L’approche ambivalente du Pakistan face à la résurgence de Tehrik-e-Taliban Pakistan

0
168

Parallèlement à la prise de contrôle par les talibans de l’Afghanistan voisin, 2021 au Pakistan a été marquée par une nette résurgence de Tehrik-e-Taliban Pakistan (TTP), un groupe terroriste étroitement lié aux talibans afghans et responsable de la mort de dizaines de milliers de Pakistanais entre 2007 et 2015. L’arrivée au pouvoir des talibans afghans – considérée comme une « victoire stratégique » pour le Pakistan et saluée publiquement par plusieurs politiciens et responsables – a donné un coup de pouce incontestable au TTP. Alors que le TTP a refait surface, l’État pakistanais a déplacé ses récits et ses politiques vers le groupe, tandis que les détails sur les attaques du TTP sont restés frustrants et opaques.

Une recrudescence des attentats terroristes

Selon l’Institut pakistanais d’études sur la paix (PIPS), 207 attentats terroristes ont eu lieu au Pakistan en 2021, soit une augmentation de 42 % par rapport à 2020. 335 vies ont été perdues dans ces attentats. PIPS note que le TTP seul était responsable pour 87 attaques, soit une augmentation de 84 % par rapport à 2020. Le TTP lui-même a affirmé 282 attaques en 2021 et a déclaré qu’il avait tué plus de 500 membres des forces de l’ordre; il réclamait un supplément 42 attentats en janvier 2022.

Les deux ensembles de chiffres sont faibles par rapport au nombre d’attentats terroristes au plus fort de l’insurrection du TTP (2 586 attentats terroristes et 3 021 morts en 2009, selon les données du PIPS). Après que l’armée pakistanaise a commencé son opération Zarb-e-Azb contre le groupe en 2014, les attaques ont fortement diminué. Pourtant, l’augmentation de la violence en 2021 par rapport à 2020, lorsque le TTP a commencé à se regrouper, est claire.

Le TTP semble avoir concentré ses récentes attaques sur le personnel de sécurité dans les régions frontalières occidentales du Pakistan (bien qu’il ait également ciblé une équipe de vaccination contre la poliomyélite en décembre). Cela est conforme au changement dans le manifeste du groupe en 2018, lorsqu’il a déclaré qu’il concentrerait sa violence sur des cibles militaires et de renseignement pakistanaises plutôt que sur des civils (la caractéristique de ses attaques précédentes). En janvier, le groupe a également revendiqué l’attaque d’un poste de contrôle de la police à Islamabad.

En raison de l’éloignement de nombreuses attaques récentes et du fait que la plupart des cibles sont des membres du personnel de sécurité, l’information publique à leur sujet a été étroitement contrôlée par l’État pakistanais. Il provient en grande partie de déclarations officielles courtes et obliques de la branche Inter Services Public Relations (ISPR) de l’armée pakistanaise, que les médias pakistanais ont ensuite a tendance à se reproduire. Cela fait partie d’un changement qualitatif dans la façon dont les anciennes zones tribales du Pakistan et les attaques terroristes ont été couvertes depuis le début de l’opération Zarb-e-Azb : l’accès à l’information a été clairement limité pendant l’opération, et le contrôle de l’information s’est poursuivi depuis, y compris par le recrudescence récente des attentats.

Pourparlers secrets, bref cessez-le-feu et retour à la violence

En octobre, le Premier ministre Imran Khan a révélé lors d’une interview télévisée que son gouvernement parlait avec le TTP, affirmant qu’« il y a différents groupes qui forment le TTP et certains d’entre eux veulent parler à notre gouvernement pour la paix. Nous sommes donc en pourparlers avec eux. C’est un processus de réconciliation. Il a noté que les pourparlers se déroulaient en Afghanistan.

Le fait que des pourparlers soient en cours a surpris le parlement ainsi que le public, bien qu’en septembre, le ministre des Affaires étrangères ait également laissé entendre dans une interview qu’Islamabad serait prêt à pardonner aux membres du TTP s’ils déposaient les armes et se soumettaient à la constitution pakistanaise. (Un responsable a déclaré plus tard qu’aucune décision finale n’avait été prise sur l’amnistie.)

Parler au TTP est conforme au soutien de longue date de Khan à un règlement négocié avec les insurgés – il a également soutenu les pourparlers de paix en tant que politicien de l’opposition au plus fort de l’insurrection. Mais la nouvelle a été largement critiquée par les partis d’opposition, notamment compte tenu du secret du processus et du manque de consultation avec le parlement.

Les talibans afghans auraient aidé aux négociations, selon des responsables de la sécurité nationale pakistanais, bien qu’ils aient nié toute implication officielle. Un média a rapporté que le ministre de l’Intérieur taliban, Sirajuddin Haqqani (chef du réseau Haqqani et désigné comme terroriste par les États-Unis), était le médiateur.

En novembre, le gouvernement pakistanais a annoncé un cessez-le-feu d’un mois avec le TTP – même s’il n’était pas clair avec quelles concessions aux insurgés. Il y avait des rapports contestés sur la question de savoir si des prisonniers du TTP avaient été libérés, une condition clé pour le TTP. Le cessez-le-feu a expiré le 9 décembre et les insurgés ont immédiatement repris leurs attaques.

Les deux revendications principales du TTP sont l’imposition de la charia au Pakistan (leur raison d’être) et la libération des prisonniers du groupe. Pour l’État pakistanais, le premier n’est pas négociable ; il n’est pas difficile de comprendre pourquoi les pourparlers ont échoué. Le chef de l’ISPR a déclaré en janvier que “certaines conditions… n’étaient pas négociables de notre côté, il n’y a donc pas de cessez-le-feu”. [right now]. Nous poursuivons nos opérations et continuerons jusqu’à ce que nous nous débarrassions de cette menace. Toujours en janvier, un ancien porte-parole du TTP a été tué en Afghanistan dans des circonstances peu claires, ce qui laisse supposer que le Pakistan était impliqué.

Pourtant, dans le même temps, un certain nombre de médias ont rapporté que l’État pakistanais avait discrètement relancé une tentative de négociation avec le TTP.

Le facteur taliban afghan

Les talibans pakistanais entretiennent des liens avec les talibans afghans depuis leur création, notamment en prêtant allégeance au chef des talibans afghans en tant que chef suprême. Il serait juste de décrire les groupes comme des jumeaux idéologiques. Ils se sont entraînés ensemble, le TTP a fourni des fantassins aux talibans afghans et les talibans afghans ont fourni un espace logistique au TTP. De nombreux combattants du TTP se sont enfuis en Afghanistan à la suite de l’offensive de l’armée pakistanaise contre le groupe après 2014. Lorsque les talibans ont pris le contrôle de Kaboul l’année dernière, des centaines de prisonniers du TTP, dont des hauts dirigeants comme Faqir Mohammad, ont été libérés. Le TTP a salué la « victoire historique et bénie » des talibans, la qualifiant de victoire pour « toute la oumma musulmane », et a renouvelé son serment d’allégeance.

Au Pakistan, après la prise du pouvoir par les talibans, certains (pieux) ont pensé que le nouveau régime ne permettrait pas au TTP d’utiliser le sol afghan pour attaquer le Pakistan — étant donné les relations de longue date des talibans afghans avec le Pakistan et dans la veine de ses promesses au États-Unis et d’autres pays concernant les groupes terroristes opérant à partir de son sol. Mais la réalité est qu’il est peu probable que les talibans prennent des mesures pour contraindre le TTP – cela déplairait à ses rangs (et encouragerait les défections, y compris vers l’État islamique du Khorasan), et la préservation de l’unité interne est sa priorité absolue, par rapport à tout apaisement du Pakistan. La médiation dans les pourparlers est très probablement l’étendue de son aide.

Après qu’une attaque du TTP cette semaine a tué cinq soldats pakistanais, l’ISPR a explicitement déclaré que “des terroristes de l’intérieur de l’Afghanistan, de l’autre côté de la frontière internationale, ont ouvert le feu sur les troupes pakistanaises”, soulignant que le facteur TTP émergeait comme un point de fissure entre les talibans afghans et le État pakistanais.

Les récits changeants de l’État pakistanais

Au cours de la dernière année, l’État pakistanais a connu des changements vertigineux dans son discours sur le groupe, le considérant comme une menace et alléguant un financement étranger pour le groupe, négocier et envisager l’amnistie pour ses combattants, et, après le cessez-le-feu, appeler une « menace » contre laquelle l’État poursuivrait ses opérations (tout en s’engageant en privé dans des pourparlers).

En juillet 2021, lors d’un briefing au parlement, le chef d’état-major de l’armée pakistanaise, le général Qamar Javed Bajwa, et le chef du renseignement interservices, Faiz Hameed, ont qualifié le TTP et les talibans afghans de “deux faces d’une même pièce”. Plus tard ce mois-là, après qu’une attaque du TTP contre un bus à Khyber Pakhtunkhwa a tué au moins 12 personnes, dont neuf travailleurs chinois, le ministre des Affaires étrangères l’a imputée à “un lien” entre les agences de renseignement afghanes et indiennes. Cela a répété les affirmations d’un dossier que le gouvernement pakistanais a publié en 2020. Mais la rhétorique pointant du doigt d’autres pays a disparu du récit public pendant la phase d’engagement et de cessez-le-feu.

Recherché : Transparence, cohérence et politique claire de responsabilité

Les récits et politiques changeants de l’État envers le TTP ont laissé le public pakistanais mal informé et confus quant à la nature de la menace que représente le TTP. Ils ont aussi enhardi les insurgés. Le message lors des pourparlers du Pakistan avec le TTP – que l’État envisagerait de pardonner à ceux qui déposent les armes sans les poursuivre – a envoyé un signal effrayant d’un manque de responsabilité des combattants du TTP pour leurs atrocités contre l’État pakistanais et ses citoyens.

Le TTP est clairement renaissant, et sa revendication principale est non négociable pour l’Etat pakistanais. Il est grand temps que le Pakistan adopte une approche audacieuse et cohérente envers le groupe. Premièrement, l’État doit être clair avec ses citoyens sur les racines de l’extrémisme du TTP. Comme je l’ai démontré dans mon livre « Pakistan Under Siege », ces racines sont locales : nées des lois, du système éducatif et de la politique du Pakistan.

Deuxièmement, l’État a le pouvoir de s’attaquer militairement au groupe – comme il l’a fait dans les opérations cinétiques après 2014 – et de tenir les combattants du TTP responsables de leur terrorisme en les poursuivant. Cela, avec l’adhésion du Parlement, devrait constituer le cœur de la politique de l’État envers le groupe. La question est de savoir si l’État pakistanais peut trouver le courage politique de le faire.



La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire