Engager la Chine : une nouvelle vision pour une restructuration de la dette mondiale occidentale

0
78

Image de Christian Lue.

Dans le domaine de la finance mondiale en constante évolution, l’approche chinoise en matière d’allégement et de restructuration de la dette marque une rupture nette avec les normes occidentales et introduit une stratégie nuancée qui mérite un examen plus approfondi.

Les pays occidentaux expriment fréquemment leurs inquiétudes face à l’hésitation de la Chine à s’engager dans des cadres multilatéraux tels que le Cadre commun du G20. Cette critique relève peut-être davantage d’un malentendu que d’un réel désintérêt de la Chine. Les affirmations selon lesquelles les transactions financières de la Chine seraient opaques et constitueraient un « obstacle » aux mécanismes multilatéraux échouent souvent à reconnaître la montée de la Chine en tant que principal créancier des pays en développement. Son engagement inébranlable en faveur des prêts bilatéraux, bien que rencontré avec scepticisme en Occident, est au cœur de la stratégie alternative de la Chine. Au cœur de cette approche se trouvent des points de discorde auxquels aucune partie n’est disposée à abandonner facilement.

Alors que la Chine assume le rôle de « prêteur en dernier ressort » – une position historiquement occupée par le FMI et les États-Unis – les tensions géopolitiques et économiques prennent de l’importance. Le refus de la Chine d'adhérer aux règles traditionnelles d'allégement collectif de la dette a sans aucun doute remis en question le statu quo, rendant les normes du Club de Paris de plus en plus obsolètes. Cela est évident lorsque les pays en développement, comme l’Éthiopie, se tournent directement vers la Chine pour obtenir de l’aide, ce qui indique un changement de préférence et met en évidence la lenteur des progrès dans les cadres traditionnels. De telles évolutions signalent un changement sismique potentiel dans la gestion des crises de la dette, à mesure que les normes établies sont reconsidérées.

Les actes sont plus éloquents que les mots, surtout lorsqu'on évalue le rôle de la Chine en tant que créancier et son engagement en faveur de l'allégement de la dette. L’accent devrait être mis sur les actions et les résultats tangibles plutôt que sur la rhétorique. La décision de Pékin de restructurer les prêts dans le cadre du G20 pour alléger la dette de la Zambie est significative, montrant une évolution vers le multilatéralisme et reconnaissant les limites antérieures. Pourtant, une solution consensuelle exige que tous les créanciers soient ouverts aux pertes ou aux concessions. Le fait que la Chine demande instamment aux banques multilatérales de développement, dont la Banque mondiale, de se joindre aux efforts d'allégement de la dette de la Zambie suggère un réel désir d'améliorer le système. L’exclusion traditionnelle de ces institutions des négociations de restructuration, malgré leur rôle considérable dans l’augmentation de la dette, complique encore les choses.

Il est important de noter que même si les gouvernements occidentaux critiquent la position chinoise en matière d’annulation de la dette, ils ont eux-mêmes hésité à accorder un tel allègement par le passé. Leur réticence à créer un mécanisme de faillite souverain prédéfini et pleinement fonctionnel jette le doute sur la cohérence de leurs critiques à l’égard de la Chine.

La non-participation de la Chine au régime de la dette souveraine, en particulier son absence du Club de Paris, laisse un vide qui diminue l'efficacité du régime, d'autant plus lorsque la Chine est un contributeur majeur au régime, quoique sur une base partielle. Les efforts visant à construire des institutions nouvelles et durables doivent encore être validés. Le manque de cohésion du Club de Paris entre les créanciers bilatéraux présente des défis importants pour le FMI dans la gestion des crises de la dette, car il complique les négociations pour les pays lourdement endettés envers la Chine, provoquant des retards susceptibles d'exacerber leurs crises financières.

La lenteur de la restructuration de la dette, illustrée par la situation de la Zambie, souligne le besoin urgent d'une approche plus collaborative et plus efficace de la gestion de la dette souveraine, impliquant les principaux créanciers comme la Chine.

Dans le cas spécifique de la Zambie, l'adhésion de la Chine à la DSSI a permis de reporter des paiements totalisant 8,2 milliards de dollars en 2020 et 2021. Cependant, le manque de coordination entre les créanciers privés, méfiants face au manque d'information, et la nature opaque des prêts chinois, ont posé des problèmes. des défis importants. Même après que de plus amples détails sur les dettes de la Zambie envers la Chine aient été révélés à la suite des élections de 2021, les détenteurs d'obligations sont restés prudents, doutant que la Chine accorde un allégement substantiel de sa dette.

La Chine recherche activement la « comparabilité du traitement », un principe énoncé dans les termes du Cadre commun. Pour apaiser les inquiétudes occidentales concernant un éventuel « free-riding » de la Chine, il est crucial d’intégrer les systèmes chinois dans la structure multilatérale de la dette souveraine. Une approche plus constructive que de forcer la Chine à se conformer strictement aux normes de l’OCDE et du Club de Paris serait de réconcilier les différents systèmes américain et chinois, en évitant une « guerre froide dans un cadre commun ».

Une telle réconciliation est vitale compte tenu des différences significatives entre les deux systèmes, notamment en ce qui concerne la compréhension des politiques appropriées pour les États en difficulté et le rôle de l’austérité ou de nouveaux emprunts dans la résolution des crises de la dette. L’état actuel des relations entre les États-Unis et la Chine ne devrait pas entraver un niveau plus large de partage d’informations et de coopération.

Avec l’influence croissante de la Chine, les pays criblés de dettes pourraient trouver un réconfort dans le rôle décroissant des conditionnalités du FMI. Une approche plus efficace, comme le suggère Ray Dalio, pourrait impliquer une restructuration des dettes sur une période plus longue ou une annulation pure et simple. Cela devrait être associé à des mesures visant à stimuler la croissance économique nominale, comme contracter davantage de dettes ou imprimer de la monnaie. Les pays africains, en particulier, ont besoin d’une capacité budgétaire accrue pour investir dans le développement durable.

D’un autre côté, la Chine se trouve à un tournant dans ses stratégies de refinancement, montrant une préférence pour le report ou le rééchelonnement plutôt que pour l’approche de l’argent frais qu’elle a traditionnellement utilisée. L’instauration d’une plus grande coopération, soutenue par le secteur privé et un soutien politique de haut niveau au-delà des comités de créanciers, est essentielle pour un refinancement réussi. Ceci est particulièrement important compte tenu de l'hésitation de la Chine à adopter la pratique courante de l'annulation de la dette, même si elle l'a fait pour les prêts sans intérêt. Créer une voie durable pour la restructuration de la dette nécessite un effort unifié, reconnaissant le rôle évolutif de la Chine, tirant parti de sa volonté d'opérer dans des cadres multilatéraux, relevant les défis du Cadre commun et promouvant des solutions coopératives qui tiennent compte des besoins des nations endettées et de la nécessité d'une restructuration responsable. et des pratiques budgétaires durables.

Source: https://www.counterpunch.org/2024/01/05/engaging-china-a-new-vision-for-a-western-global-debt-restructuring/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire