Le manque de services universels de garde d’enfants et d’autres prestations familiales nuit aux parents et aux aidants LGBT

0
96

En utilisant les données regroupées de l’enquête auprès des ménages recueillies par le Census Bureau sur une base à peu près bimensuelle du 21 juillet 2021 au 9 mai 2022, le CEPR a constaté que les problèmes de garde d’enfants étaient courants chez les adultes vivant avec des enfants, et plus élevés chez les adultes LGBT avec adultes non LBGT.

Environ 1 adulte LGBT sur 4 (26 %) vivait avec des enfants de moins de 18 ans, comparativement à un peu plus du tiers (36 %) des adultes non LGBT. Parmi ceux qui vivaient avec des enfants, les adultes LGBT étaient en moyenne plus jeunes que les adultes non LGBT, mais avaient des niveaux d’éducation similaires.

Un peu plus de 4 adultes LGBT sur 10 (41 %) vivaient avec un enfant de moins de 5 ans qui ne pouvait pas fréquenter la garderie au cours des quatre dernières semaines précédant l’enquête, contre 3 adultes non LGBT sur 10 vivant avec un jeune enfant.

Parmi les adultes vivant avec des enfants de 5 à 11 ans, 28 % des adultes LGBT ont déclaré qu’un enfant de cette tranche d’âge ne pouvait pas fréquenter la garderie au cours des quatre dernières semaines avant d’être interrogés, contre 19 % des adultes non LGBT.

Parmi les adultes LGBT et non LGBT ayant des problèmes de garde d’enfants, la réponse la plus courante était la réduction des heures d’emploi rémunéré. Pour les adultes LGBT, la deuxième réponse la plus courante était de prendre non payé Pars; pour les adultes non LGBT, la deuxième réponse la plus courante était de prendre payé Pars.

Parmi les adultes ayant des problèmes de garde d’enfants, les adultes LGBT étaient plus susceptibles que les adultes non LGBT de : prendre un congé sans solde, perdre leur emploi, quitter leur emploi et ne pas chercher d’emploi.Il n’y avait pas de différences significatives dans les pourcentages qui réduisaient leurs heures de travail, utilisaient des congés payés et surveillaient des enfants pendant qu’ils travaillaient.

Les difficultés financières sont courantes chez tous les adultes confrontés à des difficultés de garde d’enfants, mais plus élevées chez les adultes LGBT (62 % ont signalé des difficultés financières modérées à graves) que les adultes non LGBT (51 %). L’insécurité alimentaire est moins courante, mais toujours élevée chez les adultes confrontés à des problèmes de garde d’enfants (25 % des adultes LGBT sont en situation d’insécurité alimentaire, contre 17 % des adultes non LGBT).

Le gouvernement fédéral devrait aider toutes les familles à relever ces défis en adoptant une loi qui rendrait les services de garde abordables pour tous les parents et gardiens, et améliorerait la qualité des services de garde et la rémunération des éducatrices.

Avant de détailler ces résultats, cet article fournit un aperçu des questions sur l’orientation sexuelle, l’identité de genre et les caractéristiques sexuelles (SOGISC) dans les enquêtes fédérales auprès des ménages.

Arrière plan

Les recherches et les données des enquêtes auprès des ménages menées par le gouvernement fédéral, comme la Current Population Survey (CPS), fournissent des informations cruciales sur l’emploi, le revenu, l’assurance maladie et d’autres indicateurs de sécurité économique. Les décideurs politiques, entre autres, s’appuient sur ces informations pour prendre des décisions au quotidien. Malheureusement, les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres, queer, intersexuelles, asexuées et autres personnes non hétérosexuelles et non cisgenres (LGBTQIA+) sont invisibles dans bon nombre de ces enquêtes.

Les enquêtes axées sur la santé, comme l’enquête nationale sur l’assurance maladie (NHIS) et l’enquête sur le système de surveillance des facteurs de risque comportementaux (BRFSS), ont ajouté certaines questions SOGISC au cours de la dernière décennie. Mais les principales enquêtes axées sur l’emploi et le niveau de vie, comme le CPS et l’American Community Survey (ACS), n’ont pas encore ajouté de questions SOGISC. Une législation importante adoptée par la Chambre le 23 juin 2022 et soutenue par le président Biden obligerait les agences statistiques fédérales à ajouter des questions SOGISC volontaires à ces enquêtes et à d’autres enquêtes auprès des ménages dans un délai de trois ans.

Dans le même temps, les données fédérales ne manquent pas complètement sur le niveau de vie des LGBT. Les chercheurs ont développé des méthodes pour identifier les couples de même sexe dans le CPS et l’ACS, et des enquêtes axées sur la santé comme le BRFSS ont été utilisées pour estimer les taux de pauvreté des LGBT.

De plus, la Réserve fédérale a inclus des questions sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre dans son enquête sur la prise de décision économique des ménages (SHED) depuis 2019, et le Bureau de recensement a ajouté des questions sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre à son enquête expérimentale sur le pouls des ménages (HPS) en juillet. 2021. Dans un article précédent, le CEPR a utilisé le SHED pour documenter les heures de travail imprévisibles et les revenus instables des travailleurs LGBTQ+.

Comme indiqué dans la section méthodologie de cet article, les questions sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre posées dans l’EPS n’incluent pas toutes les personnes qui s’identifient comme faisant partie de la vaste communauté LGBTQIA+, de sorte que nos conclusions ci-dessous sont limitées aux adultes LGBT et aux adultes non LGBT. .

Adultes LBGT vivant avec des enfants : prévalence, âge et éducation

Au sein de l’échantillon de l’EPS, 26 % des adultes LGBT ont déclaré avoir des enfants de moins de 18 ans vivant dans leur ménage au moment de l’enquête, contre 36 % pour les répondants non LGBT.

Parmi ces soignants, les répondants LGBT sont beaucoup plus jeunes que leurs homologues non LGBT : 32 % des adultes LGBT vivant avec des enfants ont entre 18 et 29 ans, contre 11 % de leurs homologues non LGBT. Ceci est cohérent avec d’autres enquêtes qui ont révélé que les jeunes adultes sont beaucoup plus susceptibles de s’identifier comme LGBT que les plus âgés.

Même avec le biais vers une population plus jeune, les soignants LGBT et non LGBT ont une éducation similaire : 63 % des soignants LGBT ont terminé au moins des études universitaires, contre 65 % des soignants non LGBT.

Les parents et les aidants LGBT sont plus susceptibles d’avoir des problèmes de garde d’enfants

L’EPS pose deux questions liées à la garde d’enfants : (1) si des enfants du ménage n’ont pas pu fréquenter la garderie ou un autre mode de garde au cours des quatre dernières semaines en raison de la fermeture, de l’indisponibilité, du coût inabordable de la garde d’enfants ou parce que le répondant était préoccupé par la sécurité de l’enfant pris en charge; et (2) pour les répondants qui ont répondu oui à la première question, comment le répondant a fait face au problème de garde d’enfants.

Figure 1 résume les réponses à la première question selon le statut LGBT du répondant adulte et l’âge de l’enfant. La période (juillet 2021 à mai 2022) est limitée aux semaines où la HPS a posé des questions sur le statut LBGT et la garde d’enfants.

Parmi ceux qui ont des enfants de moins de 12 ans, les soignants LGBT étaient 10 points de pourcentage plus susceptibles d’avoir eu des problèmes de garde d’enfants. Cette différence est encore plus grande pour les parents de jeunes enfants. Pour les soignants d’enfants de moins de 5 ans, les répondants LGBT étaient près de 12 points de pourcentage plus susceptibles de déclarer avoir des problèmes de garde d’enfants.

Figure 2 montre comment les répondants ayant des problèmes de garde d’enfants y ont répondu. Après avoir connu des problèmes de garde d’enfants, les parents LGBT étaient près de 9 points de pourcentage plus susceptibles que les parents non LGBT de prendre un congé sans solde de leur travail. Ils étaient également plus susceptibles de quitter un emploi, de perdre un emploi ou de ne pas chercher d’emploi.

Les disparités pour les répondants qui sélectionnent « emploi perdu », « ont quitté leur emploi » ou « n’ont pas cherché d’emploi » sont un peu plus faibles que les disparités pour « prendre un congé sans solde », mais elles sont toutes statistiquement significatives. Notez que ces quatre réponses impliquent une perte de revenus en raison de problèmes de garde d’enfants.

Difficultés financières et insécurité alimentaire

Comme figure 3 spectacles, les familles ayant des problèmes de garde d’enfants connaissent des taux élevés d’insécurité alimentaire et de difficultés financières. Là encore, il existe des disparités notables entre les adultes LGBT et non LGBT. Dans les ménages ayant des problèmes de garde d’enfants, ceux qui ont un parent ou un tuteur LGBT sont 9 points de pourcentage plus susceptibles de déclarer ne pas avoir assez de nourriture et 10 points de pourcentage plus susceptibles de déclarer des difficultés financières modérées à graves.

Implications politiques

À la lumière de ces résultats et d’autres recherches, il ne fait guère de doute que les parents LGBT et les parents non LGBT bénéficieraient d’une législation sur la garde d’enfants actuellement en instance au Congrès. Comme le CEPR l’a déjà documenté dans un rapport conjoint avec la Century Foundation, la mise en place d’un système universel de garde d’enfants serait plus que rentable en augmentant l’emploi et les revenus des parents, en améliorant la qualité des emplois de garde d’enfants, en réduisant les interruptions d’activité liées aux soins et en créant de nouveaux emplois à l’extérieur. du secteur de la petite enfance.

L’EPS est une enquête expérimentale qui s’appuie sur des répondants en ligne (plutôt que sur des entretiens en personne ou par téléphone) et a un taux de réponse relativement faible, il serait donc utile d’avoir d’autres recherches, en utilisant des enquêtes plus établies, qui examinent l’impact de la garde d’enfants défis pour les parents et soignants LGBT. Dans le même temps, il ne serait pas surprenant que de futures recherches révèlent des disparités similaires compte tenu de la discrimination historique et continue à l’égard des parents LGBT.

En 2021, cinq États avaient des lois interdisant la maternité de substitution pour les parents de même sexe et 11 États avaient des lois autorisant la discrimination anti-LGBTQIA + dans l’adoption et le placement en famille d’accueil. Les développements récents montrent également une législation ciblant les enfants LGBTQIA+ et les enfants de familles LGBTQIA+. L’adoption du projet de loi “ne dites pas gay” visant à limiter la discussion sur l’identité LGBTQIA+ dans les écoles publiques de Floride a incité d’autres États, comme l’Alabama, l’Ohio et la Louisiane, à rédiger leur propre version de la loi.

La discrimination anti-LGBTQIA +, associée aux luttes économiques auxquelles sont confrontées toutes les familles américaines, exige l’attention des décideurs politiques et des militants. Pour ce faire, les questions SOGISC doivent être ajoutées à toutes les enquêtes auprès des ménages financées par le gouvernement fédéral. Cela comprend le CPS; SCA ; les enquêtes nationales sur l’éducation des ménages (NHES) ; l’Enquête sur la participation aux programmes de la petite enfance (ECPP), qui est la principale enquête auprès des ménages sur l’éducation de la petite enfance ; et l’Enquête sur le revenu et la participation aux programmes (EPPP), une importante enquête longitudinale qui comprend des questions sur la garde des enfants.

L’ajout de questions SOGISC à ces enquêtes nécessitera des recherches et des tests pour s’assurer que les questions sont correctement construites, ainsi qu’une pression publique continue de la part des chercheurs et des militants. Toutes les communautés et identités méritent d’être représentées et visibles dans la recherche et les politiques publiques.

Méthodologie

Les répondants adultes sont classés dans l’une des trois catégories suivantes selon la méthodologie du Census Bureau :

+ « LGBT » comprend les personnes qui : déclarent une identité sexuelle comme gay, lesbienne ou bisexuelle ; s’identifier comme transgenre ; ou déclarer leur sexe actuel comme autre chose que leur sexe à la naissance.

+ « Non-LGBT » comprend les personnes qui déclarent être hétérosexuelles et dont le sexe actuel correspond à leur sexe à la naissance.

+ « Autre » comprend les répondants qui ont sélectionné « aucune de ces réponses » pour l’identité de genre actuelle et « autre chose/je ne sais pas » pour la question sur l’orientation sexuelle ; ou les répondants qui ont sélectionné « autre chose/je ne sais pas » pour la question sur l’orientation sexuelle et dont le sexe actuel correspond à leur sexe à la naissance.

Les résultats de la catégorie « Autre » ne sont pas rapportés dans cet article.

De plus, conformément aux recommandations du Center for American Progress, toutes les observations dans lesquelles le recensement impute l’identité de genre d’un répondant à l’enquête sont supprimées. Ceci est fait pour assurer l’identification précise des personnes transgenres.

Toutes les mesures sont pondérées à l’aide des pondérations au niveau de la personne fournies. L’échantillon final, après suppression des observations manquantes, se compose de 46 129 personnes LGBT et de 563 951 personnes non LGBT.

Lors de la restriction par âge des enfants, les tailles d’échantillon sont les suivantes :

+ 0-4 ans : 2 724 LGBT et 45 431 non LGBT

+ 5-11 ans : 3 816 LGBT et 67 270 non LGBT

+ Total moins de 12 ans : 5 442 LGBT et 92 677 non LGBT

Tableau 1 fournit le texte des questions HPS utilisées dans cet article.

Source : Calculs des auteurs basés sur les semaines 34 à 45 de l’enquête auprès des ménages.

Cela est apparu pour la première fois sur CEPR.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/07/05/lack-of-universal-childcare-and-other-family-benefits-hurts-lgbt-parents-and-caregivers/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire