Le meurtre délibéré d’une nation moderne

0
36

Le monde assiste au meurtre délibéré d’une nation moderne par la Russie.

Car ce que vit l’Ukraine, selon les normes acceptées de la jurisprudence internationale, ce sont des crimes contre sa population civile, et même contre sa nation, sous la forme de ciblage de sa population civile à des fins de meurtre, de ciblage délibéré d’institutions culturelles et éducatives, de bombardements délibérés d’hôpitaux et la destruction gratuite de quartiers résidentiels.

Lors de l’invasion illégale et agressive de l’Ukraine par la Russie, un État-nation européen a été exposé aux crimes les plus horribles qui doivent faire l’objet d’enquêtes, de poursuites et de sanctions judiciaires dans le but d’établir un ordre juridique conforme aux normes internationales.

Pendant la plus grande partie de son histoire moderne, le peuple ukrainien a été exposé à de nombreux crimes contre l’humanité, des atrocités qui ne sont pas ou n’ont pas été soumises à une décision judiciaire et aux normes des sociétés civilisées. Cette incapacité à assurer la sécurité individuelle de la vie humaine permet des crimes contre l’humanité sur le sol ukrainien.

Cette négligence permet de poursuivre la réflexion conceptuelle qui perpétue l’idée que la vie et la sécurité des individus en Ukraine ne sont pas protégées par la loi. Cette absence permet la « déshumanisation » et le manque de respect et de protection de la dignité des vies ukrainiennes. En outre, cela permet et contribue à la validité du mythe selon lequel la vie ukrainienne est en quelque sorte « moindre », et donc, si elle est moindre, contribue à l’hypothèse selon laquelle la destruction de la vie ukrainienne est sans conséquence.

Les sociétés qui ne respectent ni ne protègent la dignité de la vie humaine dans la loi ne sont pas civilisées. Les tactiques de guerre et le comportement de la Russie en Ukraine ont révélé qu’ils sont barbares et définitivement criminels. Cela doit conduire à son isolement et à son expulsion des instances internationales.

En temps de guerre, Moscou a montré et prouvé qu’il s’agit d’un État barbare, dont les actions et les valeurs directrices ont été exposées en révélant leur véritable nature.

Une société civile ne bombarde pas, ni ne tente de terroriser des civils innocents en bombardant sans discernement des quartiers résidentiels, en tuant ou en exécutant des non-combattants dans des rues résidentielles comme à Bucha, en bombardant des hôpitaux, en essayant de détruire des institutions culturelles et éducatives comme cela a été fait dans de nombreuses villes à travers le monde. L’Ukraine, ou plus ignoblement, bombarde sciemment des refuges où femmes et enfants se réfugient comme à Marioupol. Les sociétés civiles ne tirent pas sur les personnes en fuite.

La Russie soumet l’Ukraine à un génocide. Plus précisément, la Russie tente d’assassiner l’Ukraine, son peuple, sa culture, ainsi que l’existence et la signification de son peuple.

Néanmoins, à l’heure actuelle, l’application du terme génocide à l’action de la Russie en Ukraine semble ésotérique, même si leurs actions correspondent à la description. Bien qu’applicable, le terme ne semble pas traduire avec précision l’immédiateté des horreurs meurtrières qui se sont produites au cours des trois derniers mois.

Nous assistons au meurtre et à la tentative de meurtre d’un État-nation souverain et indépendant et de ses citoyens.

Ces « étapes de la mort », ou scènes de meurtre, doivent être traitées et abordées avec une attitude d’immédiateté et même d’intimité, c’est-à-dire que les assassinés doivent être traités avec révérence et témoignés du respect digne du plus haut sens de la sainteté de la vie humaine ; les lieux, traités comme des scènes de crime, faisant l’objet d’une enquête immédiate et de la collecte de preuves en vue de poursuites en temps opportun. En ce qui concerne Bucha et le creusement d’une fosse commune, on sait déjà qui sont les auteurs de ces crimes, les dirigeants qui ont ordonné les tueries et les soldats qui ont commis les meurtres.

Le défi auquel sont confrontés l’Ukraine et ses partenaires occidentaux est d’établir un nouveau récit juridique concernant les crimes perpétrés contre le peuple ukrainien, c’est-à-dire l’établissement de la pratique selon laquelle un tel comportement doit être légalement jugé par ses tribunaux nationaux ou des organes internationaux, ou tous les deux.

L’échec de l’établissement d’une telle pratique juridique a créé un précédent historique selon lequel les crimes contre la population resteront impunis. Et qu’elle soit historiquement ou publiquement reconnue, elle donne l’impression que la vie des Ukrainiens ne mérite pas la protection de l’État de droit.

Pour tous les gens bien pensants, il ne fait aucun doute que les valeurs russes de la guerre, et par extension, les valeurs de leur société, ont révélé leur vraie nature. La Russie de Poutine est une société de barbares qui ne respectent pas la dignité des êtres humains et dont les actions sont fondées sur l’anarchie morale.

Les actions de Moscou envers les civils non combattants révèlent essentiellement qu’ils n’ont rien de commun avec ceux qui composent le monde civilisé.

La Fédération de Russie doit être soumise à un jugement à la fois moral et juridique qui ne peut se perdre dans les nuances diplomatiques, ni au fil du temps.

L’Ukraine, ainsi que ses partenaires occidentaux aux vues similaires, ont été forcées de reconnaître que l’aspect le plus pratique de l’affirmation des valeurs démocratiques est la nécessité d’appliquer le principe de la dignité de la vie humaine. Qu’elle doit être régie par une affirmation systématique de la justice légale et par la nécessité de poursuivre la justice et la responsabilité en ce qui concerne le respect de la vie humaine. Cela ne se produit pas en Ukraine.

Ce faisant, cela annulera la poursuite du récit de la « victime » de l’Ukraine, mais établira un nouveau récit qui perpétuera une nouvelle tradition quant à la manière dont les actions sur les terres ukrainiennes doivent être traitées : les crimes contre l’humanité, ou mieux encore, les crimes contre humain individuel

dignité seront poursuivis et punis selon les traditions démocratiques occidentales et juridiques internationales.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire