La transition verte ne peut pas être une excuse pour licencier les travailleurs

0
62

“C’est une catastrophe”, déclare Giuseppe Ciccone, devant une usine d’ingénierie Bosch à Munich, en Allemagne. Lors d’une journée d’action organisée par le syndicat IG Metall, il vient de prononcer un discours combatif devant environ six cents ouvriers. Président du comité d’entreprise local de Bosch (une structure de représentation des salariés), Ciccone travaille dans l’usine depuis près de quatre décennies, y ayant commencé à dix-huit ans. L’usine et ses employés occupent une place centrale dans sa vie. « Comme une famille », dit-il. Mais, ces derniers temps, la famille a été ravagée par la crise, l’avenir de l’usine étant désormais en jeu.

L’année dernière, Bosch a annoncé son intention de fermer l’usine, jusqu’alors connue comme un site de production de moteurs à combustion, fabriquant des pompes à carburant et des soupapes pour moteurs diesel et essence, dont aucune ne sera utilisée dans les voitures électriques. Il y a vingt ans, environ 1 600 personnes travaillaient sur le site ; aujourd’hui, il n’en reste qu’environ 260. Mais leur lutte contre la fermeture prévue est devenue le symbole du conflit plus large sur l’industrie automobile allemande – et l’avenir de ses travailleurs.

Bosch est actuellement le plus grand fournisseur mondial de l’industrie automobile, la majeure partie de son chiffre d’affaires provenant de la technologie des moteurs à combustion. Si elle veut conserver sa position de force, l’entreprise devra se transformer. À cette fin, elle prévoit, entre autres, de délocaliser la production qui était auparavant située à Munich. Une petite partie irait à Nuremberg, également en Allemagne, mais le gros se dirigerait vers la République tchèque ou le Brésil. Cette décision intervient alors même que les salariés actuels ont perdu 40 millions d’euros de revenus potentiels entre 2005 et 2017 dans le cadre d’un accord de sécurisation de leur emploi. C’est une approche remarquable de la part d’une entreprise dont le site Web se vante de “l’unité familiale” de l’usine de Munich.

Des plans similaires de suppression d’emplois existent pour les usines de l’entreprise à Arnstadt en Thuringe et Bühl à Baden. Dans le premier cas, Bosch veut arrêter complètement la production ; dans ce dernier, 1 000 des 3 700 emplois actuels risquent d’être supprimés.

L’entreprise justifie ses plans en invoquant la transition vers l’e-mobilité et l’ajustement de la structure de l’entreprise qui l’accompagne. Elle annonce son intention de faire de la mobilité électrique son cœur de métier et de transformer le « CO2mobilité “gratuite” en une opportunité de croissance. À cette fin, l’entreprise souhaite fermer divers sites de production et utiliser la restructuration pour économiser de l’argent et supprimer des emplois. La production de voitures électriques nécessite beaucoup moins de travailleurs que celles équipées de moteurs à combustion.

Mais pour Miyase Erdogan, qui, comme Ciccone, travaille à l’usine de Munich depuis des décennies, il est clair que “cela n’a rien à voir avec les voitures électriques”. Bosch souhaite depuis longtemps délocaliser la production dans les pays dits à bas salaires, et IG Metall pense que Bosch utilise à mauvais escient les discussions sur la transition vers l’e-mobilité comme un simple prétexte pour ses plans de fermeture d’usines et de trouver des moyens d’augmenter ses profits. En bref, Bosch ne veut pas arrêter de gagner de l’argent avec les moteurs à combustion ; il veut juste les rendre moins chers.

Les ouvriers de l’usine de Munich refusent d’accepter les démarches de Bosch et exigent que leurs emplois soient sauvés. Entre autres choses, ils ont développé une proposition alternative pour sécuriser à la fois le site et les emplois à Munich. Pour eux, il est clair que les sites produisant des moteurs à combustion peuvent être utilisés pour fabriquer des produits différents et respectueux de l’environnement à l’avenir. “Nous pourrions tous le faire fonctionner, si la volonté était là”, insiste Ciccone.

IG Metall a lancé la prochaine phase du conflit le 26 novembre 2021, avec une journée d’actions de solidarité ciblant Bosch. À Munich, Arnstadt et Bühl, près de 2 500 travailleurs au total ont manifesté pour leur avenir. La musique a résonné dans le quartier résidentiel calme de l’est de Munich où se trouve l’usine Bosch, avec des drapeaux rouges flottant et des discours combatifs provenant d’un système de haut-parleurs. Presque toute la main-d’œuvre munichoise s’est réunie pour le rassemblement devant leur usine, et des ouvriers de Stuttgart, Nuremberg, Bamberg et Blaibach sont également venus soutenir leurs collègues. Tous ceux qui étaient dans les rues de Munich ce matin-là savaient qu’il s’agissait de tout leur avenir.

Les actions du groupe Bosch reflètent la restructuration plus large de l’industrie automobile en Allemagne, qui est en cours depuis un certain temps. Jusqu’à présent, cela s’est fait au détriment des employés. Des dizaines de milliers de personnes ont déjà été licenciées, Daimler prévoit de licencier jusqu’à vingt mille travailleurs, et le fournisseur Continental ferme également de nombreuses usines et prévoit de licencier jusqu’à treize mille employés. Les autres sont contraints de concourir pour les quelques emplois restants dans l’e-mobilité. « La transformation est en cours », déclare Ciccone. “Et ce n’est qu’une question de temps avant que ce ne soit le tour des autres plantes.”

Mais la large réponse à l’appel à la journée d’action lui donne aussi de l’espoir :

Aujourd’hui, nous avons vu de nombreuses usines Bosch et des travailleurs d’IG Metall manifester leur solidarité avec nous. Et je crois que cette solidarité va grandir. Nous devons à nouveau renforcer la solidarité. Ce n’est qu’alors que nous pourrons dire aux employeurs qu’ils ne peuvent pas nous faire ça. S’il n’y avait eu que 250 personnes ici, nous n’aurions eu aucune chance. Mais, grâce à la solidarité avec les usines Bosch, les travailleurs d’IGM, les militants écologistes et tous les autres qui nous rejoignent en ce moment, Bosch nous trouvera un dur à cuire. Il ne s’agit pas seulement d’environ 250 personnes. Si vous jouez avec 250, vous jouez avec tout le monde.

La référence de Ciccone à la solidarité des militants écologistes peut sembler surprenante au premier abord. Mais, en fait, un groupe d’activistes pour le climat fait également campagne contre la fermeture de l’usine et était présent à la journée d’action. Après avoir lu dans le journal la fermeture prévue de l’usine, ils ont commencé à se rendre à la porte de l’usine pour parler aux personnes qui y travaillent. Les travailleurs étaient d’abord sceptiques, mais après quelques semaines, leurs doutes se sont dissipés.

Cette alliance rare mais urgente entre l’activisme climatique et les travailleurs de l’industrie automobile a conduit à la formation d’un groupe appelé “Protection du climat et lutte des classes”. Il fait valoir que

l’appel aux licenciements pour la protection du climat creuse un fossé entre le mouvement climatique et les plus de 800 000 personnes qui sont directement employées dans l’industrie automobile en Allemagne, et entrave ainsi la lutte commune contre la catastrophe climatique. Nous ne pouvons pas accepter cela.

Les conversations à l’extérieur de l’usine ont conduit à une pétition conjointe acceptée par les groupes climatiques et les travailleurs. Il insiste à la fois sur le fait qu’il ne devrait pas y avoir de licenciements au nom de la protection du climat et qu’il devrait y avoir une transition vers une production écologique. Une grande majorité des travailleurs ont signé la pétition. En effet, une transformation complète du fournisseur et de l’industrie automobile au sens large pourrait non seulement compenser les pertes d’emplois, mais même en créer des centaines de milliers de nouveaux, même si cela ne devrait pas simplement signifier un virage vers la fabrication de voitures électriques.

Plus important encore, les syndicats, les travailleurs et les militants pour le climat ont convenu que le changement dont nous avons besoin dépendra d’alliances plus fortes entre les luttes pour le climat et les luttes ouvrières. Il ne fait aucun doute que la transformation de l’industrie automobile va se poursuivre. Mais cela pose également la nécessité d’une lutte pour des emplois sûrs et de qualité, pour lutter contre la catastrophe climatique qui exige de toute urgence la transformation de l’industrie, et pour s’assurer que cette transformation ne profite pas aux entreprises au détriment de l’environnement et des travailleurs.

L’exemple de Munich d’une alliance entre le mouvement climatique et les travailleurs de l’automobile fournit une réponse appropriée à la question de savoir si une telle organisation conjointe peut réussir. Ciccone et ceux qui se sont présentés pour la journée d’action n’ont certainement pas perdu espoir pour l’avenir de l’usine : dans son discours, il a promis que lui et ses compagnons de combat s’enchaîneraient aux machines, si besoin était. Pour lui, pour les travailleurs concernés des sites Bosch et pour de nombreux travailleurs des chaînes de production et d’approvisionnement de l’industrie automobile, il y a une longue lutte à mener, tout comme pour le mouvement climatique.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire