Le Hezbollah surjoue-t-il sa main à l’intérieur du Liban ?

0
32

Le rôle du Hezbollah libanais en tant que mandataire iranien et sa fourniture d’une aide importante à ses alliés en Syrie, au Yémen et en Irak ont ​​été un domaine d’intérêt justifié pour les décideurs politiques dans de nombreuses capitales, mais le rôle évolutif de l’organisation au Liban mérite une attention égale. S’il est d’usage de caractériser le Hezbollah comme un « État dans l’État », il est plus exact maintenant de le définir comme un « État dans un non-État », compte tenu de la pure incapacité du gouvernement libanais à livrer même le plus services de base à une population désespérée plongée dans sa pire crise économique depuis plus d’un siècle.

Dans le passé, le Hezbollah a pu se distinguer des cercles dirigeants du Liban, capitalisant sur son statut non étatique et son rôle de « résistance » à Israël. Cependant, ces dernières années, le Hezbollah s’est de plus en plus mêlé aux élites dirigeantes kleptocratiques du pays et aux défenseurs du statu quo, une association qui a aliéné nombre de leurs compatriotes. C’est cette mutation du rôle du Hezbollah qui présente des risques pour l’organisation et des opportunités pour soutenir les efforts visant à renforcer le renforcement des institutions et le retour de l’État ainsi que l’injection dans la politique libanaise d’individus plus indépendants et technocratiques via les élections nationales organisées pour le printemps. de l’année prochaine.

L’investissement de l’Iran dans le Hezbollah s’est avéré fructueux pendant de nombreuses années après que Téhéran, avec l’aide de Damas, a supervisé la création de l’organisation en 1982. Il a été exempté des accords de Taif en 1989 qui ont forcé la démobilisation des autres milices sectaires du Liban et ont donc grandement bénéficié de ce statut de « dernier homme debout ». Le Hezbollah a servi un objectif utile en tant que pointe de la lance iranienne au Levant contre Israël, sa réalisation la plus célèbre étant le retrait israélien du sud du Liban en 2000, pour lequel le Hezbollah s’est pleinement félicité. Des citoyens libanais et de nombreux membres du monde arabe se sont ralliés au Hezbollah lors de sa guerre destructrice de 2006 avec Israël. Depuis cette époque jusqu’à aujourd’hui, le sud est resté relativement calme, avec une trêve officieuse précaire établie entre Israël et le Hezbollah.

C’est également dans le paysage post-Taïf que le Hezbollah est entré officiellement en politique avec l’élection de 8 députés en 1992, puis avec la nomination des ministres du Hezbollah dans les cabinets libanais successifs – ils ont généralement deux ministres – à partir de 2005, après l’assassinat de Premier ministre Rafiq Hariri en février de la même année. Au cours des 15 années qui ont suivi la guerre de 2006, le Hezbollah a consolidé son influence sur la politique libanaise, bien que désigné comme une organisation terroriste par les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, Israël et la Ligue arabe. Beaucoup de ceux qui sont terrorisés par les cadres du Hezbollah sont leurs compatriotes libanais. Officiellement impliqué dans le meurtre horrible de Hariri en 2005, le Hezbollah a éludé la responsabilité d’autres meurtres très médiatisés dans lesquels il est soupçonné qu’ils ont joué un rôle.

L’implication croissante du Hezbollah dans les affaires intérieures du Liban s’est produite au cours d’une période où l’État libanais a implosé, en tant que bénéficiaire de Taif – la soi-disant « compagnie des cinq », le zuama (les dirigeants) des principaux mouvements sectaires du pays, plus le Hezbollah – ont utilisé le gouvernement pour partager le butin et rester au pouvoir. Le Hezbollah a noué des alliances tactiques avec plusieurs de ces dirigeants, notamment le président Michel Aoun et le président du parlement Nabih Berri. Le gouvernement a lutté pour fournir même les services les plus élémentaires au public, y compris l’électricité, tandis que la valeur de la livre libanaise a plongé, plongeant davantage la population dans la pauvreté et provoquant des vagues de Libanais, en particulier de chrétiens, à quitter le pays à la recherche de une vie meilleure.

En revanche, le Hezbollah a sa propre armée, ses propres écoles et hôpitaux, a créé de nombreuses organisations caritatives et a même fondé sa propre version des Boy Scouts. Il place généralement ses acolytes dans des ministères de service où ils peuvent extraire des loyers de l’État et utilise son accès aux institutions officielles pour assurer la dissimulation de ses réseaux criminels, le blanchiment d’argent et la collecte d’argent auprès de la grande diaspora chiite. Profitant de son statut hybride, le Hezbollah est capable de maintenir une existence autonome, libre de toute responsabilité ou même visibilité sur ses propres actions tout en insistant simultanément sur l’exercice d’un veto sur tout ce que fait le gouvernement libanais.

Mais ironiquement, ce pourrait être l’implication excessive du Hezbollah et sa mutation de son statut d’étranger (et prétendument réformiste) à celui de défenseur de la classe politique libanaise corrompue qui pose le plus de risques pour l’avenir de l’organisation. Bien que sa décision unilatérale d’envoyer ses forces en Syrie pour défendre le régime d’Assad n’ait pas nécessairement été appréciée par l’ensemble de la politique libanaise, c’est la réponse du Hezbollah au mouvement de protestation interconfessionnel d’octobre 2019 qui a peut-être le plus affecté sa position au Liban. Lorsque le Hezbollah a tracé des lignes rouges et est intervenu au nom des kleptocrates au pouvoir pendant les manifestations, sa popularité dans le pays a décliné. La position du Hezbollah a pris un autre sérieux coup après l’explosion dévastatrice dans le port de Beyrouth en août 2020. Après tout, les Libanais étaient bien conscients du contrôle de l’organisation sur le port (et la frontière syrienne). Aujourd’hui, le Hezbollah s’est opposé à l’enquête sur l’explosion du port, ce qui crée de nouvelles divisions profondes dans le pays étant donné la demande populaire de responsabilité et de justice pour les victimes.

Ce qui est clair, c’est que c’est le peuple libanais lui-même qui paie un prix terrible causé par la politique dysfonctionnelle de son pays. L’actuelle manifestation de colère de l’Arabie saoudite et de plusieurs autres membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG) (Émirats arabes unis, Bahreïn et Koweït) – y compris le retrait des ambassadeurs, le rappel de leurs citoyens, la fermeture des sections des visas dans leurs ambassades respectives , et en particulier l’interdiction des importations libanaises – nuit davantage au bien-être du Libanais moyen tout en renforçant la main du Hezbollah et de ses alliés politiques. Ce contretemps est le dernier chapitre de l’utilisation du Liban comme théâtre de règlements de comptes, notamment entre l’Arabie saoudite et l’Iran ; une version antérieure a été témoin de la détention forcée à Riyad du Premier ministre de l’époque, Saad Hariri, en novembre 2017. Il y a plusieurs semaines, un envoyé de la Ligue arabe a été envoyé pour explorer un moyen de sortir de la crise, mais est reparti les mains vides après que le Hezbollah a opposé son veto à une solution qui aurait impliqué la sortie du gouvernement libanais du ministre maladroit de l’Information George Kordahi, qui a irrité ses anciens payeurs saoudiens en critiquant leur intervention au Yémen. Il semble donc que cette rupture particulière puisse être plus difficile à réparer car les États du Golfe semblent avoir tout simplement abandonné le Liban après des années à essayer en vain de soutenir leurs alliés à Beyrouth, notamment les principaux dirigeants sunnites, face à l’hégémonie de l’Iran dans le pays.

Alors que le Liban se prépare pour des élections nationales indispensables l’année prochaine, on peut espérer que des candidats indépendants représentant le mouvement interconfessionnel qui a émergé en octobre 2019 pourraient aider à changer l’équilibre au parlement. Le Hezbollah continuera de bénéficier d’un soutien substantiel au sein de sa base chiite, étant donné le rôle historique de l’organisation en tant que protecteur de cette communauté autrefois marginalisée, mais comme leurs coreligionnaires l’ont récemment démontré lors des élections irakiennes, on se plaint de plus en plus d’une dépendance excessive à l’égard de l’Iran au au détriment des racines arabes de la communauté.

La façon dont la communauté internationale, dirigée par les États-Unis et la France, gère le Liban, dans le but de contenir l’effondrement du pays et de soutenir le désir du peuple libanais de retrouver pleinement ses institutions, sera d’une importance cruciale. Il devrait y avoir un soutien financier et matériel solide et continu pour les Forces armées libanaises, car l’armée reste l’épine dorsale de l’État vestigial. Tout aussi important est la nécessité d’un soutien indéfectible à l’indépendance de la justice libanaise et d’un plaidoyer pour la protection physique des juges eux-mêmes. Ce dernier point est capital compte tenu des menaces effrayantes contre le juge Tarek Bitar, qui enquête vaillamment sur l’explosion du port de Beyrouth.

Les principaux pays occidentaux doivent également fournir des conseils déterminés au gouvernement du Premier ministre Najib Mikati dans la formulation d’une stratégie financière et bancaire qui renforcera les efforts de Mikati pour travailler avec le Fonds monétaire international et la Banque mondiale et pour aider le Liban à éviter le spectre imminent d’une faillite totale de l’État. . Dans leurs discussions avec les dirigeants du CCG, les États-Unis et les autres grandes nations occidentales devraient déconseiller de punir le public libanais en gros pour les péchés du Hezbollah. Ils devraient encourager les contacts prometteurs avec l’Iran des principaux États du Golfe, comme la visite attendue du conseiller émirati à la sécurité nationale à Téhéran la semaine prochaine pour des discussions sur la désescalade des tensions régionales, dans lesquelles le dossier libanais peut figurer. Le soutien de Washington aux négociations sur la frontière maritime entre Israël et le Liban, ainsi que les efforts pour importer du gaz d’Égypte, sont également prometteurs. Enfin et surtout, la communauté internationale doit soutenir fermement l’organisation d’élections parlementaires libres et équitables au printemps et des élections présidentielles à l’automne, y compris le rejet de toute tentative de reporter illégalement ces scrutins.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici