Grève des juges tunisiens après les licenciements massifs et l’« ingérence » de Saied | Nouvelles

0
171

Move est une réponse au limogeage par le président de 57 juges jeudi, faisant craindre un retour à l’autoritarisme.

Les juges tunisiens ont lancé une grève d’une semaine pour protester contre “l’ingérence” du président Kais Saied dans le système judiciaire, quelques jours après qu’il a limogé 57 de leurs collègues, les accusant de corruption et de protection des “terroristes”.

La grève, qui a commencé lundi, est la dernière d’une série de mesures de plus en plus importantes prises par les politiciens, les institutions et la société civile tunisiens alors que la crise politique du pays s’aggrave.

Saied, qui a destitué le parlement élu du pays et s’est emparé du pouvoir exécutif en juillet dernier, a délivré un nouveau diplôme étendant son règne sur le pouvoir judiciaire après avoir déclaré qu’il avait “donné opportunité après opportunité et avertissement après avertissement au pouvoir judiciaire de se purifier” dans un discours télévisé. .

Le dernier mouvement contre le seul système démocratique issu des soulèvements du printemps arabe a suscité des inquiétudes parmi les juges et d’autres groupes de la société civile, ce qui a conduit quatre syndicats de juges à annoncer une grève nationale des tribunaux pour condamner fermement “l’ingérence continue du président dans le système judiciaire”.

Ils ont accusé Saied d’avoir licencié des juges « sans le moindre recours à des procédures disciplinaires », en violation de la Constitution.

Mourad Massoudi, responsable du Syndicat des jeunes magistrats, a déclaré lundi que “la grève a commencé aujourd’hui dans tous les tribunaux du pays et semble avoir été largement observée”.

Les tribunaux resteront ouverts pour les affaires de terrorisme.

En février, le président tunisien a dissous le Conseil supérieur de la magistrature qui s’occupe de l’indépendance des juges. Le conseil avait agi en tant que principal garant de l’indépendance judiciaire depuis la révolution tunisienne de 2011 et cette décision a suscité des accusations selon lesquelles Saied s’ingérait dans le processus judiciaire.

À l’époque, l’Association des juges tunisiens avait appelé à une grève de deux jours pour tous les tribunaux du pays pour protester contre la décision du président Saied de dissoudre le principal organisme de surveillance judiciaire, au milieu des craintes croissantes d’un retour à un régime autoritaire.

Plus tard en février, Saied a publié un décret établissant un nouveau conseil judiciaire provisoire, s’octroyant des pouvoirs supplémentaires pour contrôler la plus haute organisation judiciaire du pays.

Saied a affirmé que ses actions depuis le 25 juillet 2021 étaient nécessaires pour sauver la Tunisie des élites politiques du pays. Au départ, ses mesures semblaient gagner le soutien du public, mais la colère du public grandit dans un contexte d’inflation et de chômage élevés et de services publics en déclin.

Saied prévoit maintenant un référendum le 25 juillet, où les Tunisiens voteront sur une nouvelle constitution.

Le président a également déclaré que le parlement tunisien resterait suspendu jusqu’à ce que les Tunisiens votent pour une assemblée de remplacement le 17 décembre 2022.

Samedi, des affrontements ont éclaté entre la police tunisienne et une centaine de manifestants qui protestaient contre le référendum prévu.

Presque tous les partis politiques tunisiens, ainsi que le puissant syndicat UGTT, ont rejeté la décision d’introduire des changements constitutionnels.

L’UGTT a déclaré que les travailleurs du secteur public se mettraient en grève le 16 juin, posant jusqu’à présent le plus grand défi direct à la prise de pouvoir de Saied.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/6/tunisia-judges-strike-after-mass-sackings-saied-interference

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire