La victoire de Petro offre une opportunité d’inverser les inégalités en Colombie

0
93

Le 19 juin, le public colombien a élu Gustavo Petro et Francia Márquez comme premier président de gauche et vice-président noir du pays. Pour beaucoup, leur victoire historique symbolise la fin potentielle d’une contradiction structurelle qui a affligé la démocratie colombienne au cours des cent dernières années : la coexistence paradoxale d’une démocratie représentative stable et de niveaux élevés de répression et de violence politiques, en particulier à l’encontre des mouvements et des partis construire une société plus progressiste et égalitaire.

Il n’est pas nécessaire de remonter très loin dans le passé pour trouver des preuves d’un ciblage collectif de détracteurs politiques connus. Par exemple, plus de 4 000 militants, dirigeants et candidats à la présidence du premier parti ouvertement de gauche et d’opposition, Unión Patriótica, ont été systématiquement assassinés après avoir obtenu un premier succès électoral aux niveaux local et régional au milieu des années 1980. Les supporters ont également été pris pour cible. Des civils ont été déplacés de force ou tués par des groupes armés illégaux dans le but explicite de réorganiser violemment des districts et des municipalités pour priver Unión Patriótica d’une base de soutien locale ou régionale. Les élites politiques traditionnelles et leurs riches mécènes ont clairement indiqué que les projets politiques alternatifs fondés sur la justice sociale ne devaient pas être tolérés, même dans une démocratie compétitive.

Et tandis que la menace de violence politique n’a pas cessé, l’analyste et actuel sénateur colombien Ariel Ávila a récemment fait remarquer que la lutte pour créer un espace politique pour les exclus et les marginalisés a entraîné l’ascendant de Petro et Márquez. En tant que militante écologiste afro-colombienne, Márquez et ses liens avec les mouvements sociaux de base ont accru la participation des électeurs afro-colombiens et autochtones dans la région Pacifique du pays, assurant une base solide de soutien à un programme politique égalitaire, qui a garanti leur victoire.

Le fait qu’un ancien militant et fils d’agriculteurs dirige désormais l’un des pays les plus influents d’Amérique latine est particulièrement remarquable compte tenu de l’aggravation des inégalités dans le pays. Un rapport publié par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) en 2018 a révélé que la mobilité sociale des familles à faible revenu en Colombie est extrêmement faible. En fait, il est quasi inexistant. Il faut aux 10 % les plus pauvres onze générations époustouflantes pour se rapprocher même du revenu moyen du pays. Si on définit la durée d’une génération à 25 ans, il faut 275 ans pour qu’une famille à faible revenu entre dans la classe moyenne.

Pour la perspective, la Colombie a déclaré son indépendance de l’Espagne il y a 212 ans en 1810.

Les statistiques officielles actuelles du gouvernement semblent tout aussi sombres. Malgré une certaine croissance économique au cours des trois derniers trimestres de 2021, le taux de pauvreté, actuellement de 39,3 %, est plus élevé aujourd’hui qu’il ne l’était il y a huit ans. Le pays abrite également la monnaie la plus dévaluée d’Amérique latine. L’indice de Gini officiel est de 54,2, faisant de la Colombie l’un des pays les plus inégalitaires au monde. Le Programme alimentaire mondial de l’ONU, quant à lui, a récemment classé la Colombie comme un “point chaud de la faim”, l’insécurité alimentaire affectant désormais 7,3 millions de Colombiens et 1,1 million de migrants vénézuéliens.

Il ne faut donc pas s’étonner que la politique du changement ait triomphé de la politique de la continuité. Ce qu’il faut maintenant, c’est un programme qui élargisse les opportunités économiques, augmente l’accès aux services publics et sociaux, favorise la mobilité sociale et améliore les conditions matérielles des communautés les plus vulnérables et les plus populaires afin qu’elles puissent vivre une vie digne.

La plate-forme nationale de Petro et Márquez met l’accent sur la nécessité de passer du statu quo actuel d’inégalités endémiques à une société garante des droits de l’homme et de la justice sociale. La redistribution des richesses et du pouvoir est à l’ordre du jour, mais comme l’a noté Petro dans son discours de victoire, la richesse doit être créée pour qu’elle soit équitablement redistribuée.

L’engagement de combler toutes les inégalités – économiques, de genre, raciales et LGBTQ – sera institutionnalisé avec la création du ministère de l’Égalité. Petro et Márquez envisagent une institution garantissant l’équité salariale et autonomisant les ménages dirigés par des femmes en garantissant un revenu de base supérieur au seuil de pauvreté. Ils proposent également d’établir un système national de soins qui reconnaît, rémunère et redistribue le travail de soins.

Comme la parité entre les sexes est essentielle pour parvenir à un changement transformationnel, l’administration Petro-Márquez vise également à garantir que les femmes représentent la moitié de toutes les nominations politiques à tous les niveaux et dans toutes les branches du gouvernement afin de démocratiser la prise de décision.

Dans une interview avec Nouvelles d’escargot. Le vice-président élu Márquez a souligné comment la classe politique traditionnelle et nationale avait oublié ou délibérément ignoré les régions périphériques du pays. « Ma tâche est de garantir les droits des personnes issues des territoires exclus et marginalisés, de garantir les droits des personnes d’ascendance africaine, racine, palenquera, et les populations indigènes. Le gouvernement du changement s’engage à lutter contre le racisme structurel, à protéger leurs droits économiques et territoriaux et à préserver leurs langues maternelles.

La plateforme Petro-Márquez s’engage également à mettre en place des formes progressives d’imposition. Ils proposent d’augmenter les impôts des 4 000 personnes les plus riches du pays, précisément sur les actifs improductifs comme les terres fertiles vacantes. Selon la base de données de Wealth-X, il y a actuellement 4 740 personnes avec une valeur nette d’au moins 5 millions de dollars américains en richesse. La richesse combinée de cette classe en 2021 était de 104,3 milliards de dollars américains.

Le triomphe de Gustavo Petro et de Francia Márquez offre à la Colombie une occasion unique et importante d’entamer le processus d’inversion des inégalités profondément enracinées et multiformes du pays. Leur plate-forme est ambitieuse, et elle se heurtera sans aucun doute à une opposition au Congrès, mais cela ne fait que souligner la nécessité d’organiser et de poursuivre le travail car le statu quo ne supprimera pas de lui-même ses privilèges et ses biens mal acquis.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/29/petros-victory-brings-an-opportunity-to-reverse-inequality-in-colombia/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire