Erdoğan n’est pas un ami de la Palestine

0
115

Au milieu du massacre en cours à Gaza, le président turc Recep Tayyip Erdoğan se distingue parmi les dirigeants mondiaux par ses remarques audacieuses, notamment en qualifiant Israël d'État terroriste et en exigeant que Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu sera jugé comme criminel de guerre. Pour les Palestiniens, un éloignement de la Turquie d'Israël constituerait un développement significatif, compte tenu de la stature de la Turquie comme l'un des plus grands pays du Moyen-Orient. Cependant, ce n’est pas la première fois qu’Erdoğan utilise un langage aussi fort.

En 2010, lorsque huit ressortissants turcs ont été tués sur un navire transportant de l’aide à Gaza, Erdoğan a dénoncé cela comme du terrorisme d’État, a rompu les relations diplomatiques avec Israël et a demandé qu’Israël soit jugé par la Cour pénale internationale. Malgré ces positions fermes, les échanges commerciaux entre les deux pays se sont accélérés. Après quelques années, tout a été pardonné, Israël et la Turquie explorant ensemble le pétrole et le gaz en Méditerranée orientale.

Erdoğan est le démagogue par excellence : il émet des déclarations remettant en cause l’ordre établi tout en maintenant le statu quo. Les dénonciations d’Israël par Erdoğan ont tendance à coïncider avec des périodes de violence accrue. Mais une fois que l’indignation du public s’est atténuée, les affaires reprennent comme d’habitude.

Les tensions entre Israël et la Turquie remontent à l'indépendance israélienne en 1948. Compte tenu du sentiment pro-palestinien parmi la plupart des Turcs et du désir de la Turquie de maintenir des relations avec les États et les groupes opposés au sionisme, la Turquie publie souvent des déclarations contre Israël. Cependant, l’influence dominante de l’Occident dans la région a toujours favorisé un partenariat étroit entre Israël et la Turquie, malgré la rhétorique turque.

Après s'être initialement opposée au plan de partition de la Palestine de 1947 des Nations Unies, la Turquie est devenue le premier pays à majorité musulmane à reconnaître l'indépendance d'Israël en 1949. Alors que la guerre froide se déroulait, la Turquie, s'alignant sur l'Occident, a rejoint l'OTAN. Au lendemain de la guerre des Six Jours de 1967, malgré sa condamnation d’Israël, la Turquie s’est imposée comme l’un des seuls États à majorité musulmane à ne pas avoir rompu ses relations diplomatiques. Tandis que de nombreux Moyen-Orientaux rompaient leurs relations et interdisaient l’entrée aux Israéliens, le commerce et le tourisme turco-israéliens prospéraient. Cependant, la Turquie a souvent gardé ces relations discrètes pour éviter les critiques régionales et nationales.

Après l’effondrement de l’Union soviétique, l’influence occidentale au Moyen-Orient s’est accrue, mettant au grand jour les relations autrefois secrètes entre la Turquie et Israël. Au cours des années 1990, le commerce des armes entre les deux pays s’est accru et ils se sont engagés dans des exercices militaires conjoints.

Lorsque le Parti de la justice et du développement (AKP) d'Erdoğan a remporté les élections en 2002 et qu'Erdoğan est devenu Premier ministre l'année suivante, il semblait que les choses allaient changer. Alors que l'AKP contestait la laïcité établie de longue date en Turquie, certains pensaient qu'un changement vers une politique plus islamique entraînerait une plus grande opposition à Israël.

Mais tout comme les conservateurs américains prétendent défendre le christianisme tout en trahissant ses principes, la prétention d’Erdoğan d’introduire l’islam dans la politique n’a guère changé. Erdoğan a initialement refusé de rencontrer le Premier ministre israélien Ariel Sharon. Il a dénoncé la réponse d'Israël à la Deuxième Intifada comme du terrorisme d'État et a comparé le sort des Palestiniens à celui des Juifs pendant l'Inquisition espagnole. Pourtant, malgré cette rhétorique, le commerce d’équipements militaires et les exercices militaires conjoints avec Israël se sont poursuivis. Au cours des cinq années de la Seconde Intifada, les exportations turques vers Israël ont plus que doublé. Une fois la Seconde Intifada terminée, Erdogan a immédiatement conduit une délégation d’hommes d’affaires à rencontrer le Premier ministre Sharon.

Tout en améliorant ses relations avec Israël, Erdoğan rétablissait également ses liens avec la Syrie. La Turquie et la Syrie, anciens ennemis, ont signé un accord de libre-échange en 2004. Erdoğan espérait qu’un rapprochement avec Israël pourrait positionner la Turquie comme médiateur entre ses rivaux Israël et la Syrie, établissant ainsi la Turquie comme un leader au Moyen-Orient.

Ces espoirs se sont estompés lorsqu’Israël a envahi le Liban en 2006 et a assiégé Gaza en 2008 et 2009. Une fois de plus, les relations chaleureuses avec Israël ont été suspendues, accompagnées d’une rhétorique dure. Pourtant, ce qui a semblé le plus offensé par Erdoğan, ce n'étaient pas les morts et les destructions, mais l'atteinte portée à l'image diplomatique de la Turquie. Par la suite, Erdoğan a déclaré que « Le bombardement israélien de Gaza démontre un manque de respect envers la République turque. Nous avions prévu de programmer des pourparlers de paix entre la Syrie et Israël. Malgré cela, les échanges commerciaux entre la Turquie et Israël ont continué à prospérer.

Si une année offrait un potentiel de changement, c'était bien 2010. En mai de la même année, la Flottille de la Liberté pour Gaza, composée de six navires civils transportant de l'aide humanitaire, cherchait à briser le blocus de Gaza imposé par Israël. Avant qu’ils n’atteignent leur destination, des membres de la marine israélienne ont pris d’assaut les navires, tuant dix personnes. Huit des victimes étaient des ressortissants turcs et une était un Américain d'origine turque.

Erdoğan semblait furieux. « Ce massacre sanglant perpétré par Israël sur des navires qui transportaient de l'aide humanitaire vers Gaza mérite toutes sortes de malédictions », a-t-il déclaré. Il a insisté sur le fait qu’Israël devait « être absolument puni par tous les moyens ». Pour la première fois, la Turquie a expulsé ses ambassadeurs israéliens, provoquant une réponse réciproque de la part d’Israël.

Il semble que la Turquie pourrait s’aligner sur d’autres pays du Moyen-Orient pour isoler Israël. Cependant, l’année qui a suivi le raid de la flottille, les exportations israéliennes vers la Turquie ont augmenté de 50 pour cent. À mesure que la rhétorique d’Erdoğan s’intensifiait, le commerce s’intensifiait également. En 2013, Erdoğan a dénoncé le sionisme comme un crime contre l’humanité. Cette année-là a marqué l’apogée du commerce bilatéral jusqu’à présent. Moins d’un mois après sa déclaration, Israël et la Turquie ont entamé le processus de normalisation de leurs relations. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a présenté ses excuses pour le meurtre par Israël de ressortissants turcs à bord de la flottille. À partir de là, les relations diplomatiques ont continué à s’améliorer.

En 2016, un accord a été conclu pour indemniser les familles touchées et rétablir les relations. Apparemment victoire pour la Palestine, l’accord a également permis à la Turquie de fournir une aide humanitaire et des investissements dans les infrastructures à Gaza et en Cisjordanie. Cependant, cela n’est rien en comparaison des milliards de dollars d’échanges bilatéraux entre la Turquie et Israël. En 2016, la Turquie était la neuvième destination des exportations d'Israël.

Les différends ont persisté. En 2018, le ministre turc des Affaires étrangères a préconisé de traduire Israël devant la Cour pénale internationale et Erdoğan a appelé à des rassemblements à Istanbul en solidarité avec la Palestine. Mais comme l’a observé le chef de l’opposition Muharrem İnce, ces rassemblements n’ont rien changé : « Avez-vous boycotté les produits israéliens ? Non. Avez-vous rompu des accords avec Israël ? Non.”

Dans les années qui ont suivi, la Turquie a condamné les États-Unis pour avoir transféré leur ambassade à Jérusalem et Israël a condamné la Turquie pour avoir envahi le nord de la Syrie. Tel un couple qui ne peut se séparer, les deux pays se sont affrontés verbalement tandis que leur codépendance grandissait. La Turquie est devenue une source de matières premières, comme l'acier, qui représentait un tiers des importations israéliennes. Tandis qu’Erdoğan condamnait le sionisme, la Turquie fournissait un matériau clé pour les armes et les colonies israéliennes.

Même si la coopération militaire formelle a pris fin en 2008, la Turquie a continué de bénéficier des exportations militaires israéliennes. En 2020, l’allié de la Turquie, l’Azerbaïdjan, a lancé des opérations militaires pour nettoyer ethniquement la région à majorité arménienne de l’Artsakh. Tandis qu’Erdoğan accusait Israël de déstabiliser le Moyen-Orient, la Turquie laissait Israël utiliser son espace aérien pour livrer des armes destinées au massacre des Arméniens.

En 2022, l’amnésie semblait s’installer. Erdoğan semble avoir oublié ses déclarations passées qualifiant le sionisme de crime contre l’humanité et plaidant pour qu’Israël soit jugé devant la Cour pénale internationale. Les dirigeants israéliens et turcs se sont rencontrés en septembre 2022 pour la première fois depuis quatorze ans, marquant une reprise de la coopération en matière de défense, y compris le partage de renseignements. Les raisons exactes de ce rapprochement font l’objet d’un débat, mais un intérêt commun pour l’exploitation du pétrole et du gaz en Méditerranée orientale aurait pu en être un moteur. Pour Erdoğan, il semble que les intérêts financiers priment sur les principes.

La politique d'Erdoğan envers Israël reste inchangée. Lorsque le Hamas a mené une attaque le 7 octobre, la première réponse d'Erdoğan n'a pas été d'avertir Israël d'agir de manière proportionnelle, mais d'essayer d'expulser les dirigeants du Hamas de Turquie. Lorsque l'opposition a émergé contre le siège de Gaza par Israël, Erdoğan a une fois de plus condamné Israël, le qualifiant d'État terroriste et appelant à une enquête sur les crimes de guerre. Cela a conduit au rappel des ambassadeurs d’Israël et de la Turquie.

Si la crise actuelle à Gaza a stoppé le rapprochement avec Israël, elle n’a pas mis fin aux relations économiques. Le commerce se poursuit, et cette fois, il semble qu’Erdoğan en profite personnellement. Une enquête récente accuse le fils d'Erdoğan, Ahmet Burak Erdoğan, de posséder des navires impliqués dans le transport vers Israël. D'autres proches de l'AKP, comme le fils de l'ancien premier ministre Binali Yıldırım, profitent également de ces échanges.

Cependant, contrairement aux représentations médiatiques, les relations entre la Turquie et Israël ne sont pas nécessairement terminées. « Les relations entre la Turquie et Israël sont en lambeaux à cause du discours d'Erdogan », titre France 24. « La guerre à Gaza met les relations tumultueuses entre Israël et la Turquie au « congélateur » », peut-on lire dans un autre titre d'Al Jazeera.

Mais comme l’histoire nous l’a montré, Erdoğan n’a aucun intérêt à changer le statu quo. Même si les relations diplomatiques formelles connaissent des hauts et des bas, les échanges commerciaux entre les pays continuent de croître. Au lieu d’être un ardent défenseur de la Palestine, Erdoğan a contribué à la prospérité d’Israël en fournissant les biens nécessaires à la poursuite de l’occupation sioniste. Comme auparavant, lorsque les bombardements israéliens sur Gaza prendront fin, la Turquie pourrait reprendre ses efforts pour rétablir les relations.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire