La normalisation d’Assad et la politique d’effacement en Syrie

0
78

En mars prochain, le conflit syrien entrera dans sa 11e année, sans fin en vue. Alors que ce sombre anniversaire approche, l’économie syrienne s’est effondrée ; Le trafic de stupéfiants est devenu l’une des principales sources de revenus du régime. Plus de 12 millions de Syriens sont en situation d’insécurité alimentaire. La sécurité intérieure est précaire. Des insurrections de faible niveau ont éclaté dans des zones précédemment reprises par les forces du régime. Les cellules du groupe État islamique sont actives dans des pans entiers de l’est de la Syrie. Malgré un cessez-le-feu nominal dans le nord-est, les attaques du régime et de la Russie visant des civils sont quasi quotidiennes.

Pourtant, même face à cette sombre évaluation, le président Bachar al-Assad a remporté d’importantes victoires diplomatiques au cours de l’année écoulée. Débutant avec les ouvertures du roi Abdallah II de Jordanie en juillet dernier, la normalisation d’Assad et de son régime s’est rapidement accélérée dans toute la région. Les Émirats arabes unis et Bahreïn ont rouvert leurs ambassades à Damas. De hauts responsables de plusieurs États arabes font pression pour rétablir l’adhésion de la Syrie à la Ligue arabe, y compris l’Algérie, qui accueillera un prochain sommet de la Ligue en mars. La Syrie a déjà été désignée pour accueillir une conférence arabe sur l’énergie en 2024. Les États-Unis ont prolongé l’allégement des sanctions pour permettre à un gazoduc égyptien de livrer du gaz naturel au Liban via la Syrie, bien que le projet ait rencontré des difficultés. Cette tendance ne devrait que s’accélérer au cours de l’année à venir. Bien que l’administration Biden insiste sur le fait qu’elle s’oppose à la normalisation des relations avec Assad et maintiendra les sanctions économiques en place, elle n’a pas repoussé avec force les alliés régionaux américains qui ont tendu la main à Damas, même s’ils sapent les objectifs déclarés de la politique américaine.

Décrit comme un passage d’un isolement punitif à une diplomatie « pas à pas », les régimes arabes ont avancé un certain nombre de justifications pour la normalisation d’Assad. Il est présenté comme donnant à la Syrie un contrepoids arabe à l’Iran ; un moyen de soulager les difficultés économiques des civils syriens ; une étape vers le retour des réfugiés syriens ; et une assurance contre un nouvel afflux de réfugiés qui pourrait menacer la stabilité des États voisins. Le refrain le plus fréquent, cependant, est que l’engagement incitera le régime d’Assad à accepter les réformes nécessaires pour ouvrir les robinets du financement de la reconstruction de l’Union européenne et faire avancer la Syrie vers la transition politique demandée dans la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies. .

Si les sanctions n’ont pas réussi à changer le comportement du régime d’Assad, selon ce raisonnement, il est peut-être temps de montrer au régime ce qu’il pourrait gagner de la coopération. C’est cette possibilité qui a conduit l’envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, Geir Pedersen, à endosser la normalisation sous le signe de l’engagement. “Avec chaque mois qui passe”, a-t-il commenté en décembre, “j’ai senti une prise de conscience plus large qu’auparavant que des mesures politiques et économiques sont nécessaires – et que celles-ci ne peuvent vraiment se produire qu’ensemble – étape par étape, étape par étape. ”

Cependant, en tant que justification des concessions à Damas, cette approche, qui réhabilite Assad de manière diplomatique, est un peu délirante. L’idée que le régime d’Assad répondra à la normalisation par ses propres concessions va à l’encontre de tout ce que nous savons sur la façon dont les Assad ont gouverné la Syrie pendant plus de 50 ans. Non seulement cet engagement « pas à pas » n’a déjà pas réussi à produire le moindre signe de changement dans le comportement du régime, mais il a l’effet inverse.

Considéré comme la preuve que la récalcitrance fonctionne, le « pas à pas » légitime et renforce le régime d’Assad, renforce sa détermination à rejeter les compromis et repousse encore plus loin un règlement politique du conflit syrien. Les Syriens ne sont pas non plus susceptibles de voir les prétendus gains économiques de la normalisation. La prédation et la corruption ont défini la gestion de l’aide humanitaire par le régime tout au long de la guerre civile. Les ouvertures économiques ont invariablement été captées par les Assad et leurs acolytes, qui monopolisent leurs bénéfices au mépris total du bien-être des citoyens ordinaires. Il n’y a aucune raison d’imaginer que la normalisation produira un autre résultat.

Non moins troublant, les tenants de la normalisation sont indifférents à son échec. Ils n’ont montré aucun intérêt à subordonner de nouvelles « mesures » à une réponse positive aux ouvertures précédentes. En effet, le « pas à pas » est devenu un cadre pour le désarmement diplomatique unilatéral.

La normalisation aura également des effets profondément corrosifs sur les sanctions, malgré les affirmations américaines du contraire. L’administration Biden s’est montrée moins disposée que son prédécesseur à utiliser les sanctions existantes en vertu de la loi César sur la protection civile en Syrie. Pour d’autres États, y compris des acteurs régionaux, « pas à pas » est une excuse commode pour ignorer les sanctions et approfondir les liens économiques avec le régime. La Jordanie et les Émirats arabes unis sont déjà en pourparlers avec Damas sur la manière de revitaliser le commerce et l’investissement. L’envoyé spécial de la Russie pour la Syrie a prédit un nouvel assouplissement des sanctions au cours de l’année à venir.

Les détracteurs des sanctions pourraient saluer cette possibilité, arguant qu’elles n’ont pas atteint leur objectif et causé du tort aux civils syriens, tout en imposant peu de difficultés aux élites du régime. Cependant, en faisant de telles affirmations, les critiques ignorent souvent les nombreux autres facteurs qui, collectivement, contribuent bien plus que les sanctions aux souffrances du peuple syrien.

Il s’agit notamment de la destruction massive par le régime des infrastructures syriennes au cours de la dernière décennie ; déplacement massif de population ; l’effondrement de l’économie libanaise ; l’impact de la corruption et de la prédation du régime sur la reprise économique de la Syrie ; et le refus de ses principaux mécènes internationaux, dont la Chine et la Russie, de fournir un soutien significatif à l’aide humanitaire ou à la reconstruction économique. Considérez la crise du pain en Syrie, avec laquelle les sanctions n’ont rien à voir. C’est en grande partie le résultat du refus de la Russie de vendre du blé à la Syrie lorsque la pandémie de COVID-19 a frappé, des incendies criminels qui ont détruit de vastes zones de terres cultivées à l’été 2020 – dont beaucoup semblent avoir été causés par les forces du régime – et de sécheresse qui a suivi dans les provinces orientales de la Syrie.

De plus, les critiques des sanctions ignorent les dommages que leur assouplissement, même implicite, causera – non seulement aux victimes de la violence du régime et à une source d’influence que les critiques sous-estiment souvent, mais au droit international et aux normes mondiales qui représentent les mécanismes les plus viables pour tenir le régime Assad responsable de ses crimes et abus. C’est un régime qui a supervisé les meurtres de masse, l’utilisation systématique d’armes chimiques contre des civils, la torture, les détentions arbitraires et illégales et le déplacement forcé de millions de civils syriens.

En termes simples, l’efficacité des sanctions ne peut être mesurée uniquement par le fait qu’elles contraignent le régime à changer son comportement. Leur valeur est tout aussi importante, sinon plus, pour signaler la répudiation et le déni de légitimité d’un régime responsable de crimes contre l’humanité et de violations flagrantes du droit international. Ces dernières années, cet aspect des sanctions est devenu de plus en plus important alors que les poursuites judiciaires contre des responsables du régime d’Assad impliqués dans des actes de torture ont progressé dans un certain nombre de pays, dont l’Allemagne, la France, l’Espagne et les Pays-Bas.

Si la diplomatie « pas à pas » devient acceptée comme cadre de normalisation du régime d’Assad, le résultat final sera l’effacement de sa responsabilité dans la destruction de la Syrie et de tout ce qui l’a accompagnée. La Russie, aux côtés du régime, travaille d’arrache-pied pour assurer précisément ce résultat. Les États-Unis et leurs alliés européens ne devraient pas être complices, directement ou indirectement, de tels efforts. Les États-Unis devraient faire plus qu’affirmer leur engagement à maintenir les sanctions contre le régime brutal d’Assad. Il doit les utiliser, en déclarant publiquement qu’il prendra des mesures pour appliquer des sanctions contre toute partie qui les violerait et qu’il agira rapidement en cas de violation. Il doit également préciser qu’il n’y a qu’une seule voie pour l’allégement des sanctions : des progrès démontrables et irréversibles vers la transition politique significative en Syrie qui est demandée dans la résolution 2254 du Conseil de sécurité de l’ONU. Agir autrement envoie un signal terrible sur l’indifférence américaine à l’égard des crimes. du régime d’Assad et affaiblit davantage les possibilités d’empêcher d’autres dictateurs de suivre ses traces.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire