexte d’inquiétude renouvelée concernant les activités de la Chine sur la base navale de Ream sur la côte sud du Cambodge, selon le journal singapourien Straits Times.

Une trilatérale entre Austin, le ministre japonais de la Défense Kishi Nobuo et le ministre sud-coréen de la Défense Lee Jong-sup est également prévue, selon le radiodiffuseur public japonais NHK, avec un accent sur la coopération sur la Corée du Nord.

Kishi prévoit également de rencontrer le chinois Wei pour “enregistrer les préoccupations du Japon concernant l’affirmation maritime croissante de la Chine et pour exhorter Pékin à faire preuve de retenue”, a rapporté la NHK.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/10/shangri-la-dialogue-what-to-watch-for

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire