Le carnage climatique de 2022 jusqu’à présent

0
68

Ces quelques années ont été fantastiques pour l’industrie australienne des combustibles fossiles.

Woodside Petroleum, désormais la plus grande société pétrolière et gazière d’Australie, a enregistré une augmentation de plus de 400% de son bénéfice net au cours de l’année dernière. La valeur nette du magnat minier Gina Rinehart est passée de 21,2 milliards de dollars à 34,02 milliards de dollars au cours des deux années précédant août 2022, tandis qu’Andrew “Twiggy” Forrest a connu une augmentation encore plus impressionnante, passant de 7,99 milliards de dollars à 30,72 milliards de dollars. Le projet gazier Woodside de Scarborough, qui émettra environ 1,37 milliard de tonnes de gaz à effet de serre, a récemment obtenu son approbation finale du gouvernement travailliste d’Australie occidentale. Et le gouvernement albanais a exprimé son engagement à ce que l’Australie reste le troisième plus grand exportateur de combustibles fossiles au monde.

Pendant ce temps, le reste du monde surchauffe, s’étouffe, brûle, s’inonde et gèle, parfois tout à la fois. Et, comme toujours, ce sont les plus démunis et les plus vulnérables qui souffrent le plus.

Le Pakistan a été le plus durement touché par des catastrophes naturelles continues. Plus de 1 200 personnes ont été tuées dans des inondations qui ont emporté des infrastructures et détruit 1 million de maisons. Environ 10 milliards de dollars de dégâts ont été causés, selon les estimations du gouvernement. Les précipitations ont quadruplé dans certaines régions du Pakistan depuis 1959, selon des experts. En janvier, la ville centrale de Nawabshah a connu des températures record de 49,5 degrés, tandis que le même mois, Murree, à la périphérie d’Islamabad, a été frappée par des tempêtes de neige sans précédent, faisant 23 morts.

En Europe, des vagues de chaleur et des incendies de forêt record ont également fait des ravages. Au Royaume-Uni, Londres a atteint un record de 40,2 degrés cet été et les vagues de chaleur ont causé environ 948 décès en Angleterre et au Pays de Galles. Les incendies de forêt qui en ont résulté ont fait que les pompiers britanniques ont connu leur journée la plus chargée depuis la Seconde Guerre mondiale.

La troisième plus grande ville de Chine, Chongqing, avec une population de près de 18 millions d’habitants, a enregistré des températures de 43 degrés, au moins 10 degrés au-dessus de sa moyenne saisonnière. Cette chaleur, et sa sécheresse correspondante, ont provoqué l’assèchement presque complet du fleuve Yangtze (le troisième plus grand fleuve du monde).

Les incendies de forêt en France ont provoqué l’évacuation de 40 000 personnes. Dans toute la péninsule ibérique, près de 240 000 hectares de terres ont été brûlés par des incendies de forêt, alors que les villes espagnoles ont été recouvertes de fumée pendant des jours. Aux États-Unis, environ 2,4 millions d’hectares de terres ont été détruits par le feu, une superficie à peu près la taille du pays d’Haïti. L’Algérie a fait disparaître 10 000 hectares de biosphère classée au patrimoine de l’UNESCO dans le parc naturel d’El Kala.

En Irak et en Syrie, les tempêtes de poussière causées par la désertification et la sécheresse qui ont commencé en avril ont causé la mort d’au moins quatre personnes et en ont hospitalisé des milliers d’autres. Ces tempêtes devraient devenir plus intenses et fréquentes à mesure que la région devient de plus en plus sèche et chaude. La Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification estime qu’environ 12 millions d’hectares de terres productives sont perdues à cause de la désertification chaque année.

L’Australie ne fait pas exception à ces tendances mondiales. Les habitants de Lismore dont les maisons ont été détruites par les inondations auront la chance de recevoir 25 000 dollars du gouvernement pour reconstruire leur vie à partir de zéro, tandis que de nombreuses victimes des incendies vivent toujours dans des tentes ou des logements temporaires, plus de deux ans après les dévastateurs feux de brousse du Black Summer. Le gouvernement australien est beaucoup plus généreux envers ses amis de l’industrie des combustibles fossiles, dépensant 10,3 milliards de dollars pour subventionner l’industrie des combustibles fossiles au cours de l’exercice 2020-21.

Malgré le changement climatique qui affecte toute la planète dont dépendent tous les êtres humains, nous ne sommes pas « tous dans le même bateau ». Les “éco-villes” pour les super-riches, comme le projet Eko Atlantic sur la côte du Nigeria, sont conçues pour aider les riches à échapper aux effets de la destruction climatique

Avec un gratte-ciel prévu nommé à juste titre “The Audacity”, la ville possède “de vastes marinas offrant des vues inspirantes de toutes les directions”. Pendant ce temps, les Nigérians ordinaires ont reçu des avertissements sur ce à quoi s’attendre pendant les jours de 43 degrés que le pays a connus en juillet : « augmentation du rythme respiratoire, coup de chaleur, fatigue, perte de concentration et déshydratation…[ing] la propagation et la mortalité de maladies infectieuses telles que la fièvre de Lassa, la fièvre jaune, la rougeole, la varicelle, la variole du singe, le choléra et le Covid-19 ».

Qu’il s’agisse des éco-villes ou de la prolifération des bunkers apocalyptiques, les riches qui créent la crise climatique et les politiciens qui la supervisent s’isolent de ses effets dans le confort et la sécurité. Ils s’attendent à ce que les travailleurs et les pauvres continuent de supporter la dévastation environnementale qui fait boule de neige et le terrible tribut humain qu’elle exige et continuera d’exiger. Il est impératif que nous leur prouvions qu’ils ont tort.

Source: https://redflag.org.au/article/2022s-climate-carnage-so-far

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire