La crise économique argentine est devenue une crise politique

0
180

La victoire inattendue du libertaire d’extrême droite Javier Milei aux primaires argentines marque une crise à la fois pour le péronisme et pour ses antagonistes conservateurs traditionnels. Personne ne sait exactement ce qui va se passer ensuite.


Javier Milei, député argentin et pré-candidat à la présidence de l’Alliance La Libertad Avanza, prononce un discours lors de la clôture de sa campagne pour les élections primaires du 13 août, à la Movistar Arena de Buenos Aires, le 7 août 2023. (Luis Robayo / AFP via Getty Images)

Les élections primaires argentines du 13 août n’ont pas seulement déclenché une crise au sein de la coalition gouvernementale, le péronisme ayant enregistré ses pires élections de l’histoire, mais aussi au sein de la coalition conservatrice Juntos por el Cambio, qui n’a pas obtenu les résultats escomptés. Dans un contexte de profonde crise économique, exacerbée par la dévaluation du peso argentin en début de semaine, la victoire surprenante du candidat d’extrême droite Javier Milei, de La Libertad Avanza, a brisé tous les pronostics et créé une nouvelle situation politique pour les élections générales d’octobre.

Pour analyser la situation créée par la primaire générale, les motivations qui ont poussé sept millions de personnes à soutenir le libertaire susmentionné et les conséquences possibles de l’élection, jacobin s’est entretenu avec l’économiste et professeur Claudio Katz.


Éditeurs

Comment expliquer ce qui s’est passé avec Javier Milei ?

Claudio Katz

Il a utilisé le message de l’ultradroite pour canaliser l’exaspération et la frustration face au désastre auquel le pays est confronté. La même tendance s’est produite dans de nombreux pays, mais Milei était moins prévisible. Il a été créé par les médias et est arrivé en politique sans expérience préalable. Il ne s’inscrit pas dans un parti traditionnel comme Donald Trump, ni dans une base socio-idéologique comme José Antonio Kast. [in Chile]ou la circonscription militaro-évangélique de Jair Bolsonaro [in Brazil]. Cette excentricité pourrait l’endommager ou le catapulter. Nous ne savons toujours pas.

Il a un discours d’extrême droite, mais il a trouvé d’autres adeptes grâce à ses postures et ses diverses affiches. Beaucoup de ses propres électeurs, répondant aux sondages, ont approuvé l’éducation publique et rejeté la privatisation des compagnies aériennes. Il a créé l’illusion de récupérer les salaires élevés grâce à la dollarisation. C’est un personnage potentiellement plus fragile ou plus dangereux que ses homologues à l’étranger. Ce sont des questions ouvertes.

Éditeurs

De nombreuses explications circulent sur ce que Milei représente.

Claudio Katz

Oui c’est vrai. Certaines interprétations mettent l’accent sur la base du succès dans des changements significatifs dans la subjectivité, la communication et le comportement des jeunes. Ce sont des considérations intéressantes, à condition de ne pas oublier qu’elles résultent principalement de la baisse monumentale du niveau de vie. Le gouvernement – ​​qui a supervisé la baisse des salaires, la précarisation du travail et l’augmentation des inégalités – en est responsable. Milei a exploité le malaise produit par la dégradation matérielle.

Éditeurs

Et qu’en est-il du droit traditionnel ?

Claudio Katz

La victoire de Patricia Bullrich [over the more moderate Horacio Rodríguez Larreta] confirme le virage à droite de leur coalition. Cette coalition a négocié [former president] Les fausses promesses de prospérité de Mauricio Macri pour l’ajustement budgétaire. L’échec de Rodríguez Larreta montre que le courant de centre-droit a perdu de son influence. C’est la même déperdition qui a touché le parti de Fernando Henrique Cardoso au Brésil à l’époque de Jair Bolsonaro.

L’arrivée de Milei a créé une situation encore plus contradictoire pour l’establishment. D’un côté, ceux qui sont au pouvoir se réjouissent du nombre supplémentaire de membres du Congrès dont ils auraient besoin pour faire adopter leur programme. De l’autre, la voie actuelle mène à des affrontements dangereux qu’ils préféreraient éviter avec l’ajustement structurel proposé par le « vice-roi ». [US ambassador] Marc Stanley. Ils sont également mal à l’aise face à la concurrence entre Bullrich et Milei pour la même circonscription conservatrice.

Éditeurs

Qu’est-il arrivé au péronisme ?

Claudio Katz

Elle a subi un effondrement plus important que prévu, se classant à la troisième place, la pire de son histoire, et a même perdu le poste de gouverneur historique de Santa Cruz. Deux possibilités pourraient se présenter dans les mois à venir. Si [current economic minister and Peronist “unity” candidate] Si Sergio Massa met le paquet sur l’ajustement budgétaire exigé par le Fonds monétaire international (FMI), il creusera sa propre tombe en tant que candidat du parti au pouvoir. Son enterrement avait déjà commencé avec la dévaluation de la monnaie qu’il avait promis d’éviter mais qu’il a fini par accepter. Il a validé le chantage de Washington pour obtenir le crédit que le FMI utilise pour se payer. L’Argentine sera sujette à des sanctions sans fin pour avoir légitimé la fraude sur la dette nationale.

L’image de Massa en tant que négociateur avisé risque de s’évaporer au milieu d’une inflation qui monte en flèche, qui devrait dépasser les deux chiffres ce mois-ci. Le gouvernement a perdu son autorité pour négocier le contrôle des prix et la valeur du dollar n’a apparemment pas de plafond. Entre le marteau et l’enclume, Massa revient sur son soi-disant « non-programme » d’ajustement budgétaire. Il dévalue le peso sans réserves tout en improvisant des mesures qui aggravent la crise économique et la paralysie du gouvernement qui en résulte.

Éditeurs

Une aggravation de la situation pourrait-elle conduire à un transfert rapide du pouvoir, comme l’ancien président Raúl Alfonsín (1983-1989) a été confronté ?

Claudio Katz

Nous assistons à une double tension. Il y a des secteurs qui ont encouragé une débâcle de ce genre. Mais dans le même temps, une grande partie de l’élite économique veut protéger les grandes entreprises du gaz, du lithium et de l’alimentation dont elle s’occupe. C’est pourquoi ils ont soutenu l’ajustement budgétaire prévisible de Larreta et Massa.

Cette contradiction est apparue à la suite des primaires. La dérive électorale à droite qui aurait dû ravir les capitalistes a produit l’effet inverse, avec une forte baisse des obligations argentines. Le climat est extrêmement tendu et si la crise d’hyperinflation se prolonge dans les semaines à venir, l’issue du mois d’octobre sera encore plus imprévisible.

Éditeurs

Le parti au pouvoir pourrait-il se rassembler avant octobre ?

Claudio Katz

Cela dépendra avant tout de sa capacité à freiner le déraillement de l’économie. C’est une condition s’ils veulent renverser les résultats des primaires. Il leur faudrait convaincre ceux qui n’ont pas voté et ceux qui craignent Milei et Bullrich. En outre, ils devraient monter une résistance défensive face à la menace imminente de la droite. C’est ce qui s’est passé récemment en Espagne, où l’ascension potentielle de Vox a été contenue dans les urnes.

Éditeurs

L’élection respectable de [Peronist governor of Buenos Aires Province] Axel Kicillof a en effet mis un frein à l’élan de Milei.

Claudio Katz

Oui, mais c’était la seule exception significative à la « vague violette ». Cela indique que, contrairement à 2015, un président de droite devra lutter contre un bastion de l’opposition dans la province de Buenos Aires. Ce résultat illustre également le revers paradoxal que Milei présente au projet conservateur traditionnel.

Éditeurs

Quoi qu’il en soit, l’Argentine est aujourd’hui confrontée à une transformation sans précédent.

Claudio Katz

Il convient de noter qu’il existe deux lectures de ce qui se passe. Dans le premier cas, la situation est liée au balancement du pendule politique. Il y a eu un vote des tiers lors des primaires, précédées de diverses élections provinciales, au cours desquelles de nombreux électeurs semblent avoir changé leurs préférences. De ce point de vue, le vote d’extrême droite n’était qu’un avertissement et pourrait s’affaiblir en octobre.

L’autre point de vue suggère que le cycle politique des dernières décennies touche à sa fin, avec pour conséquence l’épuisement de ses protagonistes : le kirchnérisme et le macrisme. Le déclin du jumelage, déclenché par l’ultradroite, déclencherait une crise profonde pour le péronisme autant que pour ses antagonistes traditionnels.

Ce point de vue est conforté par la résurgence soudaine du cri qui a inauguré notre période actuelle. Melei a adapté l’appel « Dehors avec eux tous » en un furieux défi lancé aux « castes ». Il a transformé le slogan galvanisant et plein d’espoir de 2001 en une devise totalement régressive.

Éditeurs

La victoire électorale de la droite est-elle suffisante pour imposer l’ajustement budgétaire souhaité par les élites économiques ?

Claudio Katz

Non, ce n’est que la première étape. La bataille se réglera selon la dynamique de la résistance. Le résultat naîtra de la confrontation entre ceux qui imposent l’austérité et ceux qui la subissent. La réaction populaire contre ces abus est une préoccupation majeure à droite. Ils se demandent depuis longtemps comment surmonter les piquets de grève, briser les grèves et empêcher les mobilisations. Ils sont obsédés par la capacité historique de résistance de notre peuple.

L’Argentine possède le plus grand mouvement syndical et le taux de syndicalisation le plus élevé du continent. Il abrite le plus grand groupe organisé de chômeurs et les forces démocratiques ont maintenu en prison les coupables de génocide. La droite devra composer avec cette résistance sociale. Cette fois, ils viennent pour tout, et ils vont essayer d’éliminer nos conventions collectives et nos compensations, de gracier les criminels militaires et de restreindre l’avortement. Ils pratiquaient déjà la criminalisation des manifestations à Jujuy.

Il est clair que sous le président Alberto Fernández, la résistance populaire a été limitée. Mais contrairement au Brésil, la droite n’arriverait pas au pouvoir ici dans un état de décadence et de désintégration populaire. De plus, Milei et Bullrich disposent pour l’instant d’un soutien électoral important mais pas dans la rue. Ils ne sont pas accompagnés des fracas de la pandémie ou des marches de l’ère Alberto Nisman.

Éditeurs

Comment voyez-vous la situation de la gauche ?

Claudio Katz

Le Front de gauche ouvrière – Unité (FIT-U) a obtenu un pourcentage similaire à celui des récentes élections. Ses chiffres étaient faibles, mais il est resté sur les bulletins de vote pour les élections d’octobre. D’autres regroupements ne sont pas passés par le filtre. Avec sa base petite mais solide, le FIT-U a résisté au tourbillon électoral. Mais il sera confronté à des difficultés compte tenu de la mainmise de l’ultradroite sur le vote de protestation. De plus, les mécontentements du péronisme ont été différés par une option alternative à Massa. [the challenge of left Peronist Juan Grabois]et la malheureuse situation interne de la FIT-U était incompréhensible même pour ses propres partisans.

Éditeurs

Quels types d’options existent actuellement pour le militantisme ?

Claudio Katz

Pour le péronisme critique, la gauche et les forces progressistes, les enjeux sont divers. Le premier est le taux de participation le jour du scrutin. Certains courants privilégient le vote blanc, sans considérer le sens volatile de cette option. Alors qu’en 2001 elle faisait partie de la rébellion populaire, elle exprime aujourd’hui l’apathie et la dépolitisation. Il s’agit d’une réponse passive à l’ajustement structurel qui ne prépare pas le terrain à une résistance. Au contraire, cela renforce le désespoir et renforce le message erroné selon lequel « tous les politiciens sont pareils ».

Le deuxième problème concerne les membres du Congrès en ligne. Je pense qu’une augmentation du nombre de législateurs de gauche serait très positive. Puisque l’ajustement budgétaire s’en vient et que nous devrons y résister, ce soutien législatif serait très avantageux. On ne peut pas en dire autant des candidats proposés par le péronisme, avec leurs nombreuses figures conservatrices et leur comportement suspect face à la contestation. Les problèmes stratégiques du FIT-U demeureront, mais sa force fournira un soutien pour la lutte difficile à venir.

Enfin, la campagne pour voter pour Massa, à laquelle s’est engagé Grabois lorsqu’il a annoncé sa propre candidature, est une pilule difficile à avaler. Le lendemain du jour où Grabois lui a présenté une proposition visant à annuler l’accord avec le FMI, le ministre a dévalué le peso à la demande du FMI. Grabois devra décider s’il doit garder le silence ou dénoncer de telles démarches.

La manière de contenir la droite sur le plan électoral passe par un débat ouvert et nuancé, en particulier face à un second tour des élections. Mais la nécessité d’élire des gauchistes au Congrès est une priorité urgente.


Lire en espagnol dans Amérique Latine Jacobine.

La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire