Le blocus américain de Cuba doit cesser

0
186

Pendant soixante ans, l’empire américain a mené une guerre économique sans relâche contre la République de Cuba. Cela prend la forme de l’imposition de sanctions unilatérales, qui à ce jour ont coûté à la nation insulaire plus de 130 milliards de dollars.

Les sanctions américaines, ou le « blocus », touchent tous les aspects de la vie cubaine. Ils restreignent l’accès aux médicaments, à la nourriture, aux matériaux de construction et, surtout, aux matériaux pour le développement de vaccins, y compris pendant la pandémie de COVID-19. Les sanctions visent également à étouffer l’économie cubaine en restreignant les voyages et en interdisant aux entreprises de commercer avec Cuba si elles souhaitent également commercer avec l’Amérique. Quelle justification les États-Unis donnent-ils à ce blocus inhumain ?

Face au soutien généralisé de Cuba à Fidel Castro et à la Révolution à la fin des années 1950 et au début des années 1960, le Département d’État américain a admis que la seule façon de saper le régime était de favoriser la dissidence interne en imposant des difficultés économiques à la population cubaine. Selon une note interne désormais tristement célèbre rédigée par Lester D. Mallory, sous-secrétaire d’État adjoint aux affaires interaméricaines, en 1960 :

La majorité des Cubains soutiennent Castro. . . . Le seul moyen prévisible d’aliéner le soutien interne est le désenchantement et la désaffection fondés sur l’insatisfaction et les difficultés économiques. . . tous les moyens possibles doivent être entrepris rapidement pour affaiblir la vie économique de Cuba. . . une ligne d’action qui. . . fait les plus grandes incursions en refusant de l’argent et des approvisionnements à Cuba, en diminuant les salaires monétaires et réels, en provoquant la faim, le désespoir et le renversement du gouvernement.

Aujourd’hui, les États-Unis sont pratiquement les seuls à maintenir le blocus. En 2021, pour la vingt-neuvième année consécutive, 184 États membres des Nations Unies ont voté en faveur d’une résolution demandant la fin des sanctions, seuls les États-Unis et Israël votant contre. Même parmi les nations impérialistes, le consensus mondial est clair : le blocus américain illégal, immoral et meurtrier contre Cuba doit cesser.

Plutôt que d’accepter ce fait, les administrations récentes ont intensifié la situation. Après son ascension, on pensait que le président Joe Biden suivrait les traces de Barack Obama, qui avait assoupli certaines restrictions imposées par l’embargo et rétabli les relations diplomatiques avec Cuba. La première année au pouvoir de Biden a cependant prouvé qu’il ferait plutôt écho à son prédécesseur Donald Trump, dont l’administration était responsable d’un renversement du dégel cubain, imposant plus de deux cents sanctions supplémentaires et revenant à la loi Helms-Burton de 1996 pour reclasser la nation insulaire. en tant qu ‘«État parrain du terrorisme» – et anéantissant ainsi tout espoir d’une détente américaine.

Biden a repris là où Trump s’était arrêté, laissant les nouvelles sanctions en place et ajoutant des sanctions “ciblées” aux responsables cubains. Cela s’est produit au milieu d’une période sans précédent de protestations publiques à Cuba en raison de la pénurie pandémique de produits de première nécessité comme l’énergie, les médicaments et la nourriture – des pénuries résultant en grande partie de l’intensification des sanctions sous Trump. Alors qu’il y avait des inquiétudes légitimes parmi les Cubains souffrant des difficultés d’une pandémie mondiale sous blocus, les protestations ont été saisies par les contre-révolutionnaires soutenus par les États-Unis et les médias américains, incarnés par le hashtag “#SOSCuba”.

Les tentatives des contre-révolutionnaires cubains et des États-Unis de faire fermenter l’agitation au milieu des pénuries démontrent clairement que la stratégie américaine concernant le blocus n’a pas dévié depuis 1960 : « provoquer la faim, le désespoir et le renversement du gouvernement ». L’une des revendications de la campagne « #SOSCuba » était d’appeler à une « intervention humanitaire » pour « libérer Cuba » – un appel à peine voilé à une intervention impérialiste pour renverser la Révolution cubaine.

De tels efforts furent vains. En réponse à la menace contre-révolutionnaire, le président cubain Miguel Díaz-Canel s’est adressé au pays dans la ville de San Antonio de los Baños et a appelé les Cubains à reprendre les rues et à défendre la Révolution. Les Cubains de toute l’île ont répondu à cet appel, se présentant en nombre qui a éclipsé les rassemblements antigouvernementaux. Le soutien au gouvernement était tel que plusieurs médias occidentaux, dont le Gardienla New York Times, Fox News, et le Financial Timesont utilisé des images de rassemblements pro-gouvernementaux pour illustrer leur couverture des manifestations anti-gouvernementales, donnant l’impression que les grandes foules soutenaient un changement de régime à Cuba.

La tentative d’exploitation des difficultés imposées aux Cubains par le blocus pour faire pression en faveur d’un changement de régime s’est retournée contre lui. On supposait que le peuple cubain affluerait vers les manifestations anti-gouvernementales ; au lieu de cela, les protestations ont renforcé la légitimité du gouvernement et le soutien à la Révolution. Même dans son objectif déclaré de faciliter le changement de régime, le blocus a été un échec lamentable. Cela a en fait eu l’effet inverse.

Pendant soixante ans, donc, l’empire américain a essayé d’affamer Cuba pour qu’il se soumette, et pendant soixante ans, ils ont échoué. Alors pourquoi le blocus persiste-t-il ?

En termes simples, les décideurs américains craignent le potentiel de développement d’un Cuba socialiste libéré des sanctions paralysantes. Dans son discours à l’ONU en 2004, l’ancien ministre cubain des Affaires étrangères Felipe Pérez Roque l’a le mieux décrit :

[The United States] craint notre exemple. Elle sait que si le blocus était levé, le développement économique et social de Cuba serait vertigineux. Il sait que nous démontrerions encore plus que maintenant les possibilités du socialisme cubain, tout le potentiel non encore pleinement déployé d’un pays sans discrimination d’aucune sorte, avec la justice sociale et les droits de l’homme pour tous les citoyens, et pas seulement pour quelques-uns.

Les détracteurs du gouvernement cubain affirment qu’il s’appuie sur l’excuse facile de l’embargo pour compenser la mauvaise gouvernance et l’inévitable échec du socialisme. Si tel est le cas, pourquoi ne pas lever l’embargo et voir par vous-mêmes ? Les États-Unis sont bien conscients des réalisations de la Révolution cubaine et ne peuvent accepter les ramifications d’un Cuba prospère tout en restant indépendant de son propre néocolonialisme.

Comme toutes les nations, Cuba souffre d’une multitude de problèmes qui irritent et frustrent ses citoyens, et tous ne peuvent être imputés à l’embargo. De la bureaucratie limitant les défis au pouvoir à la corruption gouvernementale, c’est une situation loin d’être idéale. La pandémie a également fait des ravages dans l’industrie du tourisme, une source de revenus cruciale pour Cuba, ce qui a aggravé la crise dans laquelle se trouve le pays.

Dans sa défense enthousiaste de la Révolution, cependant, le peuple cubain a montré qu’il ne voulait pas de changement de régime. Au lieu de cela, il y a un large désir de s’appuyer sur la Révolution et d’aller de l’avant, plutôt que de régresser à l’époque de l’exploitation brutale par le capitalisme gangster américain.

Cuba a peut-être assisté à une contre-révolution, mais le blocus persiste et la subversion américaine se poursuit. Tant que le développement cubain sera étouffé par l’empire américain, ce sont les Cubains ordinaires qui en subiront les conséquences. Il n’y a qu’un seul moyen d’alléger les souffrances de Cuba à long terme, et la demande est universelle : le blocus américain doit cesser.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire