L’assaut de la Turquie contre les Kurdes syriens : une crise secondaire de la guerre d’Ukraine ?

0
42

Source de la photographie : Force opérationnelle interarmées combinée – Domaine public

L’invasion russe de l’Ukraine produit des crises secondaires. Certains sont bien médiatisés, comme la menace qui pèse sur l’approvisionnement alimentaire mondial parce que la guerre a empêché l’Ukraine d’exporter des millions de tonnes de céréales depuis ses ports de la mer Noire. L’exode des réfugiés ukrainiens entassés dans les trains alors qu’ils cherchaient refuge dans d’autres pays a été diffusé sur tous les écrans de télévision du monde.

Mais certaines des pires conséquences de la guerre en dehors de l’Ukraine restent sous le radar des médias, notamment l’annonce par la Turquie au cours des dernières semaines qu’elle envisageait une offensive pour s’emparer des enclaves contrôlées par les Kurdes dans le nord de la Syrie. Si l’on se base sur les incursions turques précédentes au cours des cinq dernières années, cette attaque signifiera le nettoyage ethnique des Kurdes qui n’auront d’autre choix que de fuir vers d’autres parties de la Syrie.

Déplacement, destruction, mort

“Nous sommes confrontés au déplacement, à la destruction, à la mort et à la fin de notre existence en Syrie”, a déclaré Shivan Ahmad, un enseignant kurde syrien de 39 ans, alors que lui et sa famille attendent l’assaut turc. Ses craintes ne sont pas exagérées puisque le président turc Recep Tayyip Erdogan prétend agir contre les «terroristes», bien qu’en pratique cela signifie l’expulsion étape par étape des deux millions de Kurdes syriens de leurs villes et villages et dans les quelques poches de territoire qu’ils détiennent encore.

La guerre en Ukraine a permis à la Turquie d’accélérer ce processus d’élimination des zones à majorité kurde au sud de la frontière turque, car les États-Unis et la Russie se disputent le soutien turc. Les États-Unis veulent empêcher la Turquie de se rapprocher de la Russie, avec qui elle entretient une alliance lâche depuis 2016, et retirer leurs objections à l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN.

Bien que les Kurdes syriens aient fourni les troupes au sol pour la campagne réussie menée par les États-Unis contre l’État islamique (EI) en Syrie, perdant 11 000 combattants dans des batailles acharnées, il est peu probable que Washington sauve ses anciens alliés de l’attaque turque. La Russie, qui a par le passé agi à la fois pour et contre les Kurdes à différents moments, doit se concilier la Turquie et a réduit ses forces sur le terrain qui surveillaient auparavant les accords de cessez-le-feu.

Un événement très sanglant

L’offensive menée par la Turquie sera probablement un événement très sanglant, tout aussi sauvage que l’occupation russe de certaines parties de l’Ukraine, qui a suscité à juste titre l’indignation internationale. “Erdogan veut créer une ceinture de sécurité à 30 km au sud de la frontière turque”, déclare le professeur Fabrice Balanche, expert du nord de la Syrie au Washington Institute et à l’université Lyon 2 dans un entretien avec Le Figaro. « Au nord-est [of Syria]cela signifie l’élimination de la population kurde, et pas seulement des YPG [Kurdish] des milices, les remplaçant par des populations arabes… En fait, Erdogan veut construire une ceinture arabe et islamiste dans le nord de la Syrie, de la Méditerranée au Tigre.

La Turquie fait appel à des mercenaires arabes des parties de la Syrie sous son contrôle pour occuper et nettoyer ethniquement les districts à majorité kurde. “Le régime d’Erdogan a ainsi réintégré le corps des bashi-bazouks de l’époque ottomane, connus pour leur indiscipline et leur goût du pillage”, explique Balanche. Ces combattants pro-turcs et leurs familles ont été par le passé les principaux bénéficiaires des terres et des bâtiments volés aux Kurdes.

La Turquie a clairement indiqué que sa première attaque tombera sur Tel Rifaat et Manbij dans le nord-ouest de la Syrie. Cette dernière est une petite ville animée de plus de 300 000 habitants à l’ouest de l’Euphrate et à l’est d’Alep. Lorsque je l’ai visité il y a quatre ans, il était clairement vulnérable aux assauts dirigés par les Turcs lancés depuis ce qui était à l’époque des tranchées somnolentes à une courte distance au nord. Mais c’était sous une protection américaine vague mais visible et j’ai vu un convoi de véhicules blindés américains arborant un grand drapeau étoilé courir sur la route à la périphérie de la ville.

Mais les Américains n’ont plus besoin des Kurdes syriens depuis la défaite de l’EI et ils ont besoin de la Turquie en raison de son habile équilibre entre Washington et Moscou. La position géographique de la Turquie sur la mer Noire lui confère une grande influence militaire et politique que les autres puissances ne peuvent ignorer.

Peu d’endroits où un Kurde syrien est vraiment en sécurité

Les gens ordinaires dans des endroits comme Manbij peuvent voir la calamité se diriger vers eux et cherchent la sécurité partout où ils peuvent la trouver, bien qu’il y ait peu d’endroits où un Kurde syrien soit vraiment en sécurité. Un habitant de Manbij raconte que « ces deux dernières semaines, de nombreuses familles sont parties pour Alep, et certaines dont les hommes sont recherchés par [President Bashar al-Assad’s] régime » ont fui vers l’est vers les villes kurdes de Qamishli et Hassakeh, bien que celles-ci soient déjà pleines de réfugiés.

Le sort des Kurdes syriens et la destruction par la Turquie de leur petit État, issu du soulèvement contre Assad en 2011, est l’une des grandes tragédies de notre époque. Rien de tout cela ne s’est passé en secret et de nombreuses photos sont disponibles, étayées par des témoignages donnés à des organisations de défense des droits de l’homme, prouvant des atrocités aussi grossières que tout ce qui a été commis par des Russes contre des villageois ukrainiens.

Certains peuvent avancer l’argument ridicule selon lequel dire que d’autres armées peuvent se comporter aussi mal que l’armée russe laisse les Russes s’en tirer. Au contraire, prétendre que l’armée russe a le monopole de la brutalité criminelle dévalorise les accusations portées contre elle et rétrograde les dénonciations en propagande partisane.

Ce parti pris est justifié par l’affirmation absurde selon laquelle même mentionner les atrocités au Yémen, au Cachemire, en Palestine ou en Turquie dans le même souffle que les meurtres et les destructions en Ukraine, c’est se livrer au « qu’en est-il du isme ». En réalité, l’utilisation de cette dernière expression expose toujours l’hypocrite et le propagandiste qui divisent le monde en chapeaux noirs hostiles et en chapeaux blancs amicaux.

Mais c’est ce que font invariablement les gouvernements et leurs supporters en période de conflit. Lors de la première guerre froide contre l’Union soviétique, l’Afrique du Sud de l’apartheid et l’Espagne fasciste du général Franco ont été cooptées en tant que partisans du « monde libre » et les parias les plus macabres ont été réhabilités en tant qu’alliés appropriés.

Maintenant, la même chose se reproduit avec le déclenchement de la guerre en Ukraine et ce n’est pas seulement Erdogan qui est cultivé comme un allié précieux. Le président Biden, qui avait autrefois décrit l’Arabie saoudite comme “un paria” et a refusé de téléphoner au prince héritier Mohammed ben Salmane, voit maintenant ses propres appels rejetés par le chef de facto de l’Arabie saoudite.

Il n’y a pas si longtemps, Biden avait publié un rapport rédigé par le Bureau américain du renseignement national qui disait : « Nous estimons que le prince héritier saoudien Mohammad bin Salman a approuvé une opération à Istanbul, en Turquie, pour capturer ou tuer le journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Mais maintenant, le démembrement de Khashoggi au consulat saoudien à Istanbul en 2018 est oublié, alors que Biden prévoit une visite dans le royaume et tente de persuader ben Salmane de pomper plus de pétrole.

Les parias d’hier sont les alliés d’aujourd’hui mais la misère des réfugiés kurdes chassés à jamais de chez eux dans un avenir proche ne différera pas beaucoup de celle des Ukrainiens désespérés fuyant les obus russes dans le Donbass.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/13/turkeys-assault-on-syrian-kurds-a-secondary-crises-of-the-ukraine-war/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire