L’Allemagne enquête sur les partisans de la Russie – médias

0
48

Les personnes soutenant l’offensive du Kremlin en Ukraine se sont retrouvées au centre de plus de 140 enquêtes en Allemagne

Depuis le 24 février, les autorités de plusieurs régions allemandes ont lancé plus de 140 enquêtes sur des actes considérés comme des approbations de la campagne militaire russe en Ukraine, a rapporté lundi Redaktionsnetzwerk Deutschland (RND), citant les ministres régionaux de l’Intérieur et de la Justice.

Dans la majorité des cas, les suspects avaient arboré la lettre « Z », le marquage omniprésent sur les équipements russes en Ukraine qui est devenu un signe de soutien à l’offensive de Moscou. En Saxe-Anhalt, par exemple, 17 cas sur 19 tournent autour de la lettre, tandis que dans la ville-état de Hambourg, 16 enquêtes sur 17 ont été lancées pour cette raison.

Dans un certain nombre de régions allemandes, le symbole « Z » est interdit depuis fin février. Un porte-parole du ministère de l’Intérieur de Saxe-Anhalt a déclaré à RND que “l’affichage de ce symbole en public dans le cadre de la guerre d’agression russe conduit à l’ouverture d’une enquête”, si les autorités interprètent la lettre comme une approbation des actions de Moscou.

Les autorités allemandes invoquent l’article 140 du code pénal du pays, selon lequel les personnes approuvant les actes criminels d’autrui peuvent être passibles d’une amende ou même jusqu’à trois ans de prison.

Lire la suite

L’ex-FM allemand dénonce les “théories du complot” ukrainiennes

Le point de vente note que le nombre total d’enquêtes sur des sympathisants russes lancées à travers l’Allemagne depuis fin février est probablement supérieur aux 140 cités, étant donné que toutes les régions ne tiennent pas un compte de ces cas spécifiques. La Bavière en est un bon exemple ; cependant, son ministre de la Justice, Georg Eisenreich, s’est empressé d’assurer aux journalistes que ce n’est pas parce que la région ne distinguait pas de telles enquêtes que ce genre de comportement n’était pas contrôlé par les autorités. Il a souligné que tandis que “La liberté d’expression est chérie dans notre constitution”, chacun ayant le droit d’exprimer son opinion en Allemagne, ce “La liberté d’expression, cependant, s’arrête là où commence le droit pénal.” Eisenreich a ajouté que les autorités bavaroises ne le toléreraient pas “lorsque des crimes contre le droit international sont approuvés.”

Plus tôt ce mois-ci, des rassemblements de soutien à la Russie ont eu lieu dans plusieurs villes d’Allemagne. La majorité des participants étaient soit des immigrants de l’ex-Union soviétique, soit leurs enfants, mais des partisans allemands de l’opération militaire du Kremlin étaient également présents lors des événements. Les manifestants ont dénoncé la montée perçue de la russophobie en Allemagne.

La Russie a attaqué l’État voisin fin février, à la suite de l’échec de l’Ukraine à mettre en œuvre les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et de la reconnaissance éventuelle par Moscou des républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Les protocoles négociés par l’Allemagne et la France ont été conçus pour donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l’État ukrainien. Le Kremlin a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles il prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire