Le NY Times dit que les forces israéliennes ont « très probablement » tiré sur Shireen Abu Akleh | Actualités sur la liberté de la presse

0
90

Une enquête du New York Times a conclu qu’un soldat israélien a « très probablement » tué par balle la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh, s’ajoutant à un nombre croissant d’enquêtes indépendantes qui ont révélé que le correspondant américano-palestinien avait été tué par les forces israéliennes.

Le rapport du New York Times, publié lundi, a déclaré qu’aucun homme armé palestinien ne se trouvait près d’Abu Akleh au moment où elle a été tuée en Cisjordanie occupée, rejetant les premières théories israéliennes accusant les Palestiniens de l’incident.

L’enquête s’est appuyée sur des séquences vidéo disponibles, des témoignages de témoins et une analyse acoustique des balles tirées à peu près au moment où Abu Akleh a été tué.

“Une enquête d’un mois menée par le New York Times a révélé que la balle qui a tué Mme Abu Akleh a été tirée depuis l’emplacement approximatif du convoi militaire israélien, très probablement par un soldat d’une unité d’élite”, indique le rapport.

Le meurtre d’Abou Akleh le 11 mai a suscité l’indignation internationale et des appels à rendre des comptes pour les attaques contre les journalistes. Le journaliste assassiné a couvert les événements et les attaques israéliennes dans le territoire palestinien occupé pendant 25 ans, devenant un visage familier dans le monde arabe.

Elle a été tuée alors qu’elle portait une tenue de presse complète l’identifiant clairement comme journaliste, alors qu’elle se préparait à couvrir un raid israélien dans la ville de Jénine, en Cisjordanie.

Des rapports du Washington Post, de l’Associated Press et du groupe d’enquête Bellingcat ont précédemment conclu que les forces israéliennes avaient probablement tué Abu Akleh. Une enquête de CNN le mois dernier a révélé que des preuves suggèrent que le journaliste chevronné a été tué dans une « attaque ciblée par les forces israéliennes ».

Une enquête menée par l’Autorité palestinienne a également révélé qu’Abu Akleh avait été délibérément abattu par les forces israéliennes.

La semaine dernière, Al Jazeera a obtenu une image de la balle qui a tué Abu Akleh, qui a été extraite de sa tête. Selon des experts balistiques et médico-légaux, la balle a été conçue pour percer une armure et est utilisée dans les fusils M4, qui sont portés par l’armée israélienne. La cartouche a été fabriquée aux États-Unis, ont déclaré des experts.

Al Jazeera Media Network a accusé les forces israéliennes d’avoir assassiné le journaliste “de sang-froid”.

Israël, qui a changé à plusieurs reprises son histoire sur la façon dont Abu Akleh a été tué et sa position sur l’enquête, a rejeté ces informations.

Fin mai, le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, a déclaré avoir exprimé sa “protestation” à son homologue américain Antony Blinken au sujet de ce qu’il a qualifié d'”enquête biaisée sur [Abu Akleh’s] mort par l’Autorité Palestinienne ainsi que la soi-disant « enquête » de CNN ».

Blinken et d’autres responsables de l’administration du président Joe Biden ont appelé à une enquête transparente sur le meurtre d’Abu Akleh tout en insistant sur le fait qu’Israël est l’autorité pour mener une telle enquête. Washington a également rejeté l’éventuelle implication de la Cour pénale internationale dans l’affaire.

Les défenseurs des droits des Palestiniens ont dénoncé la position américaine, soulignant qu’on ne peut pas faire confiance à Israël pour enquêter sur lui-même.

« Les décès de Palestiniens attirent rarement l’attention de la communauté internationale, et les soldats accusés de crimes contre les Palestiniens en Cisjordanie sont rarement condamnés », a déclaré lundi le rapport du New York Times.

Malgré les enquêtes et les preuves disponibles pointant du doigt Israël, Blinken a déclaré plus tôt ce mois-ci que les faits concernant le meurtre d’Abou Akleh « n’ont pas encore été établis ».

Dans les mêmes remarques, le haut diplomate américain a appelé à une enquête « indépendante », mais le département d’État a déclaré plus tard à Al Jazeera qu’il « n’y a eu aucun changement » dans l’approche américaine – qu’Israël devrait être la partie qui mène l’enquête.

Après le meurtre d’Abou Akleh, les forces israéliennes ont attaqué les personnes en deuil lors de ses funérailles, forçant presque les porteurs à déposer le cercueil du journaliste tué.

Israël a d’abord déclaré qu'”il semble probable que des Palestiniens armés” soient responsables du meurtre d’Abu Akleh.

Après l’incident, le bureau du Premier ministre Naftali Bennett a partagé une vidéo d’hommes armés palestiniens tirant dans une ruelle, suggérant que ce sont eux qui ont tiré sur Abu Akleh. Mais la théorie a été rapidement démystifiée car des hommes armés n’avaient aucune ligne de vue sur le journaliste assassiné qui a été tué à des centaines de mètres. Et la vidéo a été prise des heures avant que le correspondant ne soit tué.

Quelques jours plus tard, l’armée israélienne a reconnu que la journaliste avait peut-être été tuée par des tirs israéliens, mais a exclu la possibilité qu’elle ait été abattue délibérément.

Les autorités israéliennes ont également changé leur position sur l’enquête. Alors qu’Israël a demandé l’accès à la balle qui a tué le journaliste, il a déclaré dès le début qu’il n’y aurait pas d’examen pénal de l’incident.

Mais les médias israéliens ont plus tard cité le principal avocat de l’armée israélienne comme ayant déclaré que l’armée « faisait tout son possible » pour enquêter sur l’incident.

Plus tôt ce mois-ci, cependant, le Washington Post a cité l’armée israélienne comme disant qu’elle “avait déjà conclu qu’il n’y avait pas de conduite criminelle” dans le meurtre d’Abu Akleh.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/20/ny-times-says-israeli-forces-most-likely-shot-shireen-abu-akleh

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire