Le meurtre d’un Suédois et d’un Américain au Congo entraîne 51 condamnations à mort — RT World News

0
122

Plus de 50 personnes accusées de crimes liés au meurtre en 2017 de deux membres du personnel de l’ONU en République démocratique du Congo ont été condamnées à mort.

Un tribunal militaire a imposé la peine de mort à 51 des 54 accusés inculpés dans cette affaire, et un colonel de l’armée a été condamné à 10 ans de prison. Le Congo a un moratoire sur l’exécution des condamnations à mort, donc tant que cela reste en place, les tueurs purgeront des peines de prison à vie. Plus de 20 des accusés ont été condamnés par contumace parce qu’ils restent en fuite, tandis que plusieurs autres sont morts en détention au cours des poursuites longtemps retardées.

L’affaire concerne le meurtre de deux experts de l’ONU – Michael Sharp des États-Unis et Zaida Catalan de Suède – qui ont disparu alors qu’ils enquêtaient sur des massacres présumés dans la région congolaise du Kasaï en mars 2017. Leurs corps ont ensuite été découverts dans un village. Il est apparu plus tard qu’ils avaient été arrêtés sur une route par des hommes armés, emmenés dans un champ et assassinés.




Le gouvernement congolais a blâmé les rebelles Kamuina Nsapu et a nié toute implication de représentants de l’État, bien qu’il y ait eu des spéculations sur l’implication potentielle de hauts responsables dans les meurtres.

Les autorités ont ensuite arrêté le colonel Jean de Dieu Mambweni et un responsable de l’immigration, affirmant qu’ils avaient aidé les rebelles, mais aucun agent gouvernemental de haut niveau n’a été poursuivi. Un rapport au Conseil de sécurité de l’ONU a qualifié les meurtres de “configuration préméditée” qui ont pu impliquer la sécurité de l’État.

La ministre suédoise des Affaires étrangères, Ann Linde, a déclaré samedi qu’une enquête plus approfondie était nécessaire pour “découvrir la vérité et rendre justice” à d’autres personnes impliquées dans les meurtres. Elle a noté que les responsables suédois étudieront les verdicts, mais en tout cas, la Suède “s’oppose fermement à l’application de la peine de mort en toutes circonstances, sans exception.”

La sœur de Catalan, Elisabeth Morseby, a qualifié la condamnation de Mambweni de “écran de fumée”. Elle a déclaré à Reuters, “Pour que la vérité éclate, tous les suspects, y compris les plus haut placés dans la hiérarchie, doivent être interrogés, ce qui n’a pas encore été fait.”

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire