Le lien entre les travailleurs et les syndicats – pour le meilleur ou pour le pire ?

0
201

Le Parti travailliste est largement perçu comme le représentant politique des travailleurs australiens. Pourtant, bien que le parti soit au pouvoir au niveau fédéral et dans tous les États du continent, les travailleurs sont confrontés à une stagnation des salaires et à une crise du logement. Les riches, en revanche, ont bénéficié de réductions d’impôts et de dépenses militaires historiques.

Le parti travailliste, plutôt que de représenter les travailleurs, est le parti des responsables syndicaux australiens. Les syndicats sont plus qu’un groupe de pression imposant une influence externe sur l’ALP. Ils sont intégrés dans son fonctionnement interne à tous les niveaux de l’appareil du parti – des sections locales au bureau parlementaire le plus élevé – et ont un impact sur sa structure, son financement, ses candidats, ses politiques et ses campagnes.

La centralité des syndicats au sein de l’ALP a eu des effets contradictoires au fil des années. Le travail a été particulièrement touché par les politisations de la classe ouvrière en raison de la réfraction de ces attitudes dans le parti par les responsables syndicaux qui l’habitent. Mais le parti est fermement déterminé à conserver le pouvoir dans l’État capitaliste et a parfois été l’option préférée des patrons australiens en raison de sa capacité à contenir le militantisme industriel.

Pris dans leur ensemble, les liens du Labour avec les syndicats ont été un frein au mouvement ouvrier, le parti parlementaire et la direction syndicale ayant beaucoup à répondre de la baisse des effectifs syndicaux et de la montée des inégalités.

La structure de base de l’ALP a été mise en place lors de sa fondation par des responsables syndicaux, d’abord dans diverses colonies dans les années 1890, puis au niveau national après la fédération en 1901. En Nouvelle-Galles du Sud et dans le Queensland, l’Australian Workers Union (AWU) a tenu une influence dominante au sein des partis nouvellement formés. DJ Murphy, dans Le Parti travailliste et les gouvernements du Queensland, 1915-1957, explique que des sièges étaient réservés à l’AWU dans les cadres politiques des partis et que chaque parlementaire travailliste s’est vu offrir l’adhésion à l’AWU. Les syndicats ont fourni l’essentiel du financement et des militants pendant les élections, l’AWU coordonnant les élections directement dans les zones rurales de NSW et Qld où le parti travailliste a reçu son vote le plus fort. Le lien entre les syndicats et l’ALP était tel que l’historien Ray Markey, dans La création du parti travailliste en Nouvelle-Galles du Sud, dit que le journal de l’AWU Ouvrier était considéré comme « le hansard du parti parlementaire ».

Aujourd’hui, les syndicats conservent un pouvoir structurel au sein des organes de décision du parti. Treize des vingt représentants élus à l’exécutif national du parti travailliste 2023 sont actuellement des responsables syndicaux. La moitié de tous les délégués aux conférences du travail sont élus par les syndicats.

Les factions politiques jouent un rôle crucial au sein du Parti travailliste, déterminant les perspectives politiques et la manière dont les votes seront exercés avant les conférences du parti. Les syndicats occupent des positions prédominantes au sein de ces factions – par exemple, l’AWU reste décisif à droite et l’Union des travailleurs unis à gauche.

Les syndicats apportent également un soutien financier considérable à l’ALP ; l’Institut Grattan a calculé que, lors de l’élection fédérale de 2022, plus de la moitié des dons déclarés à l’ALP provenaient de grands syndicats.

Les candidats politiques du parti sont régulièrement issus des rangs syndicaux. En 1974, Gough Whitlam a été le premier Premier ministre travailliste à ne pas être issu d’un milieu syndical. Bob Hawke est rapidement passé de président du Conseil australien des syndicats à Premier ministre travailliste, avec un seul mandat intermédiaire au Parlement de 1980 à 1983. Bill Shorten était un chef de faction important de l’AWU avant de devenir chef du parti en 2013.

Les liens du travail avec les syndicats en ont historiquement fait l’option électorale préférée des travailleurs. Cependant, le parti est basé, et non sur l’union de la base membresmais dans le syndicat bureaucratie. Les fonctionnaires employés par les syndicats occupent une position unique et contradictoire au sein du capitalisme : chargés d’organiser les travailleurs mais éloignés des réalités quotidiennes de la vie professionnelle. Là où autrefois les responsables syndicaux auraient travaillé dans l’industrie qu’ils organisent, ils sont aujourd’hui de plus en plus issus de milieux juridiques ou politiques et gagnent plusieurs fois le salaire moyen de la classe ouvrière. La bureaucratie syndicale cherche à négocier les conditions d’exploitation ; ils peuvent se battre pour les droits des travailleurs, mais sans aucune intention d’abolir le système capitaliste qui sous-tend l’oppression de la classe ouvrière.

Les politiciens au sein de l’ALP ne sont pas uniquement responsables devant les syndicats. Patrick Durkin, dans une contribution de juin au Revue financière australienne, a écrit que le «cercle restreint» du premier ministre victorien Daniel Andrews «comprend le magnat du camionnage Lindsay Fox et son fils Andrew, ancien [Price Waterhouse Coopers] Le PDG et président de Carlton, Luke Sayers, et Max Bec, riche en immobilier de Melbourne, … également … une sélection de patrons syndicaux, dont le secrétaire du Victorian Trades Hall Council, Luke Hilakari, et la directrice victorienne de la Fédération australienne des infirmières et sages-femmes, Lisa Fitzpatrick ». L’ancien dirigeant travailliste Bill Shorten était un puissant chef de faction au sein de l’AWU, mais en 2019, il a assisté à une collecte de fonds de 5000 $ par tête organisée par la personne la plus riche d’Australie à l’époque, Anthony Pratt, dans son manoir de Melbourne.

Ces relations duales au sein de l’ALP – connexion à la bureaucratie syndicale et intégration à l’élite – lui confèrent le caractère d’une parti capitaliste-ouvrier.

À travers la bureaucratie syndicale, le Labour conserve un lien médiatisé avec la classe ouvrière et peut être façonné par les développements industriels et politiques parmi les travailleurs. Comme Ben Hillier l’a décrit dans un article de 2011 pour le Revue de la gauche marxiste: « Toutes les parties sont soumises à la règle générale externe pressions que peut exercer le mouvement ouvrier… Mais l’ALP, contrairement au Parti libéral, est soumis à d’importantes interne des pressions et des ruptures précisément parce que les responsables syndicaux habitent les rangs du parti et disposent d’un vote important via les affiliations syndicales ».

Les responsables syndicaux sont soumis à une plus grande pression des revendications des travailleurs que des parlementaires. Alors que les politiciens tournent en rond complètement séparés des travailleurs qui les ont élus – souvent sur une colline fortement gardée à Canberra – les responsables syndicaux peuvent être appelés, envoyés par e-mail ou forcés de répondre aux questions sur place ou lors des réunions de branche. Les revendications de la classe ouvrière – y compris le mécontentement face aux actions des parlementaires de l’ALP – ont provoqué des bouleversements au sein du parti à travers l’activité des responsables syndicaux.

Les rébellions des dirigeants syndicaux ont à plusieurs reprises divisé l’ALP et expulsé les dirigeants du parti. Par exemple, les syndicats ont mené une campagne réussie en 1916 pour voter Non à un référendum sur la conscription, défiant le Premier ministre travailliste Billy Hughes. Hughes et deux premiers ministres des États ont été expulsés du parti travailliste dans un climat de fermentation industrielle et politique.

Cependant, les responsables syndicaux ont également empêché et écrasé la lutte de la classe ouvrière, ainsi que refusé de combattre ou soutenu le comportement lâche des politiciens travaillistes.

En 1974, les syndicats ont utilisé leurs ressources pour faire dérailler la plus grande grève générale de l’histoire de l’Australie, en réponse au limogeage de Gough Whitlam par le gouverneur général John Kerr. Aux côtés des parlementaires travaillistes, les responsables syndicaux ont dirigé la colère des travailleurs vers une élection à venir, plutôt que de risquer une remise en cause plus profonde du statu quo.

Alors que le gouvernement Thatcher en Grande-Bretagne a dû faire face à des grèves soutenues pendant le virage néolibéral des années 1980, en Australie, les syndicats ont fièrement aidé à mettre en œuvre des réformes régressives par le biais de l’Accord sur les prix et les revenus de Hawke. Les syndicats ont offert au gouvernement une promesse de non-grève, qui a été utilisée pour gagner les faveurs de la classe dirigeante alors que le gouvernement se lançait dans la privatisation et la modération salariale. Le Revue financière australienne a décrit les syndicats comme «une force de police industrielle» car ils disciplinaient les travailleurs et les quelques syndicats qui ne voulaient pas se conformer à l’Accord.

Des décennies après l’Accord, les dirigeants syndicaux en Australie ont plus d’expérience dans les réunions avec la direction que dans l’organisation d’ateliers, sans parler des actions revendicatives. L’adhésion syndicale est tombée au taux abyssal de 12,5 % à la fin de 2022, et la part des salaires dans le revenu national a également chuté.

En 2004, le premier ministre de l’époque, John Howard, a proposé une attaque extraordinaire contre les travailleurs et les syndicats avec la législation industrielle WorkChoices. Les grèves sont devenues pratiquement illégales, le nombre moyen de conflits a chuté d’un tiers et les syndicats ont perdu 216 000 membres au cours des deux premières années de mise en œuvre de la législation. WorkChoices était largement impopulaire; cependant, le Conseil australien des syndicats n’avait guère envie de répondre par une action collective. Une série de rassemblements de masse sous la bannière « Vos droits au travail : vaut la peine de se battre » a attiré des centaines de milliers de personnes, mais cela ne s’est pas traduit par des grèves régulières ou une recrudescence des luttes sur le lieu de travail. En 2006, les syndicats avaient changé le titre de la campagne en « Vos droits au travail : valent vote for » et a recueilli plus d’un million de dollars pour financer la campagne électorale du leader travailliste Kevin Rudd.

Une fois élu, Rudd a rendu la pareille en refusant de revenir sur les politiques industrielles et politiques fondamentales de Howard, et a expressément snobé les syndicats pour démontrer leur adhésion à la stabilité des affaires.

Malgré le rétrécissement de leur base industrielle, les syndicats exercent toujours une influence considérable lors des conférences du parti travailliste.

En 2008, les syndicats de Nouvelle-Galles du Sud se sont rebellés contre une proposition très impopulaire du premier ministre travailliste Morris Iemma et du trésorier Michael Costa de privatiser le réseau électrique. Après une série de grèves et de manifestations, une conférence du Parti travailliste a voté 702 voix contre 107 contre la proposition, ce qui a conduit à l’éviction du premier ministre et du trésorier. En revanche, les syndicats de gauche ont sauvé l’impopulaire première ministre du Queensland, Anna Bligh, lors de la conférence nationale du travail de 2010, en sabotant une motion présentée par le syndicat des métiers de l’électricité pour condamner la privatisation de l’électricité.

En 2023, les tensions internes au Parti travailliste autour de l’engagement du Premier ministre Anthony Albanese dans le partenariat militaire AUKUS ont démontré les aspects positifs et négatifs de l’influence syndicale au sein du parti. Dans le Queensland, les syndicats dirigés par l’Australian Manufacturing Workers’ Union et l’ETU ont rejeté une motion présentée par l’AWU célébrant AUKUS, citant une opposition de longue date à l’énergie nucléaire.

Une menace de la branche victorienne de l’AMWU de proposer une motion similaire a conduit Albanese à être contraint de répondre à des questions sur l’unité du parti à Canberra. Mais quand les choses se sont passées, la motion a été reportée du vote lors de la conférence d’État, car les syndicats de droite et de gauche se sont bloqués pour empêcher qu’elle ne soit discutée.

La relation entre l’ALP et les syndicats présente des aspects complémentaires et antagonistes. Bien qu’il offre aux dirigeants parlementaires de nombreux avantages, tels que de l’argent et des relations avec une base électorale, il limite également la liberté de manœuvre des dirigeants.

Parce que les syndicats sont impliqués dans l’ALP, les patrons du capitalisme australien considèrent généralement la Coalition libérale-nationale comme leur parti de gouvernement préféré. Mais les patrons sont également conscients que la connexion syndicale du Labour peut parfois être avantageuse pour un gouvernement s’il exige que les travailleurs militants soient mis au pas.

On ne peut jamais faire confiance au travail pour défendre les intérêts des travailleurs, comme le montrent son histoire et son mandat actuel. Même si l’ALP peut obtenir de nombreux votes des travailleurs, sa véritable loyauté va au capitalisme.

Source: https://redflag.org.au/article/labors-connection-trade-unions-better-or-worse

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire