La Turquie révèle sa position sur l’élargissement de l’OTAN pour le prochain sommet clé – News 24

0
185

Le président Erdogan dira à ses collègues dirigeants de l’OTAN à Madrid que son pays ne transigera pas sur l’adhésion de la Suède et de la Finlande

Ankara maintient son opposition à l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN, a déclaré lundi le bureau du président turc Recep Tayyip Erdogan. Le président devrait réitérer sa position aux dirigeants des pays de l’OTAN lors d’un prochain sommet en Espagne.

Erdogan dira que « La Turquie ne transigera pas sur sa position envers les pays qui soutiennent le terrorisme et les organisations terroristes » lors de la réunion clé du 28 au 30 juin, a déclaré le message de son bureau, cité par les médias turcs.

Le bureau a déclaré qu’il organiserait deux événements publics avant la réunion de Madrid pour clarifier la position. L’un aura lieu à Bruxelles vendredi tandis qu’un autre panel aura lieu en marge du sommet en Espagne.

Les deux nations nordiques ont demandé à rejoindre le bloc militaire dirigé par les États-Unis fin mai, citant l’attaque de la Russie contre l’Ukraine comme raison. Auparavant, les deux nations maintenaient leur neutralité, y compris au plus fort de la guerre froide.

Moscou a déclaré que la Suède et la Finlande portaient atteinte à leur sécurité nationale en cherchant à devenir officiellement membres d’une organisation que la Russie perçoit comme hostile. La Russie ajustera sa posture militaire en conséquence, a averti Moscou.




La Turquie a déclaré qu’elle ne permettrait pas aux deux nations de rejoindre l’alliance en raison d’un certain nombre de griefs, notamment ce qu’Ankara a appelé l’hébergement de terroristes. Le gouvernement turc faisait référence à des personnes qu’il soupçonne de faire partie de divers groupes qui lui sont hostiles, dont le mouvement militant kurde PKK et des milices kurdes basées en Syrie et en Irak.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a reconnu que la résistance de la Turquie au projet d’élargissement avait été une surprise. “Plus tôt dans le processus, nous n’avions aucune raison de croire qu’il y aurait des problèmes”, a-t-il déclaré au Financial Times lundi.

Les gouvernements suédois et finlandais ont déclaré qu’ils étaient prêts à faire des compromis avec la Turquie en durcissant leurs lois antiterroristes respectives et en révisant les restrictions sur les exportations d’armes vers la Turquie, qu’ils ont imposées en réponse aux attaques turques contre les forces kurdes en Syrie.


La Finlande ne rejoindra pas l'OTAN sans la Suède (président)

Mais ils ne seraient pas disposés à répondre aux demandes turques concernant les demandes d’extradition de personnes qu’Ankara accuse d’avoir des liens avec le terrorisme. Le président Erdogan a spécifiquement mentionné les demandes rejetées comme une raison pour bloquer l’adhésion des deux nations à l’OTAN.

Selon les médias finlandais, le pays a reçu 10 demandes d’extradition de la Turquie entre 2019 et 2022 et en a traité sept, tout en n’en accordant que deux.

Les revendications turques semblent particulièrement difficiles pour le gouvernement suédois, qui a besoin du soutien des législateurs kurdes pour rester au pouvoir. La semaine dernière, les sociaux-démocrates au pouvoir ont confirmé qu’ils s’en tiendraient à un accord qu’ils avaient conclu avec des députés kurdes en novembre pour sauver leur ministre de la Justice d’une motion de censure.

Amineh Kakabaveh, député indépendant d’origine kurde, a menacé de rejoindre l’opposition lors du vote, à moins que le gouvernement ne s’engage publiquement face aux pressions d’Ankara.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire