Le Congrès veut plus de sanctions économiques contre la Russie

0
164

Mercredi, la Chambre devrait adopter le premier des multiples projets de loi que le Congrès envisage de punir la Russie pour son invasion de l’Ukraine.

Le vote sur la loi sur la suspension des importations d’énergie en provenance de Russie vise à compléter l’action de l’exécutif annoncée mardi par le président Joe Biden, sous la pression du Congrès, qui bloque les importations russes de pétrole, de gaz et de charbon. Ensemble, le projet de loi, les dernières sanctions de Biden, ainsi que celles que la Maison Blanche a précédemment instituées, visent à saper économiquement la Russie pour la dissuader de poursuivre son assaut contre l’Ukraine.

Les nouvelles sanctions du Congrès interdiraient les importations d’énergie en provenance de Russie. Ils élargiraient également les actions de Biden en exigeant un examen de la participation de la Russie à l’Organisation mondiale du commerce, une décision qui pourrait affecter son appartenance au groupe. Le vote de mercredi devrait réussir par une large marge, la dernière preuve d’un soutien bipartisan important aux sanctions liées à l’énergie imposées à la Russie, malgré l’impact qu’elles pourraient avoir sur les prix du carburant aux États-Unis.

Le projet de loi fait partie d’un certain nombre de mesures bipartites qui ont émergé au Congrès ces derniers jours, alors que les législateurs cherchent à tenir la Russie responsable et à faire pression pour une réponse encore plus forte de la Maison Blanche. Bien que le projet de loi devrait recueillir un solide soutien à la Chambre, il n’est pas encore clair si le Sénat l’acceptera.

“Le Congrès félicite le président d’avoir annoncé une action visant à arrêter l’importation de produits énergétiques russes aux États-Unis – que nous soutiendrons en adoptant une législation forte et bipartite à cet effet”, a écrit Pelosi dans une lettre “Cher collègue”.

Un aperçu des principaux projets de loi que le Congrès envisage

  • Interdiction d’importer de l’énergie : Le projet de loi soumis au vote de la Chambre vise à démontrer le soutien bipartisan à une interdiction des importations de pétrole et d’énergie. Il est également plus large que l’interdiction initiale de Biden en ce sens qu’il appelle à un examen de la participation de la Russie à l’Organisation mondiale du commerce, ce qui pourrait conduire à l’exclusion du pays du groupe. Si cela se produisait, d’autres pays membres de l’OMC pourraient augmenter les tarifs sur les importations en provenance de Russie et isoler encore plus le pays sur le plan économique.

La proposition permettrait également de réautoriser et de renforcer la loi Magnitsky, qui permet au gouvernement américain de sanctionner les individus et les entités qui ont commis des violations des droits de l’homme en leur refusant l’entrée dans le pays, en gelant les avoirs détenus par les institutions financières américaines et en empêchant les Américains de s’engager dans des transactions commerciales. avec eux. Le projet de loi renforcerait la loi en classant les actions de la Russie en Ukraine comme une violation des droits de l’homme qui pourrait justifier des sanctions supplémentaires.

Malgré le soutien bipartisan, il y a également eu des désaccords sur ce que le projet de loi de la Chambre devrait contenir. Un point de discorde était une proposition visant à abroger les relations commerciales normales permanentes avec la Russie et la Biélorussie, rapporte Axios. Ce principe était au cœur d’un accord bipartite conclu entre les principaux membres de la commission des voies et moyens de la Chambre et de la commission sénatoriale des finances sur les sanctions commerciales, et c’est celui que les républicains ont poussé à conserver. La Maison Blanche, cependant, a déclaré qu’elle était préoccupée par l’impact que la disposition pourrait avoir sur les alliés américains et a demandé qu’elle soit supprimée.

Les démocrates de la Chambre l’ont finalement retiré, ce qui a bouleversé certains républicains. Toute perte de soutien du GOP ne devrait pas nuire au projet de loi à la Chambre, mais pourrait entraîner le blocage du projet de loi au Sénat, où les démocrates ont besoin de la coopération d’au moins 10 sénateurs républicains pour adopter une législation.

  • Gel des réserves d’or de la Russie : Un projet de loi des Sens. Angus King (I-ME), John Cornyn (R-TX), Bill Hagerty (R-TN) et Maggie Hassan (D-NH) vise à s’attaquer aux réserves d’or de la Russie. Les sanctions financières de Biden ont rendu difficile l’accès de la banque centrale russe aux devises étrangères, mais elle dispose de 130 milliards de dollars de réserves d’or pour lesquelles elle doit trouver des acheteurs pour soutenir son économie en difficulté.

La législation sanctionnerait les institutions financières américaines et les particuliers qui achètent ou vendent de l’or à la Banque centrale de Russie, ce qui rend plus difficile pour la Russie de liquider son or. Selon Axios, les législateurs visent à joindre cette mesure aux prochains projets de loi de crédits cette semaine, mais il n’est pas clair si elle sera incluse.

  • Aide à l’Ukraine : Les législateurs s’efforcent également d’ajouter environ 14 milliards de dollars de financement pour aider les réfugiés, fournir des fournitures médicales, acheter de la nourriture et soutenir l’armement militaire pour l’Ukraine dans le cadre des prochains projets de loi de crédits. C’est un effort qui bénéficie d’un fort soutien bipartisan, bien qu’il dépende de l’approbation par le Congrès du paquet de crédits plus large, sur lequel les législateurs ont récemment annoncé un accord.

Il y a de l’optimisme qu’un désir bipartisan d’aider l’Ukraine aidera ces projets de loi à avancer rapidement. Pour l’instant, les législateurs prévoient de voter à la fois sur la législation sur les crédits et sur une résolution continue qui maintiendrait le gouvernement ouvert jusqu’au 15 mars, de sorte que le Congrès dispose de quelques jours de plus pour achever ses travaux sans la menace d’une fermeture.

Les démocrates et les républicains ont des idées différentes pour faire face aux coûts du carburant

Bien que les États-Unis ne soient pas aussi dépendants du pétrole russe que de nombreux pays européens, l’interdiction de la Chambre ferait probablement encore grimper les prix du carburant, rapporte CBS News. Les législateurs ont reconnu cette probabilité, mais les démocrates et les républicains ont des points de vue très différents sur la manière d’y faire face.

De nombreux législateurs démocrates, dont les sens. Brian Schatz (D-HI) et Ed Markey (D-MA), ont noté qu’il s’agissait d’une opportunité d’investir davantage dans des sources d’énergie propres comme l’énergie solaire et l’énergie éolienne, même si cela prendrait des mois, si pas des années, pour récolter les bénéfices de toute nouvelle appropriation de l’énergie verte. Les sénateurs Bernie Sanders (I-VT) et Elizabeth Warren (D-MA) ont appelé à des taxes plus élevées sur les «bénéfices exceptionnels» des producteurs de pétrole et ont averti que les grandes compagnies pétrolières pourraient profiter de ce moment pour gonfler les prix des consommateurs.

Certains démocrates, dont le sénateur Raphael Warnock (D-GA), ont également déclaré qu’ils souhaitaient suspendre temporairement la taxe fédérale sur l’essence pour alléger les coûts pour les consommateurs.

Les républicains, quant à eux, ont appelé à davantage d’investissements dans la production de pétrole et de gaz aux États-Unis, ce qui ne devrait pas non plus se traduire par un soulagement immédiat.

« Nous n’avons pas besoin d’acheter de l’énergie russe, mais nous n’avons pas besoin d’acheter de l’énergie iranienne ou de l’énergie vénézuélienne. Nous devons produire de l’énergie de toutes formes et de tous types ici aux États-Unis et le faire mieux que quiconque dans le monde », a déclaré le représentant Bruce Westerman (R-AR) lors d’une récente conférence de presse.

Les républicains ont fait valoir que Biden devrait reconsidérer sa décision d’annuler le pipeline Keystone et ont profité de cette occasion pour blâmer son administration pour la hausse des coûts du carburant. Les experts notent cependant que tout nouveau pétrole provenant du pipeline Keystone aurait eu un impact minime sur les prix actuels du gaz.

Les législateurs doivent encore s’entendre sur une réponse législative à la hausse des prix du carburant, mais il est probable que ce soit un objectif central alors que l’invasion de la Russie – et la flambée des prix du gaz qui l’a accompagnée – se poursuivent. Compte tenu des différences entre les positions des républicains et des démocrates, cependant, on ne s’attend pas à ce qu’il soit aussi bipartite que la pression pour plus de sanctions.

La source: www.vox.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire