Le gouvernement cubain analyse et répond aux difficultés économiques

0
64

“Notre joie est immense… Nous ne nous trompons pas en pensant que tout ce qui nous attend sera facile, alors que peut-être tout sera plus difficile.” C'était Fidel Castro, quelques heures après la victoire de la Révolution cubaine.

Les difficultés étaient au centre du débat 65 ans plus tard, lors d'une séance plénière du Comité central du Parti communiste cubain les 15 et 16 décembre et à l'Assemblée nationale du pouvoir populaire, réunie du 20 au 22 décembre.

Les opinions des dirigeants cubains sur les problèmes qui touchent actuellement Cuba mettent en lumière les réalités d’une nation assiégée et d’une révolution en difficulté. Ces informations sont pertinentes pour les efforts de solidarité des amis de Cuba à l'étranger.

S'adressant à la séance plénière du Comité central, le président cubain Miguel Díaz-Canel a déclaré : « Nous avons discuté d'efforts qui n'ont pas abouti à des solutions, de mesures qui n'ont pas abouti et d'objectifs qui n'ont pas été atteints… Le scénario est celui d'une économie de guerre… [We] sont tous là pour inverser la situation actuelle… avec un consensus sur les décisions et un travail collectif, avec passion et énergie.

Díaz-Canel a appelé à une « résistance créative » et à « la confiance dans la victoire », tout en insistant sur le fait que l’insatisfaction « est un moteur qui fait bouger les énergies révolutionnaires. Cela provoque un embarras qui finit par activer la pleine participation des citoyens, sans laquelle le socialisme est impossible.»

« Nous nous rendrions d’avance si nous considérions cette guerre comme une calamité insurmontable. Nous devons y voir… comme une opportunité de grandir et de nous dépasser, alors que l’adversaire est ouvertement mauvais devant le monde… À la veille du 65e anniversaire de la Révolution cubaine… nous sommes appelés à agir ensemble pour un objectif commun : Sauvez la patrie, la Révolution, le socialisme et triomphez.

L'Assemblée se réunit

Se sont adressés à l'Assemblée nationale : Alejandro Gil Fernández, ministre de l'Économie et du Plan ; le Premier ministre Manuel Marrero Cruz ; et le président Miguel Díaz-Canel.

Gil Fernández considère le blocus économique, commercial et financier américain contre Cuba comme le principal obstacle auquel Cuba est confrontée dans la restauration de son économie.

Il a indiqué qu'en 2023, le PIB cubain aura chuté de près de 2 pour cent. Les exportations ont été inférieures de 770 milliards de dollars aux prévisions. La production alimentaire a été inférieure à celle de 2022. Les revenus du tourisme ont augmenté de 400 millions de dollars en 2023, mais ne représentaient que 69 % du rendement de 2019. La production globale a diminué en raison principalement des entreprises d'État freinées par des pénuries de fournitures et de carburants. Les pénuries de devises et la perte de travailleurs à cause de la migration ont entravé les secteurs de la santé et de l'éducation.

La production d'électricité a augmenté de 32 % en 2023, selon Gil Fernández. Le taux d'inflation de 30 % à Cuba pour 2023 était inférieur au taux de 77,3 % de 2021. Les entités commerciales d'État ont montré une « récupération progressive ». Ils emploient 1,3 million de travailleurs et représentent 92 % des biens et services produits à Cuba et 75 % des produits exportés.

Il a attribué l'inflation des prix à la hausse des prix internationaux, à la libération d'argent par le gouvernement pour financer son déficit budgétaire, à la diminution de la production de biens et à un secteur agricole accablé par une pénurie de main d'œuvre, des coûts élevés et de faibles rendements.

« Ce qui n'est pas produit ne peut pas être importé », a déploré Gil Fernández. Son message est qu’importer des biens est presque impossible en raison de « l’effet des prix élevés sur le marché international ». Mais paradoxalement, « le manque de ressources de production » oblige Cuba à importer plus de 70 % de la nourriture consommée.

Il a proposé des mesures pour augmenter la production alimentaire, notamment :

+ Création d'un mécanisme financier pour soutenir la production basé sur l'utilisation par les agriculteurs de la monnaie cubaine provenant des ventes agricoles pour acheter les fournitures dont ils ont besoin.

+ Créer une main-d'œuvre agricole en travaillant au noir, en employant des étudiants et en demandant aux jeunes d'effectuer des travaux agricoles dans le cadre de leur service militaire.

+ Utiliser des aliments produits à Cuba, et non des aliments importés, pour remplir le « panier alimentaire familial normal ».

Premier ministre Manuel Marrero Cruz critiqué le manque de contrôle du gouvernement sur la production et la distribution, ce qui « affecte négativement la production des entités étatiques et laisse les échanges de devises sur le marché illégal déterminer les prix des produits du secteur non étatique ».

Il a signalé que les inégalités sociales se creusent et que cette tendance existe alors que les subventions de l'État continuent de nourrir les secteurs les moins en difficulté de l'économie. Tout aussi inquiétant : « L’ancien monopole d’État sur la production se consolide désormais dans le secteur privé. »

Il faisait référence à l'apparition récente d'environ 9 000 petites et moyennes entreprises, pour la plupart privées, ainsi que d'agriculteurs indépendants et de coopératives qui ont repris des terres de l'État dans le cadre d'accords d'utilisation à long terme. Ils contrôlent désormais 80 % des terres agricoles de Cuba.

Marrero Cruz a appelé à « la stimulation des petites et moyennes entreprises gérées par le gouvernement ».

Les entreprises privées et le secteur agricole vendent des produits à des prix très gonflés, fixés par les opérateurs du marché noir. Le Premier ministre a condamné les subventions de l'État que ces entités reçoivent sous la forme de bas prix attribués au carburant, à l'eau, aux transports et à l'électricité qu'elles achètent à l'État. De même, le gouvernement paie des prix élevés aux agriculteurs pour des denrées alimentaires qui, dans le cadre du système de rationnement, sont vendues à bas prix à la population.

Désormais, selon Marrero Cruz, le gouvernement subventionnera les personnes et non les produits. Selon un rapport, “Le ministère du Travail et de la Sécurité sociale sera chargé d'entreprendre une enquête sur les secteurs sociaux 'vulnérables'.” “Personne ne sera abandonné”, a insisté Marrero Cruz.

Le gouvernement, a-t-il indiqué, augmentera les taxes de vente sur les produits finaux tels que l'eau, le gaz, l'électricité, les transports et réduira de 50 % les droits d'importation sur les « produits intermédiaires » utilisés dans la production et la fabrication alimentaires. Davantage de dollars touristiques seront récoltés. Les assemblées municipales présenteront des budgets et, en cas de déficits, généreront plus de revenus et réduiront les dépenses administratives.

Pour le Premier ministre, « la production alimentaire doit être une priorité et ce dans tous les secteurs. De nombreux pays nous disent : 'Nous allons fournir l'argent, vous fournissez la terre et ensuite vous remboursez l'argent avec la production.'

Il a souligné que, malgré la non-disponibilité d’engrais et de pesticides importés, « il existe de nombreux cas de pays produisant de la nourriture ; un pays agricole doit produire sa nourriture.

Marrero Cruz estime que « les prix spéculatifs… et les intermédiaires gagnent beaucoup plus que les producteurs » et que les entités non étatiques contrôlent désormais les importations plutôt que le gouvernement, ce qui donne lieu à « des prix abusifs et spéculatifs ». Il a appelé à payer les importations avec les revenus des exportations : «[W]Nous préférons importer des fournitures et des produits essentiels à l’économie et les payer en offrant à d’autres pays certains produits et/ou services.

En réponse à l'inflation, le gouvernement, en collaboration avec la Banque centrale de Cuba, modifiera le taux de change officiel du peso. Selon Marrero Cruz, le gouvernement va restreindre les prix des biens et services avec un système de « prix maximaux ».

Le président Miguel Díaz-Canel, s'adressant à l'Assemblée nationale le 22 décembre, s'est concentré sur « l'économie de guerre » de Cuba… [It’s] un scénario politique d’asphyxie maximale, conçu et appliqué contre un petit pays par l’empire le plus puissant de l’histoire. Il a également attribué les problèmes économiques à « la crise des relations économiques internationales et à nos propres erreurs ».

La guerre économique prend la forme d’un blocus économique visant « une offre réduite de biens utilisés par la population, des prix gonflés et un faible pouvoir d’achat pour la plupart des Cubains ». « Parallèlement aux actes constants de subversion et de désinformation contre Cuba, l’objectif est de briser le pays, de provoquer la décomposition sociale et de conduire à l’ingouvernabilité. »

Díaz-Canel a parlé des erreurs comme « une partie de la complexité de prendre des décisions dans un contexte d’extrême tension… [and of] engagement à préserver les conquêtes sociales. Il a évoqué des erreurs, notamment dans « la conception et la mise en œuvre de l’unification monétaire » et dans « l’approbation de nouveaux acteurs économiques sans que des normes de performance aient été établies ».

L’efficacité des nouvelles mesures « dépendra de la création de plus de richesses, de davantage d’incitations au travail et d’une meilleure répartition des ressources ». Le président a promis qu’il n’y aurait pas de « paquet néolibéral… ni de croisade contre les petites entreprises, ni d’élimination de l’allocation alimentaire de base ».

Le président a souligné : « la production alimentaire, les localités qui s'occupent davantage de leurs besoins, la relance du tourisme, le sauvetage de l'industrie sucrière, le contrôle étatique de la monnaie et du marché des changes, la refonte du système financier et les garanties d'autofinancement, et gérer la monnaie de manière à servir ceux dont la production génère des revenus.

Díaz-Canel a pris note de la grande estime des Cubains pour les travailleurs de la santé et les enseignants, promettant qu'« ils seront les premiers à bénéficier d'un salaire supplémentaire, comme l'a annoncé le Premier ministre dans son intervention ».

Témoignant auparavant devant la Commission économique de l'Assemblée nationale, Díaz-Canel a souligné « tirer parti des installations des municipalités et articuler des stratégies de développement local ». Rappelant que le «[f]La fondation du gouvernement est l'assemblée municipale du pouvoir populaire », a-t-il insisté sur « la cartographie des acteurs dans les municipalités et leur intégration dans les entreprises publiques et privées ».

À la fin

Les informations et opinions fournies par les dirigeants cubains et examinées ici clarifient des réalités difficiles, parmi lesquelles : les effets néfastes de la diminution du tourisme, de l'inflation et de l'émigration ; les inégalités sociales fondées sur un accès variable aux ressources ; une production entravée par le manque de ressources ; une production alimentaire inadéquate ; le manque de pouvoir d'achat pour la plupart des Cubains et pour importer les biens nécessaires ; et la quasi-impossibilité d’obtenir des investissements étrangers.

Cuba façonne des réponses. Il s'agit de : la décentralisation de l'administration politique et économique ; des réductions des dépenses des fonds du gouvernement central, une réduction des subventions pour l'achat d'eau, de carburant, de transport et d'électricité par les entreprises ; ajustement des tarifs d’importation pour favoriser la disponibilité des ressources pour la production, capter davantage de dollars touristiques, protéger les entités de production gérées par l’État, fixer les prix et produire davantage de nourriture.

Il s’agira de remèdes palliatifs, à moins que les causes fondamentales ne soient traitées. L’un des principaux objectifs de la politique américaine était de priver Cuba d’argent, et cela s’est produit. La survie même de la révolution cubaine dépend de la capacité des activistes citoyens américains à forcer leur gouvernement à lever le blocus imposé à Cuba. Dans ce pays, il est absolument nécessaire que Cuba soit retiré de la liste américaine des pays qui parrainent le terrorisme. Cette désignation amène la plupart des institutions financières internationales à refuser de manipuler des dollars au nom de Cuba.

Il y a un contexte plus large. Le recours des États-Unis à des sanctions économiques partout repose sur une dépendance planétaire au dollar. Cela est né de la Conférence de Bretton Woods de 1944 et a coïncidé depuis avec l’affirmation incessante de la puissance mondiale des États-Unis. C'est la base d'une mobilisation mondiale en faveur de Cuba. La grande question est de savoir comment cela sera mis en œuvre.

Source: https://www.counterpunch.org/2024/01/05/cubas-government-analyzes-and-responds-to-economic-woes/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire