La communauté Darebin s'élève contre le vernissage des conseillers verts pour leur lâcheté politique sur la Palestine

0
108

La communauté Darebin s'élève contre le vernissage des conseillers verts pour leur lâcheté politique sur la Palestine

Les conseillers verts de Darebin, une zone d'administration locale du nord de Melbourne, sont mis au défi par une campagne populaire menée par des membres de la communauté déterminés à maintenir la position de solidarité du conseil avec la Palestine.

Darebin est l'un des sept conseils de Victoria à être devenus un terrain sur lequel les communautés locales ont cherché à défier le consensus pro-israélien du courant dominant politique. Signe de la profondeur et de l'ampleur de la politisation de masse précipitée par la guerre d'Israël contre Gaza, les conseils locaux ont été transformés en lieux de contestation politique – bien plus intenses que ne l'impliquent habituellement les mécanismes des routes, des tarifs et des déchets. Les militants communautaires de tout l'État font pression sur les conseils pour qu'ils s'opposent à l'attaque génocidaire d'Israël et forcent les conseillers à révéler leur position.

Nulle part ces lignes de fracture politiques n’ont été tracées avec autant de netteté que dans le conseil prétendument progressiste de Darebin. En novembre dernier, alors que l’armée israélienne causait de plus en plus de morts et de destructions à Gaza, les conseillers de Darebin ont décidé de rester silencieux. « Leur réponse a été, en gros, 'ce n'est pas notre problème' », explique Lachie Challis, membre des Socialistes de Victoria et l'un des habitants de Darebin qui ont ensuite contribué à la création du groupe d'activistes Darebin pour la Palestine.

Lorsque Challis et d’autres ont eu vent du projet des conseillers d’adopter le 18 décembre une motion farfelue appelant à la paix mais refusant de critiquer de manière significative Israël, ils ont lancé une pétition exigeant que les conseillers soutiennent le « retrait d’Israël des terres palestiniennes occupées ». , et reconnaissent « que le conflit n’a pas commencé le 7 octobre, mais avec l’occupation israélienne de la Palestine ». Près de 600 personnes ont signé en quatre jours.

Cette campagne populaire émergente semble cependant avoir peu d’influence auprès de la maire des Verts Susanne Newton et des conseillers verts Tom Hannan et Trent McCarthy. Lors de la réunion du conseil de décembre, Newton a fait de son mieux pour empêcher toute discussion sur la Palestine et sur le contenu d’une motion de solidarité. Comme l'explique Jaan Schild, juif antisioniste et militant queer présent à la réunion : « il y a une limite de temps pour les réunions du conseil, et les Verts savaient que s'ils reportaient le plus longtemps possible, il serait impossible d'avoir une quelconque discussion ». sur la Palestine ».

« Une image est restée dans mon esprit depuis [that] réunion », a déclaré Challis Drapeau rouge— de la maire des Verts qui « était assise là, faisant tout son possible pour bloquer la motion avec un autocollant « aucune femme n'est libre tant que toutes les femmes ne sont pas libres » sur son ordinateur portable. Les femmes palestiniennes sont exclues, je suppose ?

Avec le soutien du conseiller indépendant Gaetano Greco, les militants pro-palestiniens et les membres de la communauté ont finalement réussi à remporter une victoire. Juste après 22 heures, cinq minutes avant la clôture de la réunion, le conseil a voté une motion soutenant le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions et engageant le conseil à faire flotter indéfiniment le drapeau palestinien devant la mairie de Preston.

Alors que les militants de Darebin pour la Palestine faisaient la fête, des mouvements à huis clos visant à révoquer la motion et à faire tomber le drapeau palestinien ont commencé. Ils ont atteint leur paroxysme la semaine dernière.

Le 8 janvier, les conseillers de Darebin ont convoqué une réunion en ligne de dernière minute, à laquelle le public n'a pas été autorisé à participer. La motion urgente à discuter, dirigée par le conseiller vert Tom Hannan, portait le titre à consonance anodine, « Dates importantes pour le flottement des drapeaux sur le mât communautaire ».

En expliquant la motion, Hannan a déclaré aux conseillers qu'« un calendrier pour retirer le drapeau palestinien est nécessaire pour que d'autres drapeaux puissent être hissés et pour promouvoir la cohésion et l'inclusion dans notre communauté ». Le drapeau palestinien, a-t-il dit, devait descendre pour que le conseil puisse hisser le drapeau queer pour le festival Midsumma et le drapeau aborigène pour le jour de l'invasion.

Il faut un ensemble politique particulièrement en faillite et un bureaucrate particulièrement effrayant pour proposer de toute urgence une nouvelle politique de drapeau en réponse à l’activisme communautaire contre un bain de sang génocidaire. « Cette motion », a plaisanté à juste titre Greco lors de la réunion de janvier, « méprise ce qui se passe sur le terrain à Gaza ».

Comme si cela ne suffisait pas, le conseiller des Verts a cherché à cacher sa tentative de faire reculer le soutien communautaire à la Palestine sous le couvert des droits LGBTIQA+ et des droits autochtones.

« Nous ne devrions pas être obligés d'opposer une cause contre une autre », s'est inquiété Hannan.

Et il a raison : le conseil de Darebin possède plusieurs mâts de drapeau. Il arbore systématiquement les drapeaux aborigènes et des îles du détroit de Torres devant la mairie. Le conseil aurait également pu voter, comme le proposait Greco, de hisser à nouveau le drapeau palestinien immédiatement après le jour de l'invasion. Au lieu de cela, il a voté en faveur de la motion de Hannan.

Les seuls à opposer arbitrairement les luttes pour la justice sociale étaient Hannan et ses collègues conseillers Verts – en opposition aux communautés au nom desquelles le drapeau palestinien devait être abaissé, et sans aucune consultation. Comme le disent les militants de Darebin pour la Palestine dans leur communiqué de presse du 11 janvier, « la communauté de Darebin reste vigilante face aux tentatives lâches des conseillers de blanchir l'apologie du génocide et de coincer les luttes autochtones contre la violence coloniale ».

« Les Verts de Darebin et d'autres conseillers ont montré leur vraie couleur », ont-ils poursuivi. « Ils ne veulent pas adopter une position de principe ferme contre le génocide des Palestiniens et, au contraire, ils ont travaillé activement pour le saper ».

Beaucoup sont choqués par la lâcheté politique de ces conseillers, car elle contraste avec la position adoptée par les politiciens verts au niveau des États et au niveau fédéral. Les sénateurs verts fédéraux Mehreen Faruqi et Janet Rice ont organisé un débrayage parlementaire en novembre dernier pour protester contre le soutien indéfectible du gouvernement travailliste fédéral à Israël. La leader des Verts de Victoria, Samantha Ratnam, a pris la parole lors de rassemblements pro-palestiniens et a soutenu les étudiants en grève pour la Palestine.

Pour Challis, la conduite des conseillers des Verts de Darebin montre qu’ils sont dépourvus « de courage, de convictions politiques ou de connaissance de ce qui s’est passé en Palestine depuis avant 1948 ». Pour Schild, ces conseillers incarnent la contradiction d’un parti « rempli de petits bureaucrates peu disposés à suivre l’exemple de leurs dirigeants les plus célèbres ».

Alors que le drapeau palestinien reste pour l’instant hissé au-dessus de la mairie de Preston – grâce aux manœuvres de Greco et à la pression continue des militants – l’avenir est incertain. Une réunion extraordinaire du conseil, en ligne uniquement, a été convoquée pour le lundi 22 janvier, qui déterminera probablement la position du conseil de Darebin sur cette question. Les militants appellent les habitants et la communauté au sens large à se mobiliser pour un rassemblement ce jeudi soir, 18 janvier, afin de maintenir la pression sur le conseil local. Une autre manifestation est prévue lundi 22 janvier à 17 heures devant la mairie.

Rejoignez Darebin pour la Palestine à la manifestation ce jeudi 18 janvier à 18h, rendez-vous devant le bureau de Ged Kearney, 159 High Street, Preston (détails ici : https://fb.me/e/8owDpChZx) et à la manifestation le lundi 22 janvier à 17h. , réunion devant l'hôtel de ville de Preston (détails ici : https://fb.me/e/54SqtEYfQ)

Source: https://redflag.org.au/article/darebin-community-stands-greens-councillors-pinkwashing-their-political-cowardice-palestine

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire