Les sanctions occidentales contre la Russie et la Biélorussie affament le monde

0
52

Source photo : Jens Galschiøt – http://www.aidoh.dk/ – GDFL

La Russie est un grenier à blé du monde. C’est le troisième exportateur mondial de blé, loin devant l’Ukraine, le huitième, et le premier exportateur mondial d’engrais – un produit que les États-Unis, contrairement à ces pauvres idiots d’Europe, se sont assurés d’exempter des sanctions et de continuer à importer de Russie vers à hauteur de plus d’un milliard de dollars. Mais les sanctions occidentales contre Moscou signifient qu’il n’y a pas d’assurance maritime et que les ports n’accepteront pas les navires russes ; ainsi, les sanctions signifient que de nombreux navires qui transportent du blé et des engrais vers des endroits qui en ont désespérément besoin, comme l’Afrique du Nord, ne peuvent pas naviguer. Il en va de même pour le fait que l’Ukraine a miné tous ses ports de la mer Noire. Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, l’a confirmé : « Le retrait des navires céréaliers des ports ukrainiens est entravé par les mines ukrainiennes. Il n’y a pas de blocus russe.

Et puis il y a les Scylla et Charybde face aux dirigeants du Sud : violer les sanctions occidentales, importer d’une manière ou d’une autre du blé russe et se faire écraser financièrement et politiquement par les États-Unis et l’UE ou ne pas importer et laisser les gens mourir de faim. En fait, ce choix exact et horrible a frappé 14 pays au visage à la mi-mai. C’est à ce moment-là que les États-Unis ont affirmé que des navires russes transportant du « grain ukrainien volé » avaient appareillé. Washington l’a annoncé principalement aux nations africaines. Qu’étaient censés faire ces dirigeants africains ? Essayer vainement de réfuter l’allégation ou de refuser le blé et de laisser les gens mourir lentement, d’atroces morts de faim ? Pendant ce temps, la propagande occidentale, c’est-à-dire les médias grand public, hurle avec une pugnacité hystérique que la Russie utilise la nourriture comme arme de guerre. Tout un racket à Washington, basé sur le mensonge, la coercition et l’extorsion ; un contrepoint horrible au massacre inutile des troupes ukrainiennes – inutile, parce que le patron de Kiev, les États-Unis, pourrait accélérer la fin de cette mort de promiscuité en encourageant les négociations de paix. Biden refuse de le faire. Malgré ses récents murmures au sujet d’un règlement négocié, on n’a pas l’impression que Biden y a encore mis du piquant.

La Russie, comme les États-Unis avant elle en Irak en 2003, a déclenché une guerre épouvantable. Mais Moscou a été le plus sûrement, le plus délibérément provoqué par l’OTAN et les États-Unis – contrairement aux nombreuses guerres de choix des États-Unis au cours de ce siècle. Toute équivalence à l’invasion de Moscou, en dépit du tour de passe-passe occidental sur la Russie élargissant son empire quondam, est une foutaise étonnante. Aussi terrible que soit la guerre de la Russie en Ukraine, ce que les États-Unis ont fait en Irak a été pire. Comment Bagdad a-t-il provoqué Washington en 2003 ? A-t-il déployé des troupes à la frontière du Dakota du Nord et envoyé des cuirassés dans le golfe du Mexique ? A-t-il menacé de s’allier avec le Mexique et de reconquérir le Texas ? A-t-il soutenu pendant huit ans un massacre mexicain de 14 000 habitants de la région métropolitaine de Dallas-Fort Worth, comme l’Ukraine l’a fait pour les citoyens du Donbass ? Non. L’Irak se trouvait à des milliers de kilomètres des États-Unis et ne représentait aucune menace pour ce pays, comme le savaient trop bien les dirigeants menteurs de Washington.

Provoquer Moscou est pourtant la spécialité mal cachée de Washington depuis la chute du mur de Berlin. L’OTAN avait besoin d’un ennemi, voyez-vous, pour justifier son existence, tout comme les sous-traitants américains de la défense, pour augmenter leurs profits. Si bien que maintenant, l’OTAN encercle et menace très dangereusement un vaste pays armé jusqu’aux dents avec des armes nucléaires. L’agression insensée de l’OTAN, susceptible de sacrifier le monde, s’est poursuivie malgré les nombreuses protestations bruyantes de Moscou. Comme l’érudit Norman Finkelstein l’a demandé dans une récente interview avec Briahna Joy Gray – après avoir épuisé toutes les voies diplomatiques, que devait faire la Russie ? Ce n’est pas, à mon avis, pour excuser l’invasion en aucune façon. C’est une question honnête. Il doit être soulevé – et répondu – pour refroidir l’hystérie passionnée de la guerre de désinformation méphitique des États-Unis. N’importe qui avec une once d’intelligence sait comment les États-Unis réagiraient si les rôles étaient inversés. Washington se frayerait un chemin hors d’un tel encerclement, et il le ferait avec des missiles nucléaires.

À tout moment de la guerre en Ukraine, Biden aurait pu inciter à la négociation plutôt qu’aux sanctions. Il aurait pu tenter – et les efforts déployés par le dirigeant de l’empire américain portent un grand poids, même avec un client aussi compréhensiblement déterminé à se défendre que Kiev – pour mettre fin à ce massacre, à cet écrasement de l’Ukraine dans un abattoir. Il a choisi de ne pas le faire. Il a choisi de prolonger la guerre plutôt que d’encourager la paix, condamnant ainsi à mort de nombreux Ukrainiens, Russes et, si cette guerre devient nucléaire, des milliards d’autres personnes. Il choisit toujours de ne pas le faire, même lorsqu’il est tout à fait clair que les sanctions économiques prévues de longue date se sont retournées contre eux et écrasent maintenant les économies occidentales. (Ces sanctions étaient prêtes, dès le départ, et avaient donc évidemment été rédigées, de manière assez maligne, des années avant l’invasion de Moscou.) Même s’il est clair que cette débâcle économique et inflationniste met fin aux chances de réélection de Biden. Si vous sanctionnez une économie aussi gigantesque et vitale à l’échelle mondiale que celle de la Russie, une économie qui exporte tant de produits de base essentiels, vous sautez d’une falaise avec l’économie de votre propre pays dans vos bras. Biden ne semble pas s’en soucier. Tout comme il ne semble pas se soucier des millions de personnes dans les pays du Sud que ses précieuses sanctions vont affamer.

Ils n’affameront certainement pas la forteresse russe. Moscou va bien. Il a toute la nourriture qu’il pourrait souhaiter, un rouble fort, tout l’engrais dont il a besoin, Pékin a le dos, et il peut attendre ce siège pendant des années, tandis que l’euro plonge en valeur et s’effondre comme les gros bonnets de l’UE Ursula Von Der Leyen et Charles Michel préside à la désindustrialisation de l’Europe. Les États-Unis ont-ils des doutes ? Évidemment non. Au lieu de cela, comme des observateurs avisés l’ont noté dès le début, les États-Unis, guidés par des néoconservateurs, ont poussé la Russie à l’envahir afin de tuer l’euro, de désindustrialiser l’Europe et de rompre le commerce entre Moscou et l’UE. De plus, cela pourrait balkaniser la Russie – eh bien, ce n’est pas le cas ; c’est le seul élément de ce stratagème douteux voué à l’échec, en raison de l’arsenal nucléaire de la Russie. Et ce n’est qu’une partie de l’histoire. Tout, toutcar l’empire américain en déclin consiste à sauver la face.

Ce qui signifie que les masses d’Américains crétinisées par la propagande de guerre des médias d’entreprise dans une frénésie belliqueuse suicidaire ne peuvent pas être autorisées à entrevoir la possibilité que l’Ukraine puisse perdre cette guerre. Même si au moment où ils le feront inévitablement, l’inflation les aura si bien frappés qu’ils ne s’en soucieront pas. Déjà, les sondages montrent un changement de l’attention du public de l’Ukraine vers la flambée des prix à la pompe, dans les supermarchés et la hausse des taux hypothécaires, malgré les efforts idiots des médias d’entreprise pour garder la guerre au premier plan dans l’esprit du public. Les sondages racontent une histoire différente. Si Biden ne comprend pas cela rapidement, on ne peut qu’espérer qu’il cède sa couronne à un candidat démocrate plus jeune et plus sage en 2024. Sinon, il nous lègue Trump ou un aspirant Trump, un scénario épouvantable dont les périls pour l’avenir de ce si -appelée démocratie et tout espoir de freiner la catastrophe climatique n’ont pas besoin d’être élaborés. Mais Biden ne semble tout simplement pas comprendre. C’est l’économie, idiot.

Pendant ce temps, les vagues de chaleur extrêmes causées par l’effondrement du climat induit par la consommation de pétrole ont contraint le deuxième producteur mondial de blé, l’Inde, à réduire ses exportations. La chaleur a endommagé la récolte et l’Inde a besoin de ce grain pour sa propre population de 1,4 milliard d’habitants. Des millions de personnes dans les pays pauvres qui importaient auparavant cette nourriture pourraient mourir de faim. Cela signifie que le blé russe devient d’autant plus crucial. Il en va de même pour la Chine, premier producteur mondial de blé. Moscou a ouvert un corridor humanitaire de 80 milles de long et de 3 milles de large dans la mer Noire pour permettre la sortie des navires des ports ukrainiens ; la nouvelle du 4 juin que les céréales de Kiev passeraient en toute sécurité par les ports de la mer Noire contrôlés par la Russie ont fait baisser les prix mondiaux des céréales ; et un « corridor céréalier » maritime à partir d’Odessa, géré par la Turquie et la Russie pour le blé ukrainien a été annoncé le 6 juin. Acheminer la récolte de Kiev vers les pays du Sud, cependant, peut être un point discutable. Cette nourriture, semble-t-il, a été transportée par camion et entraînée par voie terrestre vers l’Europe, peut-être en échange d’armes. Il reste donc à voir si le dernier effort pour diriger le blé vers le sud affamé porte ses fruits. Mais cela ne suffit pas. L’ouest continue de s’amuser. Quelqu’un avec un QI doit intervenir. Ce quelqu’un est le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

Contrairement aux dirigeants imbéciles du lemming occidental, le secrétaire général de l’ONU a un cerveau. Il a appelé aux sanctions occidentales fin mai. “La nourriture et les engrais russes”, a-t-il dit, “doivent avoir un accès illimité aux marchés mondiaux sans entraves indirectes”. Cela signifie pas de sanctions. L’ONU dit que si nous ne voulons pas que les gens meurent de faim, certaines sanctions doivent être supprimées. Guterres a insisté sur le fait que « la nourriture et les engrais produits par la Russie et la Biélorussie [must be reintegrated] sur les marchés mondiaux – malgré la guerre. António Guterres a tenu ces propos il y a quelques semaines, puis les a répétés le 1er juin. En tant que dirigeant de l’ONU en contact permanent avec les représentants des pays du Sud, António Guterres sait de quoi il parle.

Alors là, vous l’avez de la bouche du cheval : les sanctions sur le blé et les engrais de Moscou rendent la nourriture si chère ou si rare que les gens meurent de faim. Beaucoup de gens. Est-ce que la face salvatrice des États-Unis en vaut la peine ? Aux troglodytes du Congrès américain et de la Maison Blanche, la réponse est probablement oui. Mais heureusement pour les pauvres du monde, ces goules se sont prises à leur propre piège. Les citoyens américains, la population propagandisée dans une stupidité hébété, puis traités par leurs dirigeants comme des cancres, les citoyens de l’empire mondial soi-disant exceptionnel, unique, spécial, unique et en ruine, regardent la flambée des prix de la nourriture et de l’essence et ils ne le font pas J’aime ça. Leurs yeux sont rivés avec colère sur ce coût moyen de cinq dollars le gallon d’essence sans plomb ordinaire et leurs factures d’épicerie démesurément augmentées. Ils sont tellement aigris à ce sujet qu’ils pourraient même jeter les clochards lors des prochaines élections. Ce spectre de défaite électorale, plus que tout, pourrait corriger la politique barbare actuelle des États-Unis. Espérons juste que cela se produise avant que des multitudes ne meurent de faim. La famine est sur son cheval noir et il galope tout près.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/10/western-sanctions-starve-the-world/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire