Une enseignante américaine a formé des femmes et des enfants à devenir des kamikazes de l’Etat islamique – FBI – RT World News

0
254

Citoyenne américaine soupçonnée d’être à la tête d’un bataillon militaire entièrement féminin chargé de fournir un soutien aux terroristes en Syrie

Une citoyenne américaine de 42 ans, Allison Elizabeth Fluke-Ekren, a été capturée en Syrie et transférée sous la garde du FBI pour comparaître devant un tribunal de Virginie la semaine prochaine, a révélé samedi le ministère américain de la Justice.

Selon des documents désormais non scellés, la femme, qui serait une ancienne enseignante, a joué un rôle actif en aidant les terroristes de l’État islamique (EI, anciennement ISIS) à former des femmes et des enfants comme kamikazes en Syrie. Connue sous plusieurs noms, dont certains en arabe, elle aurait également prévu de commettre des attentats terroristes sur un campus universitaire et un centre commercial aux États-Unis.

Citant un rapport d’un agent spécial qui a enquêté sur la femme, notamment grâce à des informations fournies par un certain nombre de témoins coopérants, des responsables américains ont révélé que Fluke-Ekren aurait organisé et dirigé un bataillon de l’EI, connu sous le nom de Khatiba Nusaybah, qui était composé uniquement de femmes. . Elle les a entraînés à utiliser des fusils d’assaut, des grenades et des ceintures de suicide, suggèrent des documents, ajoutant que plus de 100 femmes et jeunes filles avaient été forées par le citoyen américain au nom de l’EI.

Chefs terroristes »étaient fiers d’avoir un instructeur américain», alors qu’elle-même «voulait s’engager dans un djihad violent», ont suggéré des témoins.




Les enfants ont également été formés »sur l’utilisation des fusils d’assaut AK-47 et des ceintures suicides», a déclaré le ministère américain de la Justice dans son rapport. Fluke-Ekren est désormais accusé d’avoir fourni un soutien matériel ou des ressources à une organisation terroriste étrangère et risque jusqu’à 20 ans derrière les barreaux.

La femme – qui a voyagé des États-Unis en Égypte en 2008, puis s’est retrouvée en Syrie après avoir passé quelque temps en Libye et en Irak – aurait été impliquée dans «un certain nombre d’activités liées au terrorisme pour le compte de l’Etat islamique depuis au moins 2014.” Une attaque potentielle sur un campus universitaire aux États-Unis faisait partie de ces activités. Dans un complot apparemment approuvé par des chefs terroristes, elle prévoyait de planter un sac à dos plein d’explosifs sur le terrain du campus et de s’enfuir. La planification de l’attaque a été suspendue après qu’elle a appris qu’elle était enceinte.

Dans un scénario différent, Fluke-Ekren aurait dit à un témoin son désir de tuer autant de personnes que possible dans un centre commercial aux États-Unis. Pour mener à bien l’attaque, elle aurait garé un véhicule bourré d’explosifs au parking souterrain du centre commercial puis l’aurait fait exploser à distance. “Elle considérait que toute attaque qui ne tuait pas un grand nombre d’individus était un gaspillage de ressources.», selon les documents.

L’ancien professeur américain s’est radicalisé à un niveau »hors des charts», selon un témoin qui a interagi avec elle. Invité à le noter sur une échelle de 1 à 10, 10 étant extrêmement radicalisé, le témoin lui a donné «11 ou 12.”

Fluke-Ekren a été marié plusieurs fois et a plusieurs enfants, selon l’enquête. L’un de ses défunts maris, qu’elle a rencontré aux États-Unis, était entraîneur de tireurs d’élite pour l’EI, tandis qu’un autre, également décédé, aurait travaillé sur un projet impliquant des drones transportant des armes chimiques.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire