Kavanaugh a laissé entendre que la Cour suprême pouvait être «neutre» en matière d’avortement. C’est ridicule. – Mère Jones

0
365

Erin Schaff / CNP / ZUMA

Combattez la désinformation. Obtenez un récapitulatif quotidien des faits qui comptent. Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones bulletin.

Le juge Brett Kavanaugh a utilisé un langage étonnamment fallacieux aujourd’hui tandis que la Cour suprême a entendu des arguments oraux sur une affaire du Mississippi qui menace de supprimer le droit légal à l’avortement.

Ses arguments reposaient sur l’idée que le tribunal ne fasse rien pour défendre les avortements, mais il a continué à l’appeler « neutralité ».

Kavanaugh aime résumer ses propres positions tout en prétendant qu’il ne fait que jouer l’avocat du diable. Aujourd’hui, il l’a fait pour laisser entendre que la Cour suprême devrait peut-être rester « neutre » (un mot que, selon une transcription d’arguments, Kavanaugh a utilisé huit fois) sur la question de l’avortement. Il a qualifié la neutralité de “ni pro-choix ni pro-vie”. Il a déclaré qu’une telle position signifierait ne pas “continuer à prendre parti” sur une “question sociale litigieuse”.

Bien entendu, cette position « scrupuleusement neutre » fait toujours partie des choix. Le fait que le tribunal ne maintienne pas le droit à l’avortement signifierait – comme Kavanaugh lui-même l’a dit – que la Cour suprême décide qu’il « devrait le laisser aux États ». En pratique, ce n’est pas neutre. Il permet l’entrée en vigueur des interdictions d’avortement.

Selon le Guttmacher Institute, une institution de recherche pro-choix, 21 États ont mis en place des lois ou des amendements constitutionnels qui les rendraient certains de tenter d’interdire l’avortement dès le moment Chevreuil est renversé. Bon nombre de ces lois prennent la forme de ce qu’on appelle des « interdictions de déclenchement »—des lois conçues pour se déclencher immédiatement ou automatiquement après Chevreuil ne s’applique plus. D’autres États ont encore des interdictions d’avortement antérieures à Chevreuil sur les livres, et certains ont adopté des interdictions presque totales actuellement bloquées par les tribunaux.

Les commentaires de Kavanaugh sur la neutralité s’inscrivent dans la logique d’une attaque conservatrice séculaire contre « l’activisme » des juges libéraux (exprimée, de manière très hystérique, par feu le juge Antonin Scalia). Selon cet argument, toutes les mesures prises par les juges libéraux pour étendre les droits des personnes de couleur, des femmes et des homosexuels constituent un excès judiciaire tyrannique, tandis que les mesures visant à réduire ces droits ramènent le pays à ses racines constitutionnelles.

C’est plus qu’un peu malhonnête de masquer l’exercice brut de la politique partisane dans le langage de la retenue judiciaire et de la « neutralité ». Il est clair depuis un certain temps que Kavanaugh est en faveur d’un résultat particulier en ce qui concerne les droits à l’avortement. Il est peut-être temps qu’il le dise.



La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire