L’Australie a aidé l’Indonésie à dissimuler les atrocités au Timor oriental

0
284

P J

Le gouvernement australien n’a pas officiellement soutenu l’invasion de l’Indonésie. À l’ONU, l’Australie a même voté à contrecœur la résolution de l’Assemblée générale de 1975 qui la critiquait. (Après cela, cependant, il est passé à une position d’abstention, avant de voter plus tard contre une série de résolutions critiquant l’invasion.)

Au début, l’Australie a officiellement appelé au retrait de l’Indonésie, tandis qu’en coulisses nous disions aux autres pays qu’ils devaient accepter un régime indonésien au Timor oriental. En octobre 1975, Fraser se rendit à Jakarta et rencontra Suharto. C’est après cette réunion que son gouvernement est effectivement devenu un apologiste et un propagandiste des actions indonésiennes.

Premièrement, l’Australie a déformé les circonstances historiques avant l’invasion, pour faire apparaître l’Indonésie comme la partie lésée et n’intervenir qu’à contrecœur. Deuxièmement, lorsque l’invasion a eu lieu, l’Australie a nié l’étendue des abus et a appelé des rapports à leur sujet par ouï-dire. Et ce malgré les preuves qui s’infiltraient par la liaison radio, par des sources catholiques, par des lettres passées en contrebande et par le témoignage de réfugiés. Finalement, il y avait tellement de preuves que l’Australie ne pouvait plus nier ce qui se passait. Ils ont donc proposé une série de recommandations sur la manière dont ils pourraient transformer cette nouvelle situation. Au lieu de le nier, ils ont blâmé les Timorais eux-mêmes, affirmant que le Timor oriental avait toujours été très pauvre, qu’ils avaient toujours été au bord de la famine et que leurs problèmes étaient exacerbés par une guerre civile.

Bien sûr, le gouvernement australien était bien conscient de la campagne de l’Indonésie pour encercler et anéantir les forces indépendantistes au Timor oriental. Ils savaient que l’armée tentait de détruire les ressources alimentaires. Cela est prouvé par des rapports désormais déclassifiés d’officiers australiens qui se sont rendus au Timor oriental et se sont entretenus avec des responsables indonésiens. Ils savaient que l’Indonésie avait pour politique de priver de nourriture les zones contrôlées par le FRETILIN, qui regroupaient initialement la majorité de la population. L’Australie n’a fait aucune tentative pour lier cette politique à l’effroyable tragédie de la famine provoquée artificiellement qui a balayé le Timor oriental. Au lieu de cela, ils l’ont imputé à une combinaison de la mauvaise infrastructure du Timor, de la négligence coloniale portugaise et de l’irresponsabilité timoraise pendant la guerre civile.

Cette dissimulation a eu de graves conséquences. Certains pays occidentaux commençaient à s’intéresser au soutien du Timor oriental, en réponse aux preuves qui sortaient. L’Australie a fait pression à plusieurs reprises sur eux, affirmant que l’Indonésie se comportait en grande partie de manière responsable. Puisqu’ils considéraient l’Australie comme une démocratie et un partisan des droits de l’homme sur la scène internationale, le récit de l’Australie a reçu une grande crédibilité.

La réputation de l’Australie en tant que pays qui soutenait les droits de l’homme a été renforcée par la bonne position du gouvernement Fraser sur l’apartheid en Afrique du Sud et son soutien à la fin de la règle de la majorité blanche au Zimbabwe. Par conséquent, son lobbying en faveur de l’invasion de l’Indonésie a fait une grande différence et a retardé l’entrée de l’aide au Timor oriental, a étouffé les critiques du régime de Suharto et a permis à ses abus de se poursuivre. Sans le lobbying de l’Australie, les abus indonésiens n’auraient certainement pas pu continuer de la même manière.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire