L’Arabie saoudite reçoit les premiers pèlerins étrangers du Hajj depuis le début du COVID | Actualités sur la pandémie de coronavirus

0
55

Un groupe d’Indonésie a atterri à Médine et devrait se rendre au sud de la ville sainte de La Mecque dans les prochaines semaines, rapportent les médias officiels.

Un groupe de pèlerins du Hajj d’Indonésie a atterri dans la ville de Médine d’où ils se rendront dans la ville sainte de La Mecque, marquant l’arrivée du premier groupe de pèlerins de l’extérieur du royaume après deux ans en raison de la pandémie de coronavirus, selon aux médias d’Etat.

L’Arabie saoudite a annoncé le mois dernier qu’elle autoriserait un million de personnes – de l’intérieur et de l’extérieur du royaume – à effectuer le Hajj qui aura lieu en juillet, contre environ 60 000 l’année dernière et moins de 1 000 en 2020.

“Aujourd’hui, nous avons reçu le premier groupe de pèlerins de cette année en provenance d’Indonésie, et les vols se poursuivront depuis la Malaisie et l’Inde”, a déclaré Mohammed al-Bijawi du ministère du Hajj du pays à la chaîne publique Al-Ekhbariya.

“Aujourd’hui, nous sommes heureux de recevoir les invités de Dieu de l’extérieur du royaume, après une interruption de deux ans due à la pandémie”, a-t-il ajouté, décrivant l’Arabie saoudite comme “tout à fait prête” à les accueillir.

L’un des cinq piliers de l’Islam, le Hajj doit être entrepris par tous les musulmans qui en ont les moyens au moins une fois dans leur vie.

Habituellement l’un des plus grands rassemblements religieux au monde, environ 2,5 millions de personnes ont participé en 2019 – le dernier Hajj avant l’épidémie de coronavirus.

L’interdiction des pèlerins d’outre-mer a provoqué une profonde déception parmi les musulmans du monde entier, qui économisent généralement pendant des années pour participer.

Le Hajj consiste en une série de rites religieux qui se déroulent sur cinq jours dans la ville la plus sainte de l’islam, La Mecque, et dans les régions environnantes de l’ouest de l’Arabie saoudite.

Accueillir le Hajj est une question de prestige pour les dirigeants saoudiens, car la garde des sites les plus sacrés de l’islam est la source la plus puissante de leur légitimité politique.

Avant la pandémie, les pèlerinages musulmans étaient les principales sources de revenus du royaume, rapportant environ 12 milliards de dollars par an.

Le pèlerinage de cette année sera limité aux musulmans vaccinés de moins de 65 ans, a indiqué le ministère du Hajj.

Ceux qui viennent de l’extérieur de l’Arabie saoudite, qui doivent demander des visas Hajj, sont tenus de soumettre un résultat PCR COVID-19 négatif à la suite d’un test effectué dans les 72 heures suivant le voyage.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/4/saudi-receives-first-foreign-hajj-pilgrims-since-before-pandemic

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire