Eduardo Arroyo avec James Joyce à New York

0
32

Source photo : Camille Ruf – Domaine public

Quand j’entre dans la prestigieuse Marlborough Gallery de New York, j’y trouve tellement de monde, c’est comme si les peintures étaient en arrière-plan. Je suis au vernissage de l’exposition d’Eduardo Arroyo. La silhouette élancée d’Isabel Azcarate, la veuve du peintre espagnol, flotte parmi les artistes, critiques, historiens de l’art et galeristes new-yorkais venus à l’événement.

La galerie présente plus de soixante-dix œuvres du grand peintre espagnol décédé il y a quatre ans. Étant donné que ces peintures et œuvres graphiques couvrent plus de cinquante ans d’œuvre d’Arroyo, il est clair que, contrairement à de nombreux autres peintres, il est un artiste historique et politique, en particulier pendant la vie de Franco, quand Arroyo a dû s’exiler (1958- 1976), mais aussi dans les années qui suivent où il continue à vivre à l’étranger, principalement à Paris (1976-1998). Son travail utilise l’ironie, le sarcasme et le sens de l’humour pour critiquer le climat politique espagnol avec son nationalisme enraciné dans la dictature de Franco.

Avant de quitter l’exposition je dis au revoir à la veuve du peintre et dans son petit groupe je découvre Eduardo Lago, un écrivain espagnol basé à New York. Nous parlons du roman ‘Ulysse’ de James Joyce, qu’Eduardo Arroyo a accompagné de ses illustrations, qui ont été publiées dans une édition anglaise et espagnole, et seront bientôt publiées dans une édition chinoise. On parle aussi d”Ulysse’ dans un autre contexte : l’écrivain a publié un guide de lecture dans son dernier livre ‘We All Are Leopold Bloom’ (dans Galaxia Gutenberg, comme l’édition espagnole illustrée par Arroyo) et il me recommande d’aller à voir l’exposition organisée par la Morgan Library à New York pour commémorer le centenaire de la publication d’« Ulysse ».

Je ne peux pas ignorer ce que me dit le spécialiste de ce livre et je décide d’aller voir l’exposition. De la galerie à la bibliothèque, il y a trois quarts d’heure de marche. Dans la Morgan Library, cet ancien musée qui abrite également de grandes collections de livres historiques, je trouve la salle qui cette année est consacrée à l’écrivain de Dublin et à son environnement, en se concentrant sur son «Ulysse». Comme dans l’œuvre d’Arroyo, dans le grand roman de Joyce, l’histoire et la politique sont très présentes.

De la Morgan Library, je marche encore une demi-heure jusqu’à ce que j’atteigne l’une de mes librairies préférées de la ville, Shakespeare & Co, et comme elle est reliée à ‘Ulysse’, je n’irais pas dans une autre. Beach, le fondateur de la librairie originale, près du théâtre de l’Odéon à Paris, qui fut le premier à publier le roman de Joyce, malgré le refus de nombreux éditeurs connus. La librairie, sur Lexington Avenue à New York, est remplie d’étudiants du Hunter College voisin. Je cherche l’édition de ‘Ulysses’ illustrée par Arroyo et publiée il y a quelques mois en anglais par Other Press et la trouve sur le tableau des nouveautés. J’ouvre le livre et regarde les magnifiques illustrations d’Arroyo de Bloom et de sa femme Molly, de Stephen Dedalus, de chats, de chauves-souris et d’autres animaux, des portraits de Joyce et celui d’un homme mystérieux en imperméable qui pourrait bien être Joyce ou Arroyo, ou n’importe qui d’entre nous.

Une libraire m’aborde et je lui demande si le livre se vend bien. “Oui, tout à fait”, répond-elle, “dans peu de temps, le livre en est maintenant à sa deuxième édition!”

Je sors dans la rue et vois Arroyo et Joyce dans toutes les personnes et les animaux que je rencontre dans cette symbiose de vie, de littérature et d’art qu’est toujours New York.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/10/07/eduardo-arroyo-with-james-joyce-in-new-york/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire